Timor-Leste

Jackie Chan apporte un message de paix et d’harmonie aux jeunes du Timor- Leste

Image de l'UNICEF: Jackie Chan, UNICEF
© UNICEF/HQ08-0646/Estey
Le 24 juin 2008, l’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF, Jackie Chan (au premier plan, à droite), accueille des enfants au centre de l’ONU à Dili, la capitale du Timor-Leste. Derrière lui se trouve le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Timor-Leste Atul Khare.

Par Lely Djuhari

DILI, Timor-Leste, 26 juin 2008 – Lors d’une visite ici cette semaine, l’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF Jackie Chan a transmis aux jeunes du Timor-Leste un message spécial, en se servant des arts martiaux comme d’un instrument de paix et d’unité. 

Les arts martiaux sont traditionnellement très populaires auprès des jeunes du Timor. Auparavant, ils pratiquaient les arts martiaux pour le sport, pour rester en forme et pour l’autodéfense. Mais le pays ayant plongé dans une phase de violence suite à l’indépendance, de plus en plus de jeunes utilisent leurs techniques pour commettre des crimes et autres actes de violence.

Le Timor-Leste, qui a obtenu son indépendance il y a six ans, est l’une des nations les plus pauvres de la région. Le gouvernement reconnaît que des politiques fermement orientées sur les besoins de la jeunesse, ainsi qu’une éducation de meilleure qualité et des possibilités d’emplois, revêtent une importance capitale pour l’avenir du pays.

Rassembler les adeptes des arts martiaux

Au cours de sa visite, M. Chan a beaucoup parlé avec les jeunes, dans un centre de jeunesse, une école et au stade national, où il a organisé un exercice de rassemblement de 3 500 élèves.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ08-0653/Estey
Jackie Chan et plusieurs centaines d’élèves font une démonstration d’arts martiaux au stade national de Dili, la capitale du Timor-Leste.

Les murs du stade avaient été décorés de graffitis sur la paix et l’harmonie. Et des élèves d’arts martiaux d’écoles de wushu, kempo, karaté and aikido ont tous participé à des démonstrations. Au cours de cet événement, organisé par l’UNICEF et le Secrétaire à la jeunesse et aux sports, M. Chan a encouragé les jeunes à devenir des membres productifs de la société et à canaliser leur énergie de manière positive.

« Cela n’est pas important, l’école d’arts martiaux dont on vient, dans la mesure où l’on sait tous s’unir, a-t-il dit, en s’entraînant pour les arts martiaux, on améliore sa vision, son esprit et son corps. Quand vous aurez un bon esprit et un corps tout aussi bon, aidez les gens, ne leur faites pas mal ».

Un dialogue de paix à la place des combats

M. Chan s’est ensuite rendu en hélicoptère à Ainaro, une région rurale du sud-ouest du pays, où les arts martiaux ont été introduits pour la première fois il ya des centaines d’années. Après s’être posé sur un terrain de football, il a été accueilli par 600 élèves qui ont formé une immense chaîne avec lui et ont fait des danses traditionnelles en gage d’unité.

De retour à Dili, au Centre des jeunes de Comorro, M. Chan a pu observer des cours de formation professionnelle et des enseignements aux aptitudes à la vie quotidienne, des cours d’anglais et d’électronique. 

Il a également tiré d’un point de pénalty sur un terrain de foot à Becora, une zone où les gangs en arts martiaux rivaux se combattaient férocement mais qui est maintenant le théâtre de rencontres de paix.

« L’éducation est un investissement d’une valeur inestimable »

Lors d’une visite d’une école adaptée aux enfants à Camea, M. Chan a parlé avec une classe d’enfants qui prenaient des cours d’arts martiaux et de mathématiques, puis a pris le temps de sauter à la corde et de jouer au volleyball avec eux. Nombre d’enfants ont dit qu’ils devaient marcher pendant plus d’une heure et demie dans des collines arides pour aller à l’école.

« On m’a dit que c’est difficile pour certains enfants d’aller à l’école ici. L’éducation est un investissement inestimable dans la vie de ces jeunes. Nous devons les aider à rester à l’école et à finir leur éducation de manière à ce qu’ils aient une vie meilleure », a dit M. Chan.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ08-0643/Estey
A Dili, Jackie Chan (au centre) rit avec de jeunes athlètes au Centre de jeunes de Comorro. Dans ce centre, les jeunes peuvent apprendre à lire, suivre diverses formations, faire du sport et se détendre.

« La visite de Jackie est une véritable inspiration pour les enfants d’ici, a dit Jun Kukita, représentante de l’UNICEF au Timor-Leste, je peux voir leurs yeux et leur visage s’illuminer quand il leur fait signe, leur frappe dans les mains et leur parle avec son charisme ».

« L’UNICEF s’engage à travailler avec le Gouvernement du Timor-Leste pour faire respecter les droits des jeunes et s’assurer qu’ils ont l’occasion d’apprendre, de développer des compétences pratiques et de jouer un rôle actif dans le développement de leur pays », a-t-elle ajouté.

Vers une paix durable

M. Chan, qui doit sa célébrité à ses films « kung fu » a rencontré des milliers d’enfants au cours de sa visite et il a écouté leurs inquiétudes et leurs espoirs pour l’avenir, tout en apportant un message de discipline, respect et unité.

Il a également été l’invité du Président Jose-Ramos Horta lors d’un dîner, il a rencontré le Premier ministre Xanana Gusmao et le Représentant spécial du Secrétaire général pour Timor-Leste Atul Khare lui a présenté la situation dans le pays.

Le Ministre Miguel Manetelu a remercié M. Chan de sa visite. Nous espérons que tous les jeunes se souviendront de ce que vous avez dit, a-t-il dit, nos devons faire durer la paix dans ce pays ».


 

 

Vidéo (en anglais)

24 Juin 2008:
La correspondante de l'UNICEF Chris Niles parle de la visite de l'Ambassadeur itinérant Jackie Chan au Timor-Leste.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche