Timor-Leste

Les élèves fuyant le conflit submergent les écoles aux alentours de la capitale du Timor-Leste

Image de l'UNICEF: Children in Baucau Town, Timor-Leste
© Timor-Leste/2006/Ruiz
Un groupe d’enfants chantent devant l’école primaire Don Bosco située dans la ville de Baucau au Timor-Leste (Timor Oriental). Bien qu’elle soit devenue un refuge pour environ 350 personnes déplacées de Dili, l’école continue à fonctionner et certains des enfants déplacés s’y sont inscrits.

Par Tani Ruiz

BAUCAU, Timor-Leste, 3 juillet 2006 – Plus de 700 élèves du secondaire fuyant la violence qui a embrasé Dili, la capitale du Timor-Leste, ont envahi le mois dernier les écoles d’un district oriental du pays, Baucau. Depuis, les trois écoles secondaires de la ville de Baucau s’efforcent de faire face à cet afflux.

Environ 25 000 personnes – soit, selon les estimations, à peu près un tiers du nombre total d’habitants qui ont fui la capitale – se sont réfugiées dans le district de Baucau à la suite de l’escalade de la violence qu’a connue Dili fin mai. Pendant toute cette crise, le district de Baucau est resté plus calme que la capitale et n’a pas connu de violences graves ; la plupart des services continuent d’y fonctionner.

Le gouvernement a également ordonné à toutes les écoles primaires du district de Baucau d’accueillir tous les enfants déplacés venant de Dili. On ne sait pas encore exactement combien d’enfants d’âge scolaire se sont réinscrits dans les écoles primaires de Baucau, mais l’une d’entre elles doit s’occuper de 160 élèves supplémentaires.

Une autre école, l’école primaire Don Bosco, bien que servant de refuge à plus de 350 personnes déplacées, continue à organiser des classes.

Des écoles surpeuplées

Cent cinquante enseignants sont arrivés dans le district de Baucau venant de la capitale Dili. Cent vingt d’entre eux ont déjà repris le travail dans les écoles primaires, secondaires et professionnelles locales. On prévoit que les examens nationaux se tiendront ce mois-ci comme prévu mais qu’ils seront légèrement retardés dans certains districts.

Cependant, les écoles du district souffrent de systèmes d’assainissement inadéquats et doivent faire face à une pénurie de ressources élémentaires : mobilier scolaire et fournitures scolaires aussi bien que nourriture pour les enfants.

« Si le nombre d’élèves continue à augmenter, toutes les écoles seront surpeuplées. Où allons-nous mettre ces élèves supplémentaires ? » demande Rodolfo Henrique Aparicio, le Directeur des services de l’éducation du district de Baucau.

L’UNICEF apporte sa collaboration au gouvernement de Timor-Leste pour remettre sur pied le système d’éducation primaire et lui fournit son soutien dans les domaines de l’eau et de l’assainissement, de la santé et de la protection de l’enfance.


 

 

Recherche