Darfour (Soudan/Tchad) - Région en crise

 

Au Darfour, l’art favorise la guérison des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sudan/2005/Noorani
Un enfant du camp de Nyala au Darfour.

Par Maya Dollarhide

DARFOUR, Soudan, 23 juin 2005 – Le conflit en cours dans la région du Darfour, au Soudan, touche environ 1,5 million d’enfants. Un grand nombre d’entre eux ont été témoins d’atrocités, y compris de viols et de meurtres de membres de leur famille.

De plus, ces enfants ont été eux-mêmes victimes de violence; des filles ont été violées, des enfants blessés ou tués. Beaucoup ont été obligés de fuir avec leur famille les villages incendiés.
Des dizaines de milliers d’enfants qui ont souffert de violences ou qui en ont été témoins vivent à présent dans des camps où ils trouvent abri, nourriture et même une éducation. Mais l’impact psychosocial de leurs expériences traumatisantes demeure. L’UNICEF travaille avec des ONG, l’Union africaine et ses partenaires des Nations Unies pour aider les enfants du Darfour à se remettre.

« Ces enfants sont marqués psychologiquement d’une manière terrible qui se prolongera probablement le reste de leur vie. Et c’est là la plus grande tragédie de cette situation d’urgence », constate M. Keith McKenzie, le représentant de l’UNICEF dans la région du Darfour.

Image de l'UNICEF
Certaines oeuvres reflètent la violence dont d’innombrables enfants ont été témoins au Darfour.

L’UNICEF et ses partenaires soutiennent plus de 173 centres conviviaux d’aide à l’enfance installés dans les camps et où les enfants ont accès à des équipements sportifs, du matériel éducatif set des fournitures pour des activités artistiques. Une simple trousse de crayons donne à un enfant la possibilité de donner libre cours à son expression personnelle.

Des dessins qui changent quand s’amorce la guérison

Les dessins produits par les enfants qui arrivent dans les camps sont un témoignage frappant de ce qu’ils ont vu et subi. Leurs œuvres sont dominées par d’âpres images du conflit : villages en feu et personnages à cheval tirant sur des foules.

Image de l'UNICEF
Une oeuvre d’enfant du camp de Al-Riyad, Darfour.

L’art est une manière pour les enfants de faire face au traumatisme et de le dépasser. « Être capable de ‘parler’ de leurs cauchemars par des dessins aide les enfants à guérir, dit M. McKenzie, ils trouvent plus facile d’exprimer leurs émotions avec des crayons et du papier car les mots sont plus difficiles à trouver. »

Avec le temps, le processus de guérison s’amorce et les dessins des enfants changent. « Ils commencent à y mettre des fleurs, des oiseaux et des scènes de la vie normale, dit M McKenzie, leurs espoirs et leurs aspirations se manifestent en couleur sur la page. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sudan/2005/ El Tigani
Des enfants chantent pour la paix au Darfour au théâtre en plein air de Wali dans le Sud du Darfour, Nyala City.

Art et célébration au cours de la « Journée de l’enfant africain »

L’UNICEF et ses partenaires emploient également les arts de la scène comme moyens d’offrir aux enfants du Darfour un soutien psychologique. Pour célébrer la « Journée de l’enfant africain » au début du mois, des enfants du camp de Kalma dans le Sud du Darfour ont chanté, dansé, lu de la poésie et joué de la musique sur des instruments traditionnels.


 

 

Recherche