Somalie

En Somalie, une campagne de vaccination de grande ampleur pour arrêter la propagation de la polio

Une campagne de vaccination de grande ampleur est implémentée pour arrêter la propagation de la polio en Somalie.

 

Par Susannah Price

Une grave épidémie de polio en Somalie menace de se propager, tandis les efforts pour livrer des vaccins se poursuivent. 

MOGADISCIO, Somalie, 14 Août 2013 - La mère du petit Mohamed Seef Naasir, 3 ans, ne s’était pas rendue compte de l’importance de vacciner ses enfants contre la polio avant qu'il ne soit trop tard. La famille vit dans un abri de fortune dans un camp pour les personnes déplacées par la famine et les conflits de la capitale somalienne, Mogadiscio.

Khadija explique qu'il y a deux mois, son fils avait eu une forte fièvre qui ne baissait pas, même après avoir reçu des médicaments.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Des agents de santé à Mogadiscio vaccinent un enfant contre la polio. Il y a maintenant plus de cas de polio en Somalie que dans tous les autres pays réunis.

«Un matin, il m'a appelée et m'a dit qu'il ne pouvait pas se mettre debout, dit-elle. J'ai vu que sa jambe était enflée. Je l'ai aidé à se lever, mais sa jambe était paralysée ».

Cette histoire n'est que trop courante en Somalie, où l'accès restreint des travailleurs humanitaires, l'insécurité et le manque de sensibilisation du public ont laissé un grand nombre d'enfants non vaccinés contre la polio et d'autres maladies mortelles.

Six ans après que le pays ait été déclaré exempt de poliomyélite, il y a maintenant plus de cas en Somalie que dans tous les autres pays réunis. L'Organisation mondiale de la Santé a confirmé 101 cas depuis que la maladie a été identifiée chez une fillette de 2 ans en mai dernier.

Agir rapidement

Il n'existe aucun remède pour la polio, qui se transmet par l'eau ou par des aliments contaminés par des matières fécales d'une personne infectée. La maladie se propage rapidement dans les endroits surpeuplés disposant d’un système sanitaire pauvre, comme les camps pour personnes déplacées.

Le Dr. Abdikarim Aseyr, un expert sur la poliomyélite basé à Mogadiscio, explique que, parce que beaucoup de gens n'ont pas été vaccinés et ont un système immunitaire affaibli, il est essentiel d'agir rapidement pour vacciner les communautés.

« Le seul remède, c’est la prévention, et c'est pourquoi nous recommandons à tous les gens de se faire vacciner contre la polio», explique-t-il.

Les chefs religieux ont également apporté leur soutien à la campagne de vaccination, en soulignant le fait que les parents ont le devoir de protéger leurs enfants. Sheikh Abdulkadir Mohamed Soomow, un érudit islamique à Mogadiscio, souligne que l'Islam appelle ses partisans à trouver un remède pour des maladies.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Une petite fille reçoit un vaccin oral antipoliomyélitique à Mogadiscio. L'UNICEF et ses partenaires agissent en urgence pour protéger les enfants somaliens après que la maladie soit réapparue dans le pays plus tôt cette année.

« Dans le cas de la polio, nous exhortons le peuple somalien à se faire vacciner, dit-il. Les médecins nous disent que la polio peut tuer, et c'est dangereux pour les adultes comme pour les enfants ».

Jusqu'à présent, cinq séries de vaccinations ont été effectuées, et plusieurs autres sont prévues. Certaines campagnes ont ciblé les enfants de moins de 5 ans, d'autres de moins de 10 ans et d'autres les adultes. L'UNICEF, l'Organisation mondiale de la Santé et leurs partenaires ont soutenu l’achat et la distribution des vaccins.

Le Gouvernement du Japon, parmi d'autres donateurs, a fourni une subvention d'urgence pour procurer des vaccins contre la polio par voie orale à plus de 2,8 millions d'enfants de moins de 10 ans.

Il est déjà trop tard pour sauver ceux qui ont été touchés par l'épidémie de cette année. Le défi consiste maintenant à s'assurer que l'épidémie soit contenue aussi rapidement que possible, de sorte que la Somalie puisse à nouveau être exempte de poliomyélite.

 


 

 

Photographie : Atteindre chaque enfant

Recherche