Timor-Leste

De nombreuses familles déplacées après les troubles au Timor-Leste vivent dans des conditions précaires

Image de l'UNICEF: UNICEF image: Timor Leste
© UNICEF Timor-Leste/2006/Johnson
La Représentante de l'UNICEF au Timor-Leste, Shui-Meng Ng, tient dans ses bras le bébé, âgé de deux mois, de Lidia Octavia dans un camp pour personnes qui ont fui leurs foyers de la capitale, Dili, afin d'échapper aux récentes flambées de violence.

Par  Madhavi Ashok

DILI, Timor-Leste, 31 mai 2006 – L'arrivée des troupes australiennes dans la capitale timoraise a permis d’améliorer considérablement la sécurité mais au moins 75 000 personnes ont fui leurs foyers pour échapper aux récentes flambées de violence. Les conditions de vie pour de nombreuses personnes déplacées sont en train de devenir insalubres – particulièrement dans les camps de fortune improvisés dans les écoles, les églises, les couvents et même l'aéroport qui sert d'abri provisoire.

La mise au monde de trois bébés en trois jours par des femmes cherchant refuge dans un camp situé en bordure de Dili montre bien à quel point un renforcement de l’aide humanitaire est devenu urgent.

« L'aide doit atteindre ces camps immédiatement et elle ne doit pas être seulement constituée de nourriture et d'eau, a déclaré la Représentante de l'UNICEF au Timor-Leste, Shui-Meng Ng. Des bébés naissent dans ces camps dans des conditions inacceptables. Ces bébés et leurs mères ont besoin qu'on s'occupe d'eux. Il nous faut aussi assurer les besoins en médecine préventive de tous ces gens. »

Dès hier, une équipe de l'UNICEF a visité 9 des quelque 35 à 40 camps de la ville afin d'évaluer la situation et assurer la distribution d'eau salubre et de latrines. L'équipe a fait état de conditions très précaires dans au moins trois des camps les plus vastes avec des latrines qui débordent, de l'eau stagnante et des tas d'ordures qui s'amoncèlent.

Image de l'UNICEF: UNICEF image: Timor Leste
© UNICEF Timor-Leste/2006/Gomes
Des mères surveillent leurs enfants en train de jouer avec un chiot dans un camp pour personnes déplacées à suite des flambées de violence à Dili, au Timor-Leste.

Les organisations humanitaires travaillent main dans la main

L'UNICEF et d’autres organisations humanitaires assurent l'aide pour le strict nécessaire mais il leur faut être soutenus davantage, notamment en nécessaires familiaux pour purifier l'eau, en bâches et en latrines adaptées. Les  volontaires pour la promotion de l'hygiène organiseront des équipes dans les camps qui seront chargées d'évacuer les ordures, de nettoyer les toilettes et d'organiser l'approvisionnement en eau.

Avec l'amélioration de la sécurité, on peut aujourd'hui espérer que ces activités démarreront rapidement. On est également en train de se procurer des fournitures d’urgence pour l'éducation des enfants déplacés.

L'UNICEF est un membre capital du Groupe interinstitution d'assistance humanitaire qui travaille avec le Gouvernement du Timor-Leste. Le groupe offre une assistance depuis le début du mois de mai, lorsqu’un grand nombre de personnes ont commencé à quitter leurs foyers pour vivre dans des camps à la suite des violences, incendies de maisons, pillages et autres affrontements.


 

 

Audio (en anglais)

30 mai 2006 : la Représentante de l'UNICEF au Timor-Leste, Shui-Meng Ng, explique comment la flambée récente de violence a affecté les enfants et les femmes.
 AUDIO écouter
Recherche