Afghanistan

La Commission européenne, l'Union européenne et l'UNICEF réaffirment les droits des enfants afghans

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/Walther
Les signataires de la Déclaration (à partir de la gauche) : le Dr Hansjorg Kretschmer, Chef de la délégation de la Commission européenne en Afghanistan; Ettore Francesco Sequi, Représentant spécial de l'Union Européenne pour l'Afghanistan et le Pakistan; Catherine Mbengue, Représentante de l'UNICEF en Afghanistan; et S.E. Svante Kilander, Ambassadeur de Suède en Afghanistan.

KABOUL, Afghanistan, 8 décembre 2009 – Les représentants de la Commission Européenne, de l'Union Européenne et de l'UNICEF se sont rencontrés le mois dernier pour signer une Déclaration commune qui a réitéré l'importance des droits de l'enfant en Afghanistan. La conférence s'est déroulée dans le cadre de la commémoration du 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (CDE) qui a eu lieu durant un mois dans le monde entier.

« En accord avec le mouvement mondial de toutes les parties qui assument une responsabilité envers les enfants et à l'occasion du 20ème anniversaire du plus important traité sur les droits de l'homme de l'histoire, l'Union Européenne et l'UNICEF signent aujourd'hui une Déclaration qui réaffirme notre détermination à collaborer, » a déclaré la Représentante de l'UNICEF en Afghanistan Catherine Mbengue lors son discours devant les personnalités participant à la conférence le 22 novembre.

L'UNICEF et l'Union Européenne (UE) collaborent étroitement pour veiller à ce que les intérêts supérieurs des enfants soient une préoccupation majeure pour tous sur l'ensemble de la planète. Au début de cette année, plusieurs dirigeants de l'Union Européenne ont participé au rapport phare de l'UNICEF « La Situation des enfants dans le monde », expliquant en détail l'impact qu'a eu la Convention sur le développement de la politique intérieure et extérieure de l'Union Européenne concernant les droits de l'enfant. 

Le partenariat UNICEF-UE en faveur de la CDE est particulièrement approprié en Afghanistan où un nombre élevé d'enfants continuent à être les victimes innocentes des combats et de la pauvreté.

« Une population très jeune »
Cette année a été très difficile pour la population d'Afghanistan et particulièrement pour ses enfants. La moitié de la population du pays a moins de 18 ans – soit environ 15 millions de jeunes – et parmi celle-ci, 5 millions ont moins de cinq ans.

« L'Afghanistan a une population très jeune, » a dit le Représentant spécial de l'Union Européenne pour l'Afghanistan et le Pakistan Ettore Francesco Sequi, l'un des quatre signataires de la Déclaration. « Si la tendance actuelle des indicateurs démographiques se poursuit, dans 10 à 15 ans, 75 pour cent de la population aura moins de 18 ans. Il est donc extrêmement important de mettre en avant le sentiment d'urgence qui prévaut. Si nous n'agissons pas aujourd'hui, nous perdrons une génération. Et nous ne pouvons pas nous le permettre. » 

Au cours de dix premiers mois de l'année 2009, plus de 2000 civils afghans ont perdu la vie à cause des violences soit 200 de plus que l'année précédente et 700 de plus qu'en 2007. Et un grand nombre parmi ceux-ci était des enfants qui n'ont jamais eu la chance de connaître une vie sans violence.

Aide pour les enfants
Seulement 6 pour cent des enfants afghans font l'objet d'une déclaration à la naissance, 30 pour cent travaillent et environ 43 pour cent des filles sont mariées avant d'atteindre l'âge de 18 ans. 

L'Afghanistan est également le second pays dans le classement des taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans les plus élevés du monde. Un enfant sur quatre y meurt avant son cinquième anniversaire et un sur deux est atteint d'insuffisance pondérale. Environ 80 pour cent de la population n'a pas accès à l'eau potable et seulement 30 pour cent des foyers disposent d'installations sanitaires correctes.  

Le besoin en aide humanitaire ne fera que s'accroître avec la saison d'hiver qui approche bien que l'accès de cette aide soit limité par le conflit en cours et qu'une grande partie du territoire du pays soit actuellement inaccessible à l'UNICEF et à ses partenaires.

Priorité aux droits de l'enfant
L'Afghanistan a ratifié la CDE ainsi que ses deux Protocoles facultatifs. En août, le gouvernement a soumis au Comité des droits de l'enfant, à Genève, son premier rapport sur les progrès réalisés dans la mise en application de la CDE. 

Le travail de préparation et les recommandations du Comité prépareront la voie à de futurs programmes communs entre le gouvernement afghan et ses partenaires pour faire face aux défis gigantesques qui s'annoncent pour l'avenir.

« Quand nous nous occupons des enfants et des droits de l'enfant, c'est le point de vue de l'enfant qui doit nous servir de guide, » a souligné S.E. Svante Kilander, Ambassadeur de Suède en Afghanistan.

Changements positifs
Des changements positifs ont également lieu. La scolarisation est passée d'à peine 1 million d'enfants en 2001 à environ 6 millions en 2008. En 2001, il n'y avait officiellement pas de filles à l'école; aujourd'hui, elles sont 1,78 million à fréquenter l'école. La couverture vaccinale contre la rougeole et la poliomyélite se situe autour de 80 pour cent et de plus en plus de personnes ont accès à l'eau potable.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/Walther
Une fillette afghane dans un centre d'alphabétisation pour enfants des rues.

« Je dois dire que ces enfants innocents qui sourient en vous vendant des bibelots dans la rue ou qui essaient de nettoyer les pare-brise de nos voitures méritent mieux parce qu'ils sont l'avenir de ce pays, » a dit le Dr Hansjorg Kretschmer, Chef de la délégation de la Commission européenne en Afghanistan et qui s'est joint à l'UNICEF pour signer la Déclaration. « Si nous ne les aidons d'une façon adéquate, l'avenir de ce pays sera très sombre, » a ajouté le Dr Kretschmer. 

La CDE a suscité de nombreux changements en faveur de l'amélioration de la protection de l'enfance et a modifié la façon selon laquelle les organisations internationales font face aux besoins et aux droits des enfants. Le traité a offert un cadre pour la protection des enfants dans les conflits armés, aboutissant à l'adoption de la Résolution 1612 par le Conseil de sécurité de l'ONU et au mécanisme de surveillance et de communication de l'information relatif aux six violations graves des droits de l'enfant. La résolution et le mécanisme de surveillance sont opérationnels en Afghanistan depuis 2006.   

« La Déclaration vous invite tous à rejoindre ce mouvement, » a dit Catherine Mbengue. « Nous devons travailler collectivement pour et avec les enfants pour créer un monde digne des enfants ici en Afghanistan et dans le monde entier. Nous pouvons changer le monde mais nous devons choisir de le faire. »


 

 

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche