Fact Sheet Expert Opinion First Person Photo Essay
UNICEF logo

Vaccination

Immunisation en situation d’urgence

next Shamsul Farooq, Directeur adjoint de la Division des approvisionnements, UNICEF

Q: Dans quelles circonstances l’UNICEF mène-t-il des campagnes de vaccination d’urgence ?

Farooq : Ces dernières années, l’UNICEF s’est engagé à répondre aux besoins urgents et cruciaux pour la survie et la protection des enfants lors de désastres causés par l’homme comme les conflits ou guerres ou de catastrophes naturelles comme les tremblements de terre, les cyclones et les inondations. Heureusement la plupart des urgences surviennent dans des zones où l’UNICEF est déjà présent, mais le bureau de pays est en général débordé et a besoin de soutien supplémentaire. Nous mobilisons les efforts dans la région, depuis les quartiers généraux, ou quelquefois en mobilisant des organisations non gouvernementales et d’autres partenaires de l’UNICEF.

Q : Quelles sont les vaccinations réalisées dans ces situations ?

Farooq : Tous les efforts tendent à maintenir les programmes d’immunisation de routine, mais souvent ceux ci ne peuvent être maintenus dans les situations de crise. Pour cela, l’UNICEF se concentre sur la polio et la rougeole. Nous vaccinons contre la polio dans le cadre de l’effort mondial d’éradication de la maladie. Chaque année nous touchons 45 millions d’enfants dans les pays en situation d’urgence, la plupart en Asie et en Afrique. Nous vaccinons aussi contre la rougeole – un grand tueur-- car les enfants sont très exposés à cette maladie lors des situations d’urgence.

Q : Comment est-ce que l’UNICEF conduit les campagnes d’immunisation dans les zones de conflits ?

Farooq : Nous tentons d’utiliser la polio et la rougeole en synergie pour obtenir l’accord sur ce que nous nommons les Journées nationales de tranquillité : les factions combattantes arrêtent de se battre pendant quelques jours ou plus pour nous donner accès aux enfants de manière à leur prodiguer cette action de santé cruciale. Nous utilisons ensuite ce moyen pour aller vers les enfants à travers les lignes de front et apporter d’autres besoins d’assistance – pas les nôtres seulement mais ceux des autres organisations aussi. Nous avons observé dans plusieurs situations de conflits - en République démocratique du Congo, dans le Sud du Soudan, en Angola et en Afghanistan – que ces interventions initiales nous permettent de mettre en route d’autres actions pour les enfants, comme de renforcer les soins de santé primaires et développer les capacités du personnel national.

Q : Quels sont les objectifs à court et long terme de ces immunisations ?

Farooq : Ces interventions comportent trois éléments. D’abord nous sauvons des enfants de la mort en les vaccinant contre la rougeole. Ensuite, ces immunisations sont un moyen de revoir et de revitaliser les structures de santé – pour enclencher des immunisations de routine après celle contre la rougeole. Enfin, ces immunisations donnent confiance aux autorités sanitaires car elles ont été capables d’accomplir quelque chose de visible et de concret.

Q : Y a-t-il un exemple récent de campagnes d’urgences ?
Farroq : En Afghanistan, nous avons soutenu une immunisation contre la polio lors de séries annuelles de Journées nationales de vaccination (JNV) – même quand les bombardements et des combats actifs se déroulaient, en novembre 2002. Dans des conditions normales, nous touchons plus de 5 millions d’enfants. Dans ce cas, nous sommes pourtant parvenus à en  toucher 4,2 millions. Ensuite, quand les combats ont cessé, la première action de l’UNICEF fut de soutenir une campagne d’urgence contre la rougeole.

Opinion d’expert: Vaccination en Afghanistan.