Rwanda

Au Rwanda, le vaccin contre la pneumonie lutte contre l’un des principaux facteurs de mortalité infantile

Par Sam Nkurunziza

NYAMATA, Rwanda, 27 septembre 2010 – Il y a un peu plus d’un an, le Rwanda a adopté le vaccin anti-pneumococcique conjugué, le PCV7. Ce vaccin protège les enfants contre l’une des causes les plus courantes de pneumonie – et les résultats sont encourageants.

VIDÉO (en anglais) : 1er septembre 2010 - Guy Hubbard, de l’UNICEF, décrit la réussite de la mise en oeuvre au Rwanda du programme de vaccination des enfants contre la pneumonie.

 

À Nyamata, qui se trouve dans le district de Bugesera au Rwanda, à environ une heure de la capitale, Kigali, les habitants comme les agents de santé estiment que le changement a été notable.

Un impact positif

« Le taux d’hospitalisation des nourrissons pour cause de pneumonie a baissé, » a dit le Dr Dariya Mukamusoni, la directrice de l’hôpital de Nyamata. Toutefois, elle ajoute que ce vaccin ayant été introduit il y a tout juste un an, « il est encore difficile d’évaluer son véritable impact. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Nkurunziza
Au dispensaire de Nyamata, dans le district de Bugesera, une infirmière s’occupe de Jean Pierre Rwigamba et de son fils de quatre mois, Kecy.

Le Dr Mukamusoni a dit que l’administration de ce vaccin était un important facteur de diminution de la pneumonie et des complications qui lui sont associées, mais que la formation de la communauté aux problèmes de santé était également importante. Cette stratégie va de pair avec l’administration de ce nouveau vaccin, dans la mesure où elle aide les parents à mesurer l’importance de la vaccination.

Le Dr Mukamusoni a souligné que plus les parents étaient éduqués, moins leurs enfants risquaient de contracter une pneumonie. Le Rwanda a introduit le PCV7 en avril 2009 avec le soutien de l’UNICEF et de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) et une généreuse donation de la Wyeth Corporation. L’UNICEF, l’Alliance GAVI et d’autres partenaires travaillent avec le ministère rwandais de la Santé au renforcement des systèmes relatifs à la santé des enfants, ce qui, à son tour, a permis au Rwanda de figurer parmi les premiers pays en développement à profiter du PCV7.

Éducation sur le terrain en matière de santé

Lors d’une journée habituelle de vaccination au dispensaire de Nyamata, des centaines de parents se présentent pour que leurs enfants soient vaccinés et les infirmières et les agents de santé leur parlent de toute une série de sujets, notamment l’allaitement au sein, la nutrition et la planification familiale.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Nkurunziza
Une infirmière rwandaise injecte à un petit enfant un vaccin conjugué anti-pneumocoque, le PCV7

« Je comprends que la croissance et le développement harmonieux d’un enfant relèvent de la responsabilité conjointe des deux parents, » a déclaré Jean Pierre Rwigamba, qui arrivait au centre avec son fils de quatre mois, Kecy. C’est à lui qu’incombait la tâche d’amener Kecy se faire vacciner, a-t-il dit, car sa femme était occupée ce jour-là.

M. Rwigamba est chauffeur. Ravi de voir le Rwanda profiter du nouveau vaccin anti-pneumocoque, il est certain que si d’autres pays en développement font de même, les générations futures vont en profiter dans le monde entier.

Un tueur qu’il est possible d’éviter

Les statistiques disponibles indiquent que la pneumonie est responsable du décès de près de deux millions d’enfants de moins de cinq ans chaque année – plus que le SIDA, la tuberculose et le paludisme réunis. Selon les projections, si tous les autres pays suivaient cet exemple, des millions de morts d’enfants pourraient être évitées dans les 20 prochaines années.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Nkurunziza
Un enfant en bas âge est vacciné au centre de santé Nyamataen dans le district de Bugesera au Rwanda.

GAVI spokesperson Doune Porter explained that it was  important to let wealthy countries  know about the staggering numbers of needless child deaths to pneumonia each year. “Most people in the western world think that pneumonia only kills old people,” she said. “Yet in Africa, it’s the number one killer of children. This should be a reason for all donor governments to work hard and make sure that children in all these developing countries get access to these vaccines.

“I am very impressed with the health education and the work of the community outreach health workers,” added Ms. Porter, who recently toured clinics in Rwanda and met with both parents and health workers.

Many private partners are also working to deliver vaccines where they are most needed, helping countries make strides to achieve the United Nations Millennium Development Goal related to child health. Earlier this year, the Bill & Melinda Gates Foundation announced it would make an investment of $10 billion in the next 10 years towards immunization.


 

 

Recherche