Fact Sheet Expert Opinion First Person Photo Essay
UNICEF logo

Vaccination

Coqueluche

next

La maladie :

La coqueluche est une infection respiratoire caractérisée par une toux convulsive. Lors de sévères quintes, l’enfant infecté a du mal à respirer et émet un bruit de « coq » lorsqu’il inhale (d’où son nom familier). La coqueluche peut entraîner des complications qui menacent la vie, dont pneumonie, convulsions, encéphalite (inflammation du cerveau) et parfois conduire au décès. La coqueluche frappe surtout les jeunes enfants mais les adultes peuvent aussi en souffrir et la transmettre aux enfants non immunisés.

La coqueluche est causée par une bactérie, Bordetella pertussis, qui envahit l’arbre respiratoire. La maladie est très contagieuse et se transmet par des gouttelettes projetées par les éternuements ou la toux d’une personne malade. Un enfant peut aussi être contaminé par contact avec la salive ou les secrétions d’un malade ou en manipulant des objets contaminés.

Immunisation :

Il y a deux types de vaccins : à germes entiers et acellulaire. Le vaccin à germes entiers utilise une version tuée de la bactérie responsable de la maladie. Le vaccin acellulaire est une nouvelle variante qui utilise quelques parties seulement de la bactérie, plutôt que l’ensemble du germe tué. Les deux sont efficaces pour prévenir la maladie avec un avantage pour le vaccin acellulaire qui réduit les risques d’effets indésirables bénins observés avec le vaccin à germe entier : fièvre et abcèdation, rougeur et douleurs au bras. Cependant, le vaccin acellulaire étant nettement plus cher à produire, le vaccin à germes entiers, d’efficacité équivalente, est plus souvent utilisé dans les pays en développement. Chacun des vaccins peut être associé dans la combinaison diphtérie, tétanos et coqueluche (DTC). L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande que le DTC soit donné à six, 10 et 14 semaines.

Objectif :

D’ici 2010, assurer la vaccination de routine de 90 % des enfants de moins de un au plan national et d’au moins 80 % dans chaque district ou unité administrative équivalente.

Sources : OMS, CDC, UNICEF