Afghanistan

Afghanistan : L’UNICEF et ses partenaires s’unissent pour tenter d’enrayer la mortalité des mères

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afghanistan/2007
En Afghanistan, de nouveaux programmes et des partenariats ont été mis en place pour permettre aux nouveaux-nés, tel celui-ci, de pouvoir grandir avec leurs mères.

Par Fawad Sahil

KABOUL, Afghanistan, 2 avril 2007 – Une femme afghane sur neuf meurt durant ou peu après sa grossesse soit un des taux de mortalité maternelle les plus élevés du monde. La maternité Malalaï de Kaboul, l’une des plus encombrées d’Afghanistan avec  la naissance de 80 à 100 bébés par jour, est à pied d’œuvre pour que plus de femmes puissent voir leurs enfants grandir.

Depuis la chute des Taliban en 2001, l’UNICEF a apporté le soutien qui était absolument nécessaire à cet hôpital par la rénovation de ses installations, l’augmentation de sa capacité d’accueil, la formation des médecins et des sages-femmes ainsi que l’apport de fournitures et de médicaments. L’organisation a aussi mis en place, en collaboration avec les différentes communautés, une vaste campagne d’information en faveur d’une maternité sans danger.

L’hôpital est un centre de formation important où les obstétriciens deviennent des formateurs accomplis et permettent à leur tour d’améliorer les compétences de centaines de médecins et de sages-femmes à travers le pays.

«Ce soutien a eu un impact significatif sur les femmes enceintes et a sauvé tellement de vies», affirme le Dr Mirafzoon Meher Nisar, du service de la maternité.

«Un droit aux meilleurs établissements médicaux»

En 2007, le programme des maisons d’attente de maternité a été mis en place dans six provinces d’Afghanistan. Les maisons d’attente de maternité sont des établissements résidentiels situés près des centres médicaux offrant toute la panoplie des soins obstétriques. Là, les femme peuvent recevoir des soins prénataux où sont inclus des vaccinations et un programme d’éducation sur la santé et les habitudes d’hygiènes. Elles peuvent accoucher dans un environnement semblable à celui de leur domicile ou être transférées dans un centre médical si des complications surviennent.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afghanistan/2007
Les nouveaux programmes devraient pouvoir aider les femmes afghanes à comprendre l’importance des soins prénataux et d’accouchement pour leur santé et celle de leurs enfants.

Les maisons d’attente de maternité ont été adoptées par plusieurs pays pour compenser le vide géographique entre les zones rurales dépourvues d’accès à des prestations efficaces et les zones urbaines où davantage de services sont disponibles. On estime que 1 000 femmes par an tireront profit des soins offerts par chaque maison de maternité.

«En Afghanistan, les femmes doivent savoir qu’elle ont le droit d’avoir les meilleurs établissements médicaux et que c’est la responsabilité du gouvernement de le leur procurer», affirme le Dr Nafisa Qani, responsable du programme pour la protection des enfants de l’UNICEF.

Le coeur d’une société stable

Les médecins de la maternité Malalaï attribuent le nombre alarmant de décès des mères aux effets des années de conflit qui ont mis à mal le système de santé ainsi qu’aux les sensibilités culturelles traditionnelles qui ont  mis en jeu la santé des femmes afghanes.

En Afghanistan, 40% des femmes se marient avec l’âge de 18 ans; un tiers de ces femmes ont des enfants avant d’atteindre l’âge adulte. Beaucoup de femmes enceintes n’ont pas accès aux prestations médicales les plus élémentaires et seulement 11% des accouchements ont lieu dans un établissement hospitalier.

Pour contribuer à réaliser l’objectif du Millénaire pour le développement d’amélioration de la santé des mères, le gouvernement afghan, avec le soutien de l’UNICEF et d’autres agences de l’ONU, a accepté la mise ne place d’un  Programme commun pour la réduction de la mortalité maternelle. Son but est de réduire la mortalité maternelle de 20% d’ici la fin de l’année 2008.

Une famille en bonne santé est au coeur d’une société stable et il est essentiel d’instaurer une sécurité à long terme pour tous les Afghans. Alors que beaucoup de progrès ont été réalis és en Afghanistan au cours des cinq dernières années vers la réduction de la mortalité maternelle, l’apport suivi en ressources techniques et financières ne doit pas être interrompu pour que plus de mères et leurs bébés puissent vivre.


 

 

Recherche