Tunisie

Actualité

Une école pour panser les maux et apprendre des mots
RAS JDIR, Tunisie, 8 août 2011 - Dans une école primaire d'El Hamma, un bâtiment historique du 19e siècle, des enfants jouent dans la cour, d'autres plus studieux récitent l'alphabet, sous l'oil attentif d'une institutrice. Dans une autre classe, des mélomanes en herbe s'exercent à l'art du violon et du luth.

Des familles qui ont fui les combats en Libye font face à de nouvelles violences dans un camp tunisien.

NEW YORK - États-Unis, 31 mai 2011 - Leurs tentes ont été réduites en cendres, leurs affaires pillées et l'école temporaire de leurs enfants détruite. Privés d'abri et entourés des vestiges calcinés des rares affaires qu'il leur restait, les réfugiés du camp tunisien de Shousha vivent dans la peur et l'incertitude.

Un camp de transit de l’UNICEF donne de l’espoir aux enfants à la frontière entre la Tunisie et la Libye
RAS JDIR, Tunisie, 12 mai 2011 – Les tentes blanches de la nouvelle école soutenue par l’UNICEF, dans le camp de Shousha à Ras Jdir, brillent sous les rayons du soleil et redonnent une lueur d’espoir aux populations.

Dans un camp de transit de Tunisie, l'UNICEF offre une aide aux familles qui ont fui le conflit en Libye
RAS JDIR, Tunisie, 11 mai 2011 – Au premier abord, il est difficile d'imaginer que Fatmah, 15 ans et originaire du Niger, soit déjà mère de deux enfants bien que, chez les Nigériens, les mariages précoces ne soient pas inhabituels.

Fournir un soutien psycho-social aux enfants déplacés dans le Sud de la Tunisie
DEHIBAT, Tunisie, 27 avril 2011 - il y a un mois, Marwa, 11 ans, était une élève en cinquième année à l'école Nafousa en Libye occidentale. Mais quand les combats se sont rapprochés de sa maison à Nalut, les écoles ont fermé et elle a été forcée de rester à la maison. Les menaces récentes de bombardement sur sa ville n’ont pas laissé d’autre choix à Marwa et sa famille que de rejoindre les milliers de Libyens qui fuyaient en Tunisie.

Des efforts d’enregistrement des naissances axés sur la protection des droits des nouveau-nés à la frontière tunisio-libyenne
RAS JDIR, Tunisie, 19 avril 2011 – Sabeela, 28 ans, a pris un risque en fuyant les affrontements de Libye. Étant à un stade avancé de sa grossesse, cette Nigérienne craignait d’accoucher pendant le voyage en bus de sept heures permettant de rejoindre Ras Jdir, au sud de la Tunisie, depuis Tripoli.

Un jeune homme fuit en Tunisie et trouve l'espoir après avoir connu la violence en Libye
RAS JDIR, Tunisie, 12 avril 2011— PourSuleiman (ce n'est pas son vrai nom), 15 ans, le récent conflit en Libye est  tout juste le dernier d'une série de malchances qui ont tourmenté sa jeune vie. Il y a quatre ans, déjà, la guerre l'a séparé de ses parents en Somalie.

À la frontière tunisio-libyenne, l'aide aux familles de migrants qui cherchent à rentrer dans leur pays

RAS JDIR, Tunisie, 4 avril 2011 – Dès l'instant où ils pénètrent sous une tente dans le camp de transit d'Ataawan à la frontière tunisio-libyenne, ce qui attire l'oeil  c'est le sourire radieux de Laika et de ses six enfants.

L'UNICEF met en place des installations sanitaires dans les camps de transit de la frontière tuniso-libyenne
RAS JDIR, Tunisie, 30 mars 2011 – En l’absence d’un dénouement à la crise libyenne, l'afflux quotidien de population dans le sud de la Tunisie se poursuit. De nombreuses personnes s'enfuient en passant la frontière en automobile, en bus ou même à pied.

L'UNICEF soutient des espaces "Amis des enfants" sur la frontière tunisio-libyenne pour les enfants déplacés par le conflit
RAS JDIR, Tunisia, 28 mars 2011 – Dans un espace d'accueil « Ami des enfants » installé sous une tente de taille moyenne du camp de transit de Shousha, Samia, 7 ans (ce n'est pas son vrai nom), et d’autres enfants se tiennent par la main pour former un cercle et chanter une chanson.

L'UNICEF soutient une campagne de vaccination d'urgence dans un camp de transit sur la Frontière tunisio-libyenne

Des familles de plus en plus nombreuses se réfugient à la frontière tuniso-libyenne pour échapper aux violences qui continuent en Libye
RAS JDIR, Tunisie, 14 mars 2011 – Saïda, 6 ans, a vu ses meilleures amies pour la dernière fois avant le début des troubles qui agitent la Libye ; elles n’ont certainement pas la moindre idée que Saïda et ses parents se trouvent aujourd’hui dans un camp à Ras Jdir, à la frontière tuniso-libyenne.

Aide d'urgence aux migrants à la frontière Tunisio-Libyenne

RAS JDIR, Tunisie, 9 mars 2011 - Il y a deux ans, désespérant de pouvoir gagner de l'argent pour sa famille, Joy a laissé son fils de quatre ans aux soins de sa mère au Nigeria, et émigré en Libye pour y travailler comme femme de ménage. Maintenant, enceinte de sept mois et demi, elle est assise dans un camp à la frontière tunisio-libyenne, dans l'attente d'un avion pour rentrer chez elle au Nigeria.

De jeunes Tunisiens interviennent pour aider les milliers de migrants qui fuient la Libye
RAS JDIR, Tunisie, 7 mars 2011 - Alors que la Libye s'enfonce dans la violence, les frontières du pays sont submergées par les migrants en fuite. Au cours des deux dernières semaines, plus de 100 000 personnes ont franchi la frontière entre la Libye et la Tunisie pour retourner vers leurs pays d'origine.

L'UNICEF et ses partenaires accélèrent leur aide humanitaire en réponse à la crise en Libye

NEW YORK, États-Unis, 3 mars 2011 – Comme des dizaines de milliers de personnes fuient vers l'Égypte et la Tunisie pour échapper à l'escalade du conflit en Libye, l'UNICEF envoie des secours d'urgence pour répondre aux besoins urgents des femmes et des enfants affectés par la crise libyenne. Dans le cadre de ses efforts d'urgence, l'organisation lance un appel de fonds pour un financement additionnel de 7,2 millions de dollars.

Protéger les droits de l'enfant à une éducation pendant l'agitation en Tunisie
TUNIS, Tunisie, 23 février 2011 - Après que son école ait été attaquée trois fois en deux semaines, *Issam, 13 ans, admet sa peur.

En Tunisie, l'UNICEF veut mettre l'accent sur les questions concernant les enfants
TUNIS, Tunisie, 17 février 2011 - Hamza vit à Sidi Hcine, une banlieue  ouvrière à la périphérie de Tunis. Un jour par semaine, alors qu'il devrait être en classe, il travaille sur le marché aux poissons dans le centre de Tunis.


 

 

 

 Version imprimable

Recherche