Fact Sheet Expert Opinion First Person Photo Essay
UNICEF logo

Vaccination

Réduction de la mortalité par rougeole

next Dr Edward Hoekstra, Conseiller principal, Section Santé, UNICEF

Q: Pourquoi l’UNICEF s’efforce-t-il de réduire la mortalité par rougeole ?

Hoekstra : Quelque 45 % des enfants qui meurent de maladies évitables par la vaccination meurent de rougeole. Il est inacceptable que presque 345 000 enfants meurent chaque année d’une maladie totalement évitable. Tous ces décès pourraient être prévenus avec une injection de vaccin rougeoleux. Il est sûr et très efficace.

 

Q : Pourquoi la rougeole est elle une cause majeure de décès pour les enfants ?

Hoekstra : La rougeole est une des maladies les plus contagieuses au monde. Si vous vous trouvez dans une pièce avec quelqu’un qui a la rougeole et que vous n’êtes pas protégés contre elle, vous l’aurez. Dans les pays en développement, la rougeole peut tuer les enfants car elle diminue leur résistance aux autres maladies. Beaucoup développent des complications – infection pulmonaire ou intestinale avec diarrhée. Comme beaucoup d’enfants dans les lieux reculés n’ont pas d’accès aux soins, ils peuvent mourir de ces complications.

La rougeole est une priorité de premier ordre dans les pays en développement où les gouvernements soutiennent les efforts pour réduire sa mortalité. Dans la plupart de ces pays, il nous suffit de dire que nous disposons de quelques fonds et ils mettent en route les campagnes d’immunisation. En Afrique, où le bilan est très lourd, il est très facile pour nous de donner le vaccin. Dans quelques pays africains, les mères ne donnent pas leur vrai nom à leur enfant tant qu’il n’a pas survécu à la rougeole.

 

Q : Comment a diminué de moitié la mortalité par rougeole entre les années 2000 et 2005 ?

Hoekstra : L’UNICEF a élaboré une stratégie avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le plan consiste à accroître la couverture vaccinale de routine et à mener des campagnes supplémentaires donnant une seconde opportunité pour immuniser les enfants. La première explication du nombre élevé de cas dans certains pays, c’est qu’on n’a pas réussi à vacciner au moins une fois leurs enfants. En revanche, nous avons observé des progrès majeurs dans les pays ayant proposé une deuxième possibilité de se faire vacciner contre la rougeole. La seconde dose nous permet d’immuniser ceux que nous aurions manqué la première fois et nous rend capables de vacciner une seconde fois d’autres enfants, garantissant ainsi qu’ils seront immunisés contre la maladie.  Les taux de décès sont beaucoup plus élevés dans les 52 pays qui ne donnent qu’une seule occasion d’être vaccinés.

 

Q : Quelles façons spécifiques de travailler l’UNICEF utilise-t-il pour atteindre cet objectif ?

Hoekstra : entre septembre et décembre 2001, nous étions engagés dans une des plus grandes campagnes jamais menées contre la rougeole en Afrique, au sein de l’Initiative africaine contre la rougeole. Nous avons vacciné plus de 21 millions d’enfants dans huit pays : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Mali, Tanzanie, Togo et Ouganda. L’OMS est un de nos partenaires principaux avec plusieurs autres : La Fondation pour les Nations Unies, la Croix-Rouge des Etats-Unis et les US Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

 

La campagne a eu un impact majeur : nous avons pu éviter 140 000 décès d’enfants. Dans la plupart des pays, nous avons pu toucher 95 % des enfants de moins de 14 ans et dans les autres, 95 % de ceux de moins de cinq ans. L’impact sera perçu dans le futur car ces pays ont maintenant une bonne base pour conduire de futures vaccinations contre la rougeole. Dans les cinq prochaines années, nous espérons aller à tous les pays en Afrique.

 

Q : Comment les défis avancent-ils ?

Hoekstra : Notre majeur inquiétude est d'avoir suffissant fonds. Nous disposons sur le terrain de nombreux techniciens et partenaires qui ont une grande expérience dans l’organisation de programmes contre la rougeole qui sont de qualité et durables. Pour atteindre l’objectif de réduire la mortalité un 40% dans le quatre prochaines années, nous aurons besoin de 688 millions de dollars.

 

Les conflits et les guerres représentent d’autres obstacles. En Afghanistan nous avons vacciné plus de dix millions d’enfants contre la rougeole. Nous menons habituellement un programme en moins d’une à deux semaines et vaccinons cinq ou six millions d’enfants par semaine. L’ Afghanistan est si difficile que nous l’avons fait sur une période de plus de six mois, en allant de village en village. Mais pour finir nous avons évité 35 000 décès d’enfants.