Ouzbékistan

L’UNICEF, l’UE et le Gouvernement de l’Ouzbékistan renouvellent l’engagement de fournir des soins de santé équitables pour les mères et les enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2012/Ouzbékistan/Atoev
De gauche à droite, l’Ambassadeur de l’Union européenne, Norbert Jousten ; le Vice-Ministrede la santé, Assomiddin Kamilov, et la responsable UNICEF en Ouzbékistan, Savita Varde-Naqvi se serrent la main après avoir signé l’accord tripartite.

Par Nigina Baykabulova

TASHKENT, Ouzbékistan, 19 juillet 2012 – L’UNICEF, le Gouvernement de l’Ouzbékistan et l’Union européenne (UE) ont signé aujourd’hui un accord tripartite pour la mise en oeuvre de la phase II du Programme de développement de la coopération UE-UNICEF « Amélioration des soins de santé pour les mères et les enfants en Ouzbékistan (IMCHS) ».

L’accord prévoit l’engagement commun des trois partenaires de renforcer la gouvernance de la santé, d’améliorer la  qualité des soins pour les mères et les enfants, et de promouvoir les pratiques de soin des familles et des communautés.

Continuer un partenariat réussi

L’accord marque la continuité d’un partenariat réussi entre le Ministère de la santé publique, l’UNICEF et l’UE. La mise en oeuvre de la phase I du Programme de développement de la coopération IMCHS, de 2008 à 2011, a contribué significativement à la réforme du secteur de la santé, particulièrement dans les domaines de la santé maternelle et infantile.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1620/Estey
L’infirmière Yumrzakova Iroda prépare à examiner un bébé à l’hôpital de Namangan en Ouzbékistan. Le personnel de l’hôpital a été formé à la Prise en charge intégrée des maladies de l'enfant (PCIME), un programme qui améliore la survie de l’enfant.

La phase I de l’IMCHS a fourni des preuves convaincantes qu’un programme d’interventions intégrées pour la survie du nouveau-né et de l’enfant allant du stade précédant la grossesse à celui de l’enfance peut réduire le risque de morbidité et de mortalité néonatales, rapprochant ainsi le pays de la réalisation des Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le développement (OMD) – des objectifs relatifs à la santé maternelle et infantile – avec équité.

L’UNICEF a été un partenaire de confiance du Ministère de la santé publique tout au long du processus, améliorant la qualité des soins de santé en formant les professionnels de santé à fournir des interventions rentables et à forte incidence.

À travers le dialogue politique avec éventail de parties prenantes et de partenaires du développement – dont l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement (BAD) – et au travers de programmes d’intervention sur le terrain, l’UNICEF était bien placée pour fournir une assurance de qualité et une supervision technique de manière globale et continue. Ceci sera reporté sur la mise en oeuvre de la phase II de l’IMCHS.

Renforcer la continuité des soins

Le programme IMCHS II utilisera une approche de continuité des soins pour la santé et le bien-être de la mère et de l’enfant – qui cible la gamme complète des soins avant et pendant la grossesse, la naissance et la petite enfance.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1619/Estey
Le Dr. Djabbarova Malokhat utilise un appareil fourni par l’UNICEF pour mesurer la fréquence cardiaque de Mavluda, âgé de trois mois, dans un hôpital à Andijan en Ouzbékistan. Le personnel de l’hôpital a été formé à la Prise en charge intégrée des maladies de l'enfant (PCIME), un programme qui améliore la survie de l’enfant.

Sur le plan de l'information, le projet sera centré sur l’examen et la normalisation des cadres, le renforcement du financement de la santé et des systèmes de gouvernance, et l’appui à la supervision et au suivi rigoureux.

Sur le plan de la prestation des services, il sera centré sur le développement des compétences du personnel de santé à prodiguer des soins complets et de pointe conformément aux normes internationales. Il améliorera les programmes d’enseignement, les bonnes pratiques, et la planification des approvisionnements et de la logistique.

Sur le plan de la demande, IMCHS II travaillera avec les dispensateurs de soins (mères), les familles et les communautés pour résoudre les obstacles  économiques et sociaux à un accès équitable à la santé. Il fera aussi une promotion positive de la santé, de la nutrition et des pratiques d’hygiène au niveau des ménages.

Le projet est évalué à plus de 5,7 millions d’euros; la contribution de la Commission européenne est de 4,9 millions d’euros, et la contribution de l’UNICEF est de plus de 818 000 euros. Il sera mis en place dans toutes les régions du pays.


 

 

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche