Thaïlande

Les services élargis permettent aux victimes de la maltraitance de se rétablir, dans la Thaïlande touchée par le tsunami

Répit et appui

Image de l'UNICEF
© UNICEF Thaïlande/2009/Estey
Nok (le prénom a été modifié), 17ans, a subi une agression sexuelle de son beau-père et donné naissance à son enfant. Grâce à l’aide de l’UNICEF, elle a pu rentrer chez elle pour vivre avec sa mère.

Par Rob McBride

PROVINCE DE KRABI, THAILANDE, 22 décembre 2009 – Assise sur le sol de la maison élémentaire où elle vit, Nok (le prénom a été modifié), 17 ans, parle avec Tuangporn Dumrith, une assistante sociale qui lui a rendu visite. Sa jeunesse contraste avec le traumatisme qu’elle a subi.

VIDÉO: regarder maintenant

A 15 ans, Nok a subi une agression sexuelle de son beau-père et est tombée enceinte. Ce calvaire a failli s’avérer trop lourd pour cette adolescente vulnérable. Grâce à une formation de l’UNICEF, Tuangporn Dumrith a pu intervenir avec succès auprès de Nok.

Tuangporn Dumrith raconte : « C’est l’école qui nous a alertés. On nous a dit qu’elle ne voulait plus sortir et qu’elle était même suicidaire. Le système de protection des enfants n’était pas très bien développé, mais il existe désormais un système bien meilleur pour traiter les cas individuels. »

Nok a été prise en charge par les services sociaux, grâce auxquels elle a pu accoucher et confier son enfant à l’adoption. Mais elle s’est alors retrouvée confrontée à un véritable défi et à un traumatisme potentiel : retourner dans son petit village, et donc dans la maison où elle avait été violée.

Certes, son beau-père n’était plus là, mais Nok s’inquiétait  tout de même de la réaction de ses voisins à son égard.

« J’étais inquiète » a t-elle confié. « Mais grâce au soutien de ma mère et de ses amies, et grâce à l’aide des assistants sociaux, j’ai été acceptée à nouveau. »

Restaurer les communautés

Dans la province voisine de Phang Nga, Arisara, 11 ans, a également pu profiter des services élargis. Confiée à présent aux soins de sa grand-mère, Arisara a été extraite d’une situation d’extrême vulnérabilité. Comme elle avait perdu sa mère dans le tsunami, son père l’avait confiée à une autre femme et était parti travailler dans une autre partie du pays. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Thaïlande/2009/Estey
Depuis le tsunami de l’océan Indien il y a cinq ans, l’UNICEF a appuyé les assistants sociaux de la province de Krabi grâce à des formations et des ressources accrues qui leur ont permis de suivre des cas comme celui de Nok.

« J’ai dû aller vivre avec mes grands-parents parce que la tante chez qui je vivais ne pouvait pas s’occuper de moi, » raconte Arisara.

Son école, Baan Bang Muang, est située près du littoral. Elle a été dévastée par le tsunami et de nombreux élèves ont été affectés. Cinq ans plus tard, on assiste à un véritable redressement, renforcé par la création d’un environnement protecteur et rassurant.

A présent, Arisara est assise avec sa grand-mère qui lui apprend comment faire des pétales de rose décoratifs avec des feuilles d’arbres. Tout comme Nok, elle est clairement plus heureuse qu’auparavant.

Un appui continu

Depuis que le tsunami a frappé en décembre 2004, l’UNICEF a appuyé la formation d’assistants sociaux à Krabi et dans d’autres provinces affectées. Des ressources supplémentaires ont été débloquées afin d’élargir les services de protection de l’enfance, et de nombreux nouveaux programmes pilotes ont été appuyés pour aider les orphelins et autres enfants vulnérables.

Sumet Buabucha, responsable provincial du développement social, est satisfait des progrès réalisés depuis la catastrophe.

« Je suis très heureux du relèvement cinq ans plus tard » a t-il affirmé. « Mais il faudra encore attendre un moment avant de pouvoir dire que tout va vraiment bien. »

Nantaporn Ieumwananonthachai, spécialiste UNICEF de la protection de l’enfance, espère que parmi ces programmes, nombreux seront ceux qui pourront être élargis au niveau national. 

« Il faut espérer que l’argent consacré à cette région touchée par le tsunami profitera aux enfants de cette région, mais qu’il couvrira aussi le reste du pays, » a t-elle déclaré.


 

 

Vidéo (en anglais)

19 septembre 2009 : Rob McBride, un correspondant de l’UNICEF, évoque les efforts continus déployés pour aider les enfants cinq ans après le tsunami de l’océan Indien..

VIDÉO haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche