Fact Sheet Expert Opinion First Person Photo Essay
UNICEF logo

Vaccination

Diphtérie

next

La maladie :

La diphtérie, fléau mortel de l’enfance durant le dernier siècle a été énormément réduite aujourd’hui grâce à la vaccination. Appelée par les Grecs diphtérie, ou «membrane de cuir », la maladie est due à une bactérie, Coryne diphteriae, qui attaque les tissus de la gorge.  La bactérie provoque des lésions à l’origine d’une membrane fine et grise qui s’étend sur la gorge et peut gêner la déglutition ou la respiration de l’enfant. Sans traitement, la bactérie produit une toxine (poison) qui peut attaquer le muscle cardiaque ou le système nerveux. En zones tropicales, la peau peut être touchée, avec des éruptions ou des ulcérations.

La maladie se transmet facilement quand une personne infectée tousse ou éternue, projetant dans l’air des gouttelettes pleines de bactéries qui peuvent pénétrer par le nez ou la gorge des personnes proches. La diphtérie se propage plus vite chez ceux vivant dans des quartiers surpeuplés. Elle est plus fréquente durant les mois d’hiver. Des épidémies récentes sont survenues en Russie et dans d’autres pays de l’Europe de l’Est, et des adultes étaient parmi ceux touchés par la maladie.

Symptômes :

Ils surviennent entre deux et trois jours après qu’un enfant a été exposé à la maladie. Il y a d’abord une fièvre, des maux de gorge et de tête et des ganglions tuméfiés. Ensuite peuvent survenir des difficultés de déglutition et de respiration et des vomissements.

Immunisation :

Le vaccin de la diphtérie utilise une toxine diphtérique atténuée qui rend le corps capable de neutraliser le poison. Il est donné en routine aux enfants en combinaison avec les vaccins du tétanos et de la coqueluche (DCT). L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande que cette combinaison DCT soit donnée à six, 10 et 14 semaines. Cependant, comme cela ne confère pas une immunité à vie, des injections de rappel du vaccin sont recommandées tous les 10 ans. En outre, ceux qui souffrent de la maladie ne développent pas nécessairement une immunité et devraient aussi être vaccinés.

Objectif :

D’ici 2010, assurer la vaccination de routine de 90 % des enfants de moins de un au plan national et d’au moins 80 % dans chaque district ou unité administrative équivalente.

Sources : CDC, OMS