Vaccination

Vue d’ensemble

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ02-0238/Geenen
À l’école primaire de Mirera, Rift Valley, après la vaccination des enfants contre la rougeole, ils sont nombreux à rester dehors, chacun d’eux tenant une carte sur laquelle est écrit « Campagne 2002 contre la rougeole – J’ai été vacciné »

La vaccination est parmi les intervention de santé publique l'une des plus efficace et des plus économique. Selon les dernières données disponibles, en 2008, les efforts dans le monde pour immuniser les enfants avec des vaccins contre les maladies mortifères graves ont permis d'atteindre le record élévé de 82 pour cent des jeunes enfants (106 millions) et d'éviter plus de 2,1 millions de décès, sans compter d'innombrables cas de maladie et d'infirmité chaqueannée.

Cependant, malgré des bénéfices significatifs ces dernières années, il reste toujours environ 23.5 millions d'enfants (presque 20 pour cent des enfants nés chaque année) qui ne sont pas immunisés, les exposant aux handicaps ou à une mort prématurée. Parmi les enfants immunisés, environ 70 pour cent vivent dans les 10 pays les plus peuplés - et dont la structure vaccinale est aussi la plus faible du monde.

La vaccination présente aussi le potentiel de stimuler la croissance d'un pays. Beaucoup d'analyses  et de nombreuses analyses évaluant les coût-avantages de la vaccination ont démontré son impact économique positif. Bien plus, l’infrastructure, la gestion et l’acceptabilité des programmes de vaccination constituent une plate-forme à partir de laquelle on peut lancer d’autres interventions intégrées pour la santé et la nutrition.

Les vaccins fonctionnent en introduisant une forme affaiblie de bactérie, de toxine ou de virus dans le système immunitaire d'une personne en bonne santé et dont le corps reconnait le caractère inhabituel et réagit en inventant une défense immunitaire afin que l’organisme puisse s’en protéger.

La norme mondiale la plus communément appliquée pour obtenir une couverture vaccinale de routine est obtenue avec l'administration de trois doses de DTC (vaccin combiné contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche), ou DTC3. Les estimations les plus récentes pour l’année 2008 signalent une évolution positive continue de la couverture vaccinale DTC3 qui en 2008 était administrée à 82 pour cent des enfants de moins d’un an.

Des disparités existent entre et parmi les régions et les pays en matière de couverture vaccinale. Tandis que la couverture grâce au DTC3 est de 96 pour cent dans les pays industrialisés, mais aucune des régions d’Asie du Sud et d’Afrique subsaharienne n’a pu parvenir à des niveaux aussi élevés, ce qui veut dire qu’une vaste proportion de la population n’est pas vaccinée dans les pays les moins avancés. Fait aggravant, la couverture est inégale dans de nombreux pays, en particulier dans les pays en développement.

L'UNICEF et ses organisations partenaires répondent au défi par une poussée mondiale pour que les enfants les plus difficiles à atteindre - pour la plupart en Afrique et en Asie - soient vaccinés. Des initiatives majeures sont de route pour accélérer le développement et le déploiement de nouveaux vaccins sous-utilisés, comme par exemple le vaccin contre l’Hépatite B et l'Haemophilus influenzae de type b (Hib). 

Un progrès notable a été obtenu pour réduire la mortalité et la morbidité causées par des maladies évitables par un vaccin comme la polio, la rougeole et le tétanos maternel et néonatal grâce à des activités ou des campagnes de vaccination supplémentaires, en plus des programmes de vaccination de routine. Ces campagnes offrent de bonnes opportunités d’atteindre les enfants des groupes plus âgés par rapport à la vaccination de routine, et d’introduire d’autres interventions essentielles de fort impact comme la distribution de vitamine A, de moustiquaires imprégnées d’insecticide et de vermifuges. 

À côté de ces accomplissements, des défis subsistent pour vacciner tous les enfants ciblés dont le moindre n'est pas l'augmentation des coût des vaccins. Fournir de vaccins classiques et nouveaux (hépatite B et Hib) peut maintenant coûter de 20 à 40 dollars par enfant. Les autres obstacles identifiés comme responsables de la faiblesse de la couverture vaccinale sont la non disponibilité de ressources durables, la mauvaise qualité des systèmes de gestion et de logistique, l’iniquité des services et le manque de participation communautaire.


 

 

L’immunisation, une priorité pour l’UNICEF

L’UNICEF promeut l’utilisation mondiale de la vaccination et de la supplémentation en vitamine A comme moyens de parvenir aux objectifs internationaux : réduire d’un tiers la mortalité avant cinq ans d’ici à 2010 et l’Objectif de développement pour le Millénaire de réduction de deux tiers de la mortalité avant cinq ans d’ici à 2015.

Recherche