Pakistan

Déterminée à protéger chaque enfant pakistanais de la rougeole

Par Abdul Sami Malik

La vaccination est un moyen efficace et économiquement rentable pour sauver les vies d’enfants. Depuis les années 80, l’UNICEF est l’une des éléments moteurs des efforts visant à favoriser la vaccination universelle et  toucher chaque enfant.

L’UNICEF et ses partenaires sont à présent en train d’intensifier leurs efforts pour assurer aux enfants les plus pauvres et les plus défavorisés un  accès à la vaccination.

Au Pakistan, l’incidence de la rougeole a commencé à augmenter en 2010 à cause d’inondations dans tout le pays. Une succession d’inondations a aggravé les choses. Plus de 10 000 cas de rougeole et environ 400 décès ont été rapportés en 2012.

Des agents de vaccination comme Kausar Parveen font plus d’efforts que jamais pour toucher chaque enfant.

QUETTA, Pakistan, 2 mai 2013 – Kausar Parveen prépare une injection. Sa détermination à vacciner chaque enfant se trouvant à sa portée la pousse à agir avec la même vigueur depuis un quart de siècle.

(Vidéo en anglais) Au Pakistan, des agents de vaccination comme Kausar Parveen redoublent d’efforts pour protéger chaque enfant contre les maladies infantiles évitables.  Regarder dans RealPlayer

 

« J’aime les enfants et je veux que chaque enfant de mon secteur, de ma ville et de mon pays soit protégé contre les maladies contagieuses, en particulier la rougeole, dit Kausar Parveen.

« Quand j’étais jeune, ajoute-t-elle, je voulais devenir médecin mais je me suis mariée et je n’ai pas pu réaliser mes ambitions. Ma belle-sœur était agent de vaccination et m’a donné l’idée de faire comme elle.  J’ai suivi une formation pendant six mois et, depuis 1988, je vaccine les enfants dans cette ville. J’ai vacciné mes propres enfants, mes petits-enfants et chaque enfant né dans ma famille. »

Difficultés d’accès aux aux soins de santé

Kausar Parveen vit et travaille à Quetta, la capitale du Baloutchistan, une province située à l’ouest du Pakistan. Durant ces dernières années, la province, qui est la plus vaste du pays en superficie, a vu brusquement augmenter l’incidence de la rougeole. Un conflit, une faible densité de population, un taux d’alphabétisation peu élevé et un terrain accidenté et montagneux font de l’accès aux soins de santé une difficulté majeure pour les habitants du Baloutchistan. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2013/Zaidi
Nayab, 4 ans, vit dans une zone accidentée à la périphérie d’Hussainabad, à Quetta. Les agents de vaccination font plus d’efforts que jamais pour toucher chaque enfant, comme par exemple Nayab, avec les vaccins qui le protégeront de maladies évitables comme la rougeole.

Chaque jour lorsqu’elle travaille, Kausar Parveen quitte son domicile le matin et va à pied au centre municipal de vaccination d’Hussainabad. Là, elle vaccine les enfants et conserve un dossier complet sur tous ceux qui sont amenés au centre de vaccination.

« Le mercredi est le jour des vaccinations au centre, » dit-elle. « Nous faisons toutes sortes de vaccinations dont le BCG, les pentavalents, la polio et la rougeole. Les mères sont au courant de cette journée. Elles amènent volontiers leurs enfants et nous les vaccinons avec entrain en espérant qu’elles les ramèneront pour l’injection suivante. »  

Deux fois par semaine elle se rend dans deux hôpitaux importants de la ville de Quetta, le Complexe hospitalier de Bolan et l’Hôpital civil de Quetta. Elle effectue une visite dans les services pédiatriques et essaie de voir si, parmi les enfants admis, il s’en trouve certains qui n’ont pas été vaccinés contre la rougeole. Quand un enfant ne l’a pas été, elle invite les parents à se rendre au centre de vaccination. S’ils ne viennent pas, elle ira jusqu’à leur domicile pour vacciner l’enfant.

Maximiser la couverture vaccinale

L’augmentation des cas de rougeole au Pakistan a incité les prestataires de soins de santé à intensifier leur action. Tout le monde, des agents de vaccination comme Kausar Parveen jusqu’aux principaux administrateurs de santé publique des grands hôpitaux, se mobilise pour maximiser la couverture vaccinale et traiter en priorité les enfants malades de la rougeole.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2013/Zaidi
Kausar Parveen, un agent de vaccination, se prépare à inoculer un enfant contre la rougeole au Centre de vaccination municipal, à Hussainabad. Quand les enfants n’y sont pas amenés, Kausar Parveen va en visite chez eux pour les vacciner.

« La rougeole est ici assez répandue, dit le Dr Bashir Kkar, Chef du service de pédiatrie de l’Hôpital civil de Quetta. Nous admettons des enfants atteints de rougeole même après avoir effectué des vaccinations. Si nous ne l’arrêtons pas ici, la rougeole se répandra très vite et, à cause d’elle, la [tuberculose] se répandra aussi parmi les enfants jusqu’à un niveau dangereux.

« Nous disposons toujours d’assez de temps et nous devons éliminer la rougeole avant qu’elle ne nous tue davantage d’enfants, » conclut-il.

Vacciner les enfants les plus difficiles à atteindre

Nayab, 4 ans, vit à la périphérie d’Hussainabad. Le terrain est accidenté et il est probable que des familles comme celle de Nayab ne sont pas à la portée des équipes mobiles de vaccination. L’ignorance de la situation et l’isolement social empêchent les familles d’emmener leurs enfants au centre de vaccination. 

Lors de la récente flambée de rougeole au Baloutchistan, un certain nombre d’enfants emmenés dans différents établissements médicaux étaient ceux qui n’avaient pas été vaccinés contre la maladie. Les services de vaccinations doivent parvenir jusqu’aux  communautés les plus défavorisées et les plus en marge, comme celles de Nayab, avant que la rougeole ne parvienne à leurs enfants.


 

 

Photographie : immunisation

Recherche