Tadjikistan

Au Tadjikistan, un enseignement basé sur les compétences nécessaires à la vie courante ramène les filles en classe

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Des filles lisent le journal dans une salle de classe à Isfara, au Tadjikistan.

Par Vladimir Lozinski

ISFARA, Tadjikistan, 7 novembre 2006 – Au Tadjikistan, vingt pour cent des jeunes filles ne vont pas en classe. La plupart d’entre elles restent à la maison pour aider leur mère aux travaux du ménage, alors que d’autres se consacrent à des travaux agricoles saisonniers. 

Disposant de revenus limités, les parents donnent la priorité à l’éducation des garçons, sur lesquels ils comptent pour les aider pendant leurs vieux jours. Il est prévu que les filles se marient et quittent la famille, si bien que leur éducation est considérée comme un lourd fardeau.

Soucieux d’inciter les filles à retourner en classe, avec l’appui de leur famille, l’UNICEF collabore ici avec le Ministère de l’éducation et des organisations non gouvernementales à la mise en œuvre d’un enseignement basé sur les compétences nécessaires à la vie courante. Ceci se passe dans 50 écoles sélectionnées en raison de leur faible taux de fréquentation scolaire des filles.

La pauvreté est un obstacle à l’éducation

Le Tadjikistan est la plus pauvre des anciennes républiques soviétiques, 76 pour cent des enfants vivant sous le seuil de pauvreté de 2,15 dollars E.-U. par jour. Le chômage a fait d’énormes ravages dans la population instruite, aussi, nombreux sont ceux qui estiment que l’instruction ne rime à rien, surtout pour les filles.

« Il est très difficile à cause de la pauvreté de donner une éducation à tous les membres d’une famille », dit Muazzama Homidova. Elle travaille comme ouvrière agricole dans le district d’Isfara, situé dans le nord du Tadjikistan. « On ne peut envoyer les filles en classe en raison des frais de scolarité » ajoute-t-elle. « En outre, il faut acheter des manuels et des chaussures. Cela coûte de l’argent ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Les filles tadjiks sont incitées à venir en classe pour y recevoir un enseignement basé sur les compétences nécessaires à la vie courante. Une fois là, elles bénéficient également d’un enseignement de type classique.

L’enseignement basé sur les compétences nécessaires à la vie courante repose sur l’idée de « prouver que l’école en vaut la peine », déclare Ikram Davronov, responsable à l’UNICEF du développement de l’enfant. « Ceci ramène les filles à l’école et leur donne des atouts pour l’avenir ».

Acquérir des compétences pratiques

Grâce à cette approche, les parents permettent à présent à leurs filles de revenir en classe car elles peuvent acquérir à l’école des compétences pratiques qui s’avèrent utiles à la maison. Une fois qu’elles sont en classe, les écolières apprennent à lire, écrire et compter. Elles apprennent également la prévention vis-à-vis du VIH/SIDA, les techniques de règlement des conflits et de négociation. En conséquence, les filles prennent confiance en elles et apprennent à penser et à parler pour elles-mêmes. 

« Mes parents m’ont permis d’aller à l’école pour pouvoir y apprendre l’artisanat traditionnel », dit Madina Zarnigorova, 15 ans. « J’y apprends aussi entre autres les maths ».

Madina habite à Isfara, où on a recensé plus de 300 écolières qui risquent de ne pas achever le cycle primaire obligatoire du fait de la pauvreté. L’UNICEF apporte son aide à un enseignement basé sur les compétences dans la vie courante, qui est donné dans dix écoles de ce district et dans 40 autres écoles situées dans cinq autres districts du pays. À présent, 850 écolières au total bénéficient du projet d’enseignement des compétences nécessaires à la  vie courante.

 


 

 

Vidéo (en anglais)

7 novembre 2006:
Vladimir Lozinski, de l’UNICEF, décrit une campagne, bénéficiant de l’appui de l’organisation, qui a pour objectif de ramener les filles en classe au Tadjikistan.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche