Afghanistan

En Afghanistan, promouvoir l'autonomisation des filles grâce au sport

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afghanistan/2010/Walther
Des jeunes filles jouent au volleyball au Forum local du sport féminin en Afghanistan.

Par Cornelia Walther

Bamyan, AFGHANISTAN, 8 avril 2010 - À l'occasion de la Journée internationale de la femme, l'UNICEF, le Département de la Condition féminine de la province du Bamyan et le Centre local de contact et d'information de la jeunesse (YICC) ont uni leurs forces pour promouvoir l'autonomisation des filles grâce au sport - en organisant un match féminin de football.

L'UNICEF et l'YICC ont créé des équipes féminines de volley-ball, de hockey et de football - la dernière en date à 16 membres et est affiliée à la Fédération afghane de football - dans le but d'engager les filles dans le développement communautaire et lla construction de la paix.

« La participation à un sport est un élément essentiel du développement physique et social de n'importe quel enfant, surtout pour les filles; le sport peut aider à améliorer l'estime de soi, la conscience de soi, » explique le Dr Atiqullah Amiri, le chef du poste avancé de l'UNICEF au  Bamyan. « Le sport enseigne l'intégrité et l'administration de soi en mettant en place des normes objectives que les jeunes filles peuvent s'efforcer d'atteindre. »

Des plans pour l'avenir

Les 16 filles de l'équipe de football féminin de Bamyan ont entre 12 et 20 ans. Toutes ont été témoins et ont connu l'irrespect et la violence à la maison. En 2009, l'UNICEF et l'YICC ont organisé un atelier pour les entraîner comme les avocats de jeune pour prévenir la violence dans la famille contre les femmes. Depuis, ils ont activement promu les droits des femmes dans leurs familles et leur voisinage.

« Ma mère a essayé de me décourager d'aller à l'école depuis que j'ai atteint l'âge d'être mariée, » raconte Shekeba, une participante de 15 ans. « L'échange avec mes amis à l'YICC m'a fait comprendre que nous sommes toutes dans une situation semblable et que cela ne peut pas continuer. »

Dès qu'elle aura fini ses études, Shekeba projette de devenir agent de police. « Parce que pour l'instant les agents de police dans Bamyan n'aident pas les femmes quand c'est nécessaire, » explique-t-elle.

Les 16 joueuses de football ont des plans différents pour l'avenir, de l'enseignante à la doctoresse, de la traductrice à la  peintre.

Un environnement d'un grand soutien

L'UNICEF pense que la participation à un sport responsabilise ces jeunes filles et leur fournit un environnement sûr et d'un grand soutien. Et dans des sociétés où l'interaction entre filles et  garçons est toujours tabou, les sports d'équipe peuvent offrir un tremplin de communication.

Au Bamyan, l'UNICEF travaille avec le gouvernement depuis 2001 pour soutenir les droits des femmes.


 

 

Recherche