Vaccination

La campagne anti-polio vise à immuniser 100 millions d’enfants africains

Image de l'UNICEF
© UNICEF
Une adolescente touchée par la polio réapprend à marcher dans un centre de santé Niamey (Niger), qui bénéficie du soutien de l’UNICEF.

NEW YORK, 24 février 2005 – À l’occasion d’une campagne massive d’immunisation contre la polio, menée dans toute l’Afrique, plus d’un million d’agents de santé vont aller, à pied, à dos d’animal, en bicyclettes, voiture, camion, bateau, avion, faire du porte à porte dans 22 pays. Objectif : vacciner environ 100 millions d’enfants. Les factions belligérantes au Soudan et en Côte d’Ivoire, des pays qui sont actuellement en proie à une guerre civile, se sont portés garants de la sécurité des vaccinateurs se déplaçant au coeur des zones de guerre dans le souci d’atteindre les enfants des populations situées dans des régions isolées.

Cette campagne massive bénéficie du soutien de l’Initiative mondiale d’éradication de la poliomyélite, un partenariat unique entre le public et le privé qui vise à éradiquer ce fléau. Cette action se situe dans le cadre des efforts menés pour arrêter la propagation de ce virus d’ici à la fin de cette année et de l’éradiquer complètement d’ici à 2008. Pour un bon nombre de familles rencontrées par les équipes de vaccination, il s’agira de leur premier contact avec un programme d’aide internationale.

Depuis le lancement en 1988 de l’Initiative d’éradication de la poliomyélite, le nombre de cas de polio dans le monde a chuté de manière spectaculaire, passant de 350 000 cas par an à un peu plus de 1 000 en 2004, soit une diminution de 99 pour cent. L’an dernier, environ 85 pour cent des cas concernaient l’Afrique, une épidémie sévissant à nouveau dans des pays où le virus avait disparu depuis plusieurs années.

Sur tout le continent, cette initiative bénéficie du soutien vigoureux des dirigeants communautaires et religieux, et aussi des familles. Lorsque la campagne a été interrompue en novembre 2004 en Côte d’Ivoire à cause du conflit, les villageois ont donné leur propre carburant pour alimenter les générateurs permettant la conservation des vaccins. On craint beaucoup que des réfugiés ivoiriens non immunisés, contraints de fuir la violence et d’aller dans des camps du Libéria voisin, n’introduisent le virus dans ce pays où il n’y a pas de polio actuellement.

Le chef des programmes de santé à l’UNICEF, Pascal Villeneuve, a déclaré à New York : « Cette année va être cruciale. Même si nous réalisons des progrès, il n’en demeure pas moins que l’an dernier, sans compter trois pays où la polio demeure endémique, 12 pays ont été réinfectés, et on a constaté à nouveau la transmission de la polio dans cinq de ces pays. Le succès de cette campagne est absolument essentiel ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nigeria/HQ04-0731/YAHAYA
Un enfant, dans les bras de sa mère, reçoit une dose de vaccin oral contre la polio sous les yeux de ses camarades, à Kwachiri (Nigéria).

La vaccination contre la polio a dû s’arrêter net dans le nord du Nigéria entre l’automne 2003 et juillet 2004 en raison de rumeurs au sujet de la sécurité du vaccin. Aussi le nombre de jeunes victimes de la polio a-t-il plus que doublé dans le pays durant cette période. Ce contretemps a eu de graves conséquences sur les voisins du Nigéria : le Bénin, qui avait été épargné par la polio depuis 2000, a enregistré huit cas de polio chez des personnes venant du Nigéria.

Son Excellence M. Olusegun Obasanjo, Président du Nigéria, qui est également Président de l’Union africaine, et son homologue le Président du Bénin, Son Excellence M. Mathieu Kérékou, se sont réunis le 20 février afin d’exprimer leur appui à une campagne synchronisée, qui démarre effectivement le 25 février. Le mot d’ordre était ce jour-là : « Lançons l’assaut final contre la polio ! »

Les « Parlements des enfants » du Nigéria comme du Bénin ont été représentés à la réunion. Les enfants, dans leurs déclarations, ont souligné l’importance de cette campagne: « Ce jour est exceptionnel pour le Bénin et le Nigéria. Tous les enfants de moins de cinq ans, tous nos frères et soeurs, doivent être immunisés. Nous représentons le présent et l’avenir. Chacun doit appuyer cette cause, travailler la main dans la main afin d’éradiquer cette maladie ».

Lors de la cérémonie de clôture, en signe de solidarité, chaque président a revêtu la tenue classique du vaccinateur du pays voisin – une casquette blanche au Bénin et un bavoir vert au Nigéria. Lorsque les mères ont amené fièrement leurs enfants, chaque enfant a reçu deux gouttes de vaccin anti-polio des mains des présidents.

Il reste encore à trouver 75 millions de dollars pour financer des campagnes de vaccination cruciales, prévues pour 2005.  Un total de 200 millions de dollars seront nécessaires l’an prochain afin d’atteindre l’objectif d’éradication du virus dans le monde d’ici à 2008.


 

 

Vidéo (en anglais)

23 février 2005 : Rachel Bonham Carter, de l’UNICEF, rend compte de la campagne afin de venir à bout de la polio.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche