Vaccination

Les États-Unis et l'Organisation de la conférence islamique s'unissent pour lutter contre la poliomyélite

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-2177/Susan Markisz
Lors du débat, la Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman s'exprime devant les participants. A ses côtés figurent (de gauche à droite) l'Ambassadeur Abdul Wahab, de la Mission permanente d'observation de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) et l'Ambassadeur Frederick D. Barton, le Représentant des États-Unis auprès du Conseil économique et social des Nations Unies.

Par Elizabeth Kiem

NEW YORK, États-Unis, 3 décembre 2009 - Les États-Unis et l'Organisation de la conférence islamique (OCI) ont décidé de collaborer pour éradiquer la poliomyélite des derniers pays où celle-ci subsiste à l'état endémique. Le coup d'envoi de ce programme conjoint - en écho à l'appel du Président Barack Obama en faveur d'une telle action en juin dernier au Caire - a eu lieu hier à New York au siège de l'UNICEF.

 VIDÉO : regarder maintenant

Les États-Unis étaient représentés par le Représentant auprès du Conseil économique et social des Nations Unies Frederick D. Barton. A ses côtés se trouvait l'Ambassadeur de la Mission permanente d'observation de l'Organisation de la conférence islamique auprès des Nations Unies à New York, Abdul Wahab. 
 
La Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman a applaudi l'accord de coopération et accueilli différents experts pour débattre des programmes actuels et des défis à venir. 

Une coordination mondiale

Depuis la mise en place en 1988 par l'Assemblée mondiale de la santé d'un programme d'éradication de la poliomyélite bénéficiant d'une coordination au niveau mondial, la poliomyélite a quasiment été éliminée de la planète. En un peu plus de deux décennies, 2,5 milliards d'enfants ont été vaccinés, ce qui a réduit le nombre de cas de poliomyélite de plus de 99% et fait passer le nombre de pays endémiques de 125 à seulement quatre. 

L'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite (GPEI) a, à tous points de vue, fait « des progrès phénoménaux », a déclaré l'Ambassadeur Frederick D. Barton

L'Ambassadeur Abdul Wahab a affirmé que l’on déploie en ce moment même, aux « niveaux les plus élevés » de l'OCI,  des efforts pour faire face à la persistance de la poliomyélite dans les pays où la population a manifesté des inquiétudes ou une opposition aux campagnes de vaccination.
 
Un récent décret émis par l'Académie internationale islamique du Fiqh demande aux parents et aux responsables de la santé de vacciner rapidement les enfants en s'appuyant sur les enseignements du Coran.

Des progrès en vue

La collaboration USA/OCI survient à une période favorable pour l'Initiative mondiale. Dans les quatre pays concernés, de récentes innovations techniques et un engagement politique ont préparé la voie au progrès, selon le Directeur de l'Initiative mondiale auprès de l'Organisation mondiale de la Santé, le Dr Bruce Aylward.

Faisant valoir que l'OCI a joué un rôle essentiel durant les dernières années pour établir la confiance dans les vaccins contre la poliomyélite parmi la population ainsi que pour assurer  le soutien du financement et de la communication, le Dr Aylward a déclaré que des progrès étaient à signaler dans les quatre pays d'endémie. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-2180/Susan Markisz
Bruce Aylward, Directeur de l’Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite, Organisation mondiale de la Santé, intervient durant le débat.

« En Afghanistan, des efforts immenses ont été faits avec l'OTAN et les Taliban pour veiller à l'accès dans les dix derniers districts [concernés]. Au Nigeria, des efforts considérables ont eu lieu pour collaborer avec les chefs traditionnels, » a-t-il dit.

Avec de « nouvelles tactiques » en Inde et au Pakistan et de nouveaux essais cliniques de vaccins plus perfectionnés, l'initiative, a dit le Dr Aylward, « est une entreprise  géographiquement et techniquement gérable. » 

Partenariat entre secteur public et secteur privé

James Lacy, qui représentait au débat le Rotary International, la principale organisation privée responsable de la réussite de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite, a affirmé que l'OCI et le Président Obama avaient  chacun fait preuve de détermination et de capacité de décision dans l'éradication de la poliomyélite. Son organisation s'est réjouie « de la collaboration avec l'OCI pour s'attaquer aux mythes et aux idées reçues affichés par certains dans les États membres touchés par la poliomyélite. »

Le Rotary International a contribué à hauteur de plus de 800 millions de dollars à  l'éradication de la poliomyélite, la plus importante participation jamais accordée à un programme de santé publique par une organisation internationale au service de l'intérêt général. Le Rotary effectue actuellement sa troisième campagne mondiale de collecte de fonds. 

En partenariat avec l'Organisation mondiale de la santé, les Centers for Disease Control and Prevention (États-Unis) et l'UNICEF, cette coalition mondiale a mobilisé plus de 20 millions de bénévoles dans 200 pays pour des campagnes de vaccination collective.

James Lacy a observé que l'Initiative mondiale avait été qualifiée par le Congrès américain « d'exemple parfait illustrant le fonctionnement d'un partenariat entre le secteur public et le secteur privé. »

Effort final

Alors que les participants au débat se montraient encourageants sur les perspectives d'éradication mondiale, ils ont également évoqué le prix élevé à payer en cas d'échec.

« Si nous n'achevons pas le travail d'éradication, il y aura peut-être 100 000, peut-être 200 000, mais en tout cas des centaines de milliers d'enfants qui resteront chaque année paralysés, » a dit le Dr Aylward.

On constate en ce moment d’importantes flambées dans plusieurs pays d’Afrique de l'Ouest,  alors que celle du Nigéria se propage au-delà de ses frontières. Les déficits financiers compromettent les progrès effectués à ce jour; de plus, les rapports de l'Initiative mondiale estiment que 2,3 milliards de dollars supplémentaires en ressources externes sont nécessaires,  alors que le déficit de financement se monte à 900 millions de dollars.  

Le Dr William Foege, de la Fondation Bill et Melinda Gates, qui animait le débat, a affirmé : « il y a eu des revers et d'immenses déceptions » sur le chemin d'une éradication rapide. « Mais les générations futures ne regarderont pas vers le passé pour nous remercier d'avoir lancé le programme pour l'éradication de la poliomyélite, » a-t-il dit, « elles nous remercieront de l'avoir mené à bien. »


 

 

Vidéo (en anglais)

2 décembre 2009 :

James Lacy du Groupe de travail pour l'éradication de la polio du Rotary International s'exprime devant les participants au débat.
 VIDÉO  hautbas

Le Dr. Bruce Aylward de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) mesure les progrès accomplis pour l'éradication de la polio dans les pays encore endémiques.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche