UNISSONS-NOUS POUR LES ENFANTS

Les enfants et le VIH/SIDA

L'UNICEF et ses partenaires font état de progrès dans la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant

Publication du rapport « Enfants et SIDA : cinquième bilan de la situation »

NEW YORK, États-Unis, 30 novembre 2010 - A mi-chemin d'une campagne de 10 années destinées à faire reculer le SIDA, l'UNICEF et ses partenaires sont en train de réaliser des progrès significatifs pour empêcher les mères de transmettre la maladie à leurs enfants. 

VIDÉO (en anglais) : 30 novembre 2010 - le reportage de la correspondante de l'UNICEF Priyanka Pruthi sur la publication du rapport « Enfants et SIDA : cinquième bilan de la situation » au siège de l'UNICEF à New York. Regarder dans RealPlayer

« La majorité des femmes reçoivent à présent des médicaments rétroviraux pour prévenir la transmission aux nouveau-nés mais à présent notre but doit être l'élimination de la transmission verticale de façon à ce qu'il y ait moins de nouveau-nés infectés, ou même aucun, » a déclaré le Responsable de la lutte contre le VIH/SIDA à l'UNICEF Jimmy Kolker.  

 Ce but a été atteint dans les pays développés mais, en Afrique, 1000 bébés acquièrent le virus chaque jour. Mondialement, le SIDA est la cause principale de mortalité chez les femmes en âge d'avoir des enfants. « C'est quelque chose que nous savons comment arrêter et nous pouvons l'arrêter, » a déclaré Jimmy Kolker. 

VIDÉO (en anglais) : le reportage de la correspondante de l'UNICEF Chris Niles sur les conclusions du rapport « Enfants et SIDA : cinquième bilan de la situation » qui suit les progrès de la campagne « Unissons-nous pour les enfants, contre le SIDA. » Regarder dans RealPlayer

Des « Progrès remarquables »

Le rapport « Enfants et SIDA : cinquième bilan de la situation », publié ce jour à New York à la veille de la Journée mondiale du SIDA  2010, s'oriente vers ces conclusions importantes ainsi que d'autres. Il marque la cinquième année de la campagne « Unissons-nous pour les enfants, contre le SIDA » lancée par l'UNICEF et ses partenaires en 2005 afin de donner aux enfants une place centrale dans l'agenda international de la lutte contre le SIDA. 

Le rapport est dédié à la mémoire de Thembi Ngubane, un avocat sud-africain chef de file de la prévention du VIH/SIDA chez l'enfant, qui est mort l'année dernière de complications touchant à cette maladie. Le rapport marque aussi les cinq ans de la campagne « Unissons-nous pour les enfants contre le SIDA » lancée par l'UNICEF et ses partenaires en 2005, afin de placer l'enfant au coeur de l'Agenda international pour la lutte contre le SIDA.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-1376/Pirozzi
Thembi Ngubane, alors 19 ans et aujourd'hui décédée, avec son ami Melikhaya Mpumela en compagnie de leur fille de 16 mois à Cape Town, en Afrique du Sud en 2006. Thembi Ngubane, une militante connue pour la prévention du VIH/SIDA chez les enfants, est morte l'an dernier à la suite de complications liées à la maladie. « Enfants et SIDA : cinquième bilan de la situation » est dédié à sa mémoire.

La campagne a quatre priorités : la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant; le traitement pédiatrique; la prévention parmi les adolescents et les jeunes; et la protection pour les orphelins et les enfants vulnérables.

« Je pense que nous avons observé une grande activité dans tous ces domaines et certains progrès vraiment remarquables au cours des cinq dernières années, » a annoncé Jimmy Kolker.

Toucher les plus vulnérables

L'UNICEF continuera de mettre en avant le fait qu'il importe de garantir aux plus démunis et aux plus vulnérables une aide dans la prévention et le traitement du SIDA.

Jimmy Kolker a fait valoir que l'organisation travaillait sur « des opérations d'un bon rapport coût-efficacité qui toucheront vraiment ces personnes pour qui les progrès dans la lutte contre le SIDA sont absolument essentiels afin que soient réalisés non seulement les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) mais aussi pour garantir une génération libérée du SIDA. »

L'un des obstacles majeurs que rencontrent l'UNICEF et ses partenaires pendant la campagne SIDA est de pouvoir apporter les médicaments jusqu'aux femmes vivant en milieu rural, afin qu'elles puissent protéger leurs bébés du VIH, a déclaré le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, lors du  lancement du nouveau rapport au siège de l'UNICEF à New York.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2534/Markisz
À la conférence de Presse pour le lancement du rapport « Enfants et SIDA : cinquième bilan de situation », l'Ambassadrice itinérante de l'UNICEF, Vanessa Redgrave (au centre) montre un « Kit maman-bébé » de médicaments antirétroviraux destinés à prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant. À gauche, la Coordinatrice du Département VIH/SIDA de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) le docteur Ying-Ru Lo et à droite le Chef pour la lutte contre le VIH/SIDA à l'UNICEF, Jimmy Kolker.

« C'est un défi complexe, mais des solutions tout à fait simples peuvent être trouvées, » a-t-il ajouté, citant le « Kit maman-bébé » de médicaments antirétroviraux distribué au Kenya pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant dans des secteurs non desservis par des centres de santé fixes.

« Ensemble, nous pouvons commencer à écrire le chapitre final de l'histoire Enfants et SIDA, » a affirmé Anthony  Lake.

L'ambassadrice itinérante de l'UNICEF, Vanessa Redgrave, qui était également présente pour le lancement du rapport, a déclaré que mettre l'enfant au coeur de la lutte mondiale contre le SIDA était un grand pas en avant. « Chacun prend sa part d'un travail, très difficile et précis à mettre en oeuvre, pour apporter à chaque mère, chaque adolescent et chaque enfant la connaissance," a-t-elle dit. « Je suis très impressionnée par ce qui a déjà été fait. »

Adolescents séropositifs

Toucher les adolescents est l'un des domaines de la campagne qui pose le plus de difficultés; 40 pour cent des nouvelles infections de VIH chez les adultes touchent les jeunes de 15 à 24 ans. L'UNICEF a demandé aux gouvernements et aux dirigeants politiques de redoubler d'efforts pour soutenir et protéger les droits des jeunes à vivre sans SIDA et sans VIH.

Mais « Enfants et SIDA » met aussi l'accent sur un autre groupe d'adolescents, ceux qui ont littéralement grandi avec la maladie.

« Des dizaines de milliers d'enfants qui sont nés séropositifs à cause de la transmission de la mère à l'enfant atteignent l'adolescence et ils se heurtent alors à tout un nouvel ensemble de problèmes, » a dit Jimmy Kolker, ajoutant que ces jeunes ont besoin d'un soutien médical et émotionnel quand ils passent de soins pédiatriques à ceux pour adultes et traversent les difficultés du passage à l'âge adulte.  

« Nous pouvons espérer qu'en 2011, conclut Jimmy Kolker, « le problème des adolescents séropositifs occupera une place plus prépondérante sur tous les agendas. »


 

 

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche