Afghanistan

Déblayer le sol afghan des héritages de la guerre

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ1996-0862/Semeniuk
Des prothèses de jambes chaussées de baskets s’alignent sur une étagère dans un centre orthopédique de Kaboul (Afghanistan). Plus de 70 000 Afghans ont été tués ou blessés par des engins explosifs depuis les premières campagnes de déminage en 1989.

Par Elizabeth Kiem

Le 4 avril, la troisième Journée internationale pour la sensibilisation au danger des mines sera célébrée dans le monde entier. Voici une histoire dans un pays touché par les mines, l’Afghanistan.

NEW YORK, États-Unis,  le 3 avril 2009 – Le premier programme humanitaire d’action antimines a commencé en Afghanistan il y a vingt ans, mais le pays reste dangereusement infesté.

VIDÉO : regarder maintenant

Plus de 70 000 Afghans ont été tués ou blessés par des engins explosifs depuis les premières campagnes de déminage en 1989.  En 2008, 445 incidents ont été recensés rien qu’au cours des six premiers mois. Malheureusement, beaucoup d’entre eux concernent des enfants, qui prennent ces objets meurtriers pour des jouets ou de précieux métaux de récupération. Des enfants étaient impliqués dans 31 des 48 incidents recensés au cours des deux premiers mois de l’année 2009.

Grâce à des interventions appuyées par l’UNICEF, ces chiffres sont en baisse.

« En combinant la sensibilisation aux mines et la création d’aires de jeux protégées, on a pu faire baisser le nombre d’incidents, c’est certain, » affirme Najibullah Hameem, Chargé de la protection de l’enfance pour l’UNICEF à Kaboul. « Parce que nous ne touchons pas seulement les enfants, mais aussi les parents, qui reçoivent une orientation dans les centres de jeunesse établis par l’agence. »

Couvrir plus de terrain

Alors que cela fait vingt ans que le travail a commencé, plus de 8000 personnes s’occupent encore de déminage, de sensibilisation aux mines et de réinsertion en Afghanistan. 80 pour cent des zones les plus contaminées ont été déminées, mais il reste environ 720 km carrés de terrains dangereux, mettant en péril plus de 2000 communautés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2003-0154/Noorani
À Gardez, dans le sud-est de l’Afghanistan, des enseignantes participent à une séance de formation sur la sensibilisation aux dangers des mines et autres engins non explosés où elles utilisent des matériaux fournis par l’UNICEF.

Woch Tangai dans la province de Nangarhar est un petit village, mais il représente une grande réussite. Situé dans une bande de terrain longeant la frontière du Pakistan que les mines avaient rendue inhabitable, il abrite 600 familles aujourd’hui.

Woch Tangai est l’une des zones de repeuplement pour rapatriés qui ont été déminées dans le but affirmé de permettre à des Afghans chassés de chez eux par les conflits armés de s’y installer en toute sécurité. La plupart ont passé plus de dix ans dans des camps au Pakistan.

Aires de jeux protégées

L’école primaire de Woch Tangai est un ensemble de bâtiments au milieu du village. Au centre se trouve l’aire de jeux protégée, dont les équipements ont été fournis par l’UNICEF.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afghanistan/2009
Le terrain de jeux protégé de Woch Tangai (province de Nangarhar) a été construit en septembre 2008 pour les quelque 600 familles réinstallées dans ce village.

Grâce à ce terrain de jeux bien équipé, le nombre d’enfants allant jouer dans des endroits dangereux a diminué.

« C’est une très bonne initiative d’inciter les enfants à se rendre à l’école et de les faire jouer dans des endroits sûrs, » explique le chargé de programmes de l’UNICEF Prakash Tuladhar. « Les terrains de jeux désignés comme tels sont devenus un des éléments importants de nos interventions au sein du secteur de l’éducation. »

Sensibilisation au danger des mines, mobilisation des jeunes

L’UNICEF Afghanistan a contribué à l’installation de 137 aires de jeux protégées à travers le pays.

« Notre but est de donner aux enfants des endroits où ils peuvent jouer sans risquer d’être victimes de mines. Nous les avons liés aux centres d’information et de contact pour la jeunesse, afin de donner aux jeunes l’occasion de se réunir », explique M. Hameem.

L’UNICEF appuie aussi des programmes de sensibilisation aux mines qui ont permis d’éduquer près de 1,5 million d’Afghans à ces engins dangereux. Le Programme d’éducation aux risques de mines a été intégré au ministère de l’Éducation.

L’aide aux victimes fait, elle aussi, partie des services publics, les responsabilités gouvernementales étant désormais du ressort du ministère de la Santé publique.

Journée internationale de sensibilisation aux mines

En dehors de l’Afghanistan, les Nations Unies et ses partenaires marquent la troisième Journée internationale pour la sensibilisation aux mines et l’assistance à la lutte antimines le 4 avril 2009, avec des manifestations dans le monde entier.

L’UNICEF est engagé dans la lutte anti-mines depuis 15 ans et appuie des activités dans quelques 35 pays, de la Colombie aux pays du Caucase, de l’Éthiopie au Soudan. L’UNICEF appuie aussi la signature, la ratification et l’application de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel et autres traités similaires.


 

 

Vidéo (en anglais)

Reportage de la correspondante de l’UNICEF Elizabeth Kiem sur les initiatives  de sensibilisation aux mines en Afghanistan.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche