Vaccination

Nette baisse des décès imputables à la rougeole

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ03-0189/Pirozzi
Un agent de santé vaccine un garçon contre la rougeole, à l’école primaire d’Esquadrao Bombokol de Malanje (Angola)

NEW YORK, 4 mars 2005 – Depuis 1999, on a enregistré une réduction considérable – de 39 pour cent environ – du nombre d’enfants mourant de la rougeole dans le monde. L’Afrique, la région avec les taux de rougeoles mortelles les plus élevés, a connu également la plus forte amélioration, avec des chiffres en baisse de près de 50 pour cent.

L’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé ont annoncé que les pays atteignaient les objectifs prévus de diminuer de moitié d’ici la fin de l’année le nombre de décès imputables à la rougeole.

Plus de 130 millions d’enfants naissent chaque année. Des millions d’entre eux sont encore en danger à cause de la rougeole – en particulier ceux qui naissent dans les pays à faible revenu. Les enfants sous-alimentés et non immunisés de moins de cinq ans risquent fort de mourir de cette maladie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0290/Nesbitt
Awadia Alnoor, qui est âgée de 12 ans, est vaccinée contre la rougeole à Nyala, la capitale du Sud Darfour.

La stratégie d’éradication de cette maladie prévoit la vaccination contre la rougeole de 90 pour cent de la totalité des enfants. À partir de l’expérience acquise dans la lutte contre d’autres maladies, à savoir la polio et le tétanos néonatal, une méthode a été développée afin d’atteindre des enfants pour qui l’accès à un centre médical reste difficile. Tous les trois ou quatre ans, les enfants se voient offrir une seconde chance d’être immunisés grâce à des vaccinations supplémentaires.

François Gasse, responsable à l’ l’UNICEF de la vaccination, dit qu’on peut attribuer la réduction des morts causées par la rougeole à plusieurs facteurs : un appui durable accordé par les gouvernements, des partenariats solides qui apportent des ressources et une aide technique, une mise en œuvre efficace sur le terrain et la poursuite de cette mise en œuvre dans l’avenir.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0676/Pirozzi
Utilisant une seringue autobloquante, un agent de santé vaccine Shahriyor, 5 ans, contre la rougeole, dans une polyclinique pour enfants du sud-ouest du Tadjikistan.

« On peut tirer de ce succès des enseignements majeurs » déclare François Gasse. « Toute la population d’un pays ne va pas brusquement pouvoir accéder aux centres de soins. Certains pays souffrent plus que d’autres de très faibles budgets ou d’une mauvaise infrastructure, mais, malgré cela, il est possible d’atteindre les enfants. Et cela, c’est la principale leçon à tirer. Si nous disposons un jour d’un vaccin contre le VIH, nous avons les moyens, la stratégie et les compétences permettant d’assurer la couverture de la population tout entière ».

François Gasse souligne que malgré des taux de mortalité très encourageants, il est essentiel que les pays continuent à se soucier de l’avenir et maintiennent une stratégie de campagnes ponctuelles  et ciblées tous les quatre ou cinq ans. Ce n’est qu’ainsi que les statistiques continueront à baisser.


 

 

Vidéo (en anglais)

4 mars 2005 :
Rachel Bonham Carter, de l’UNICEF, montre que les pays sont bien partis pour atteindre l’objectif de diminuer de moitié d’ici à la fin 2005 le nombre de décès dus à la rougeole.

bas| haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche