République démocratique du Congo

La vaccination simultanée contre la rougeole et la poliomyélite permet de protéger des enfants dans la République démocratique du Congo

Image de l'UNICEF
© UNICEF RDC/2011
Benedicte is vaccinated against the deadly measles virus during a six-day immunization campaign in DR Congo.

Par Cornelia Walther

KINSHASA, République démocratique du Congo, 23 décembre 2011 – « Depuis sa naissance, j’ai amené ma fille régulièrement au centre de soins », raconte Benjamin Bikangi, 35 ans. « Nous avons tellement de difficultés dans ce pays. Je veux qu’elle soit protégée, au moins des maladies ».

Bientôt, la fille de Benjamin Bikangi sera en bonne compagnie.

Protéger les enfants de la rougeole

Le 19 décembre, le Gouvernement de la République démocratique du Congo, avec le soutien de l’UNICEF, de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Rotary International et d’autres partenaires de l'Initiative contre la rougeole, a lancé à Kinshasa une campagne de vaccination d’une durée de six jours, afin de protéger contre cette maladie plus de 1,7 million d’enfants âgés de 6 à 59 mois.

La rougeole, une maladie virale, extrêmement contagieuse, est l’une des causes majeures de mortalité chez les jeunes enfants dans le pays, malgré le fait qu’un vaccin sûr et efficace soit disponible depuis 40 ans. Depuis le début de l’année 2011, le pays a enregistré 128 965 cas de rougeole et 1573 décès liés à la rougeole.

Maman Elise Tontolo travaille comme infirmière au centre de soins de Barumbu. Elle est parfaitement au fait de la sévérité de la maladie et de l’importance de la vaccination. « Ces six dernières années, j’ai pratiqué la vaccination, et c’est l’un des aspects les plus gratifiants de mon travail », dit-elle. « Cela me rend heureuse de savoir que les enfants qui viennent ici seront protégés de la rougeole ».

Travailler à l’éradication de la polio

Parallèlement à la vaccination contre la rougeole, une campagne d’immunisation contre la polio est mise en place dans six provinces à haut risque, afin de cibler 1,3 million de personnes, dont 1,1 million d’enfants de moins de cinq ans.

Image de l'UNICEF
© UNICEF RDC/2011
Dans le village de Barumbu en RD du Congo, Maman Elise Tontolo se prépare à administrer des vaccins le second jour de la campagne d’immunisation contre la rougeole. Derrière elle, les enfants font la queue, enattendant d’être vacciné.

De janvier à mi-décembre, 89 cas du poliovirus sauvage ont été enregistrés, plaçant la République démocratique du Congo au troisième rang des pays les plus affectés par la maladie dans le monde. En réponse à cette situation, l’UNICEF et ses partenaires préconisent l'élargissement de la vaccination dans les zones concernées dans les provinces de Kimvula, Popokabaka et du Nord Katanga.

Une entreprise à facteurs multiples

L’insuffisance de la couverture vaccinale de routine, la faiblesse des pratiques d’hygiène et la prévention des parents à l’encontre de la vaccination sont parmi les trois principales raisons de la persistance de la polio et de la rougeole dans le pays.

Selon l’enquête en grappes à indicateurs multiples nationale (MICS IV), 42 pour cent des enfants congolais entre 12 et 23 mois sont totalement immunisés contre les principales maladies de l’enfance. Ce qui montre un progrès significatif de la couverture vaccinale depuis l’année 2000. Cependant, la protection contre la maladie demeure fortement inégale : 58 pour cent des enfants du quintile supérieur sont complètement vaccinés, pour seulement 38 pour cent des enfants dans le quintile inférieur, et moins d’un Congolais sur sept bénéficie de conditions d’hygiène satisfaisantes.

Comme le souligne Barbara Bentein, la représentante de l’UNICEF dans le pays, « entreprendre la vaccination dépend de facteurs multiples, à commencer par la nécessité de délivrer des services appropriés, assurer la chaîne du froid, la logistique, sensibiliser les parents, administrer correctement les vaccins et faire le suivi d’après campagne. Atteindre et protéger chaque enfant dépend de l’engagement de toutes les parties concernées : les parents, les chefs communautaires, les autorités locales, les personnels soignant, le Gouvernement et ses partenaires comme l’OMS, le Rotary, l’Initiative contre la rougeole et l’UNICEF ».


 

 

Recherche