Santé

Le paludisme fait des ravages partout mais c’est l’Afrique qui est frappée de plein fouet

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ00-0010/Pizozzi
In Tanzania in 2000, a three-year-old boy toddler, sick with malaria, is examined by a health worker.

Chaque année des centaines de millions d’habitants des pays en développement souffrent de paludisme aigu, une maladie transmise par un moustique. Cette terrible maladie fait périr un enfant tous les 30 secondes dans le monde, et plus d’un million de personnes chaque année. La plupart de ces victimes sont des enfants de moins de cinq ans et 90 pour cent des cas de paludisme surviennent en Afrique, au sud du Sahara.

Le paludisme entrave la croissance économique du continent et contribue à perpétuer le cycle de pauvreté, affectant plus d’un milliard de personnes. En Afrique subsaharienne, le paludisme attaque essentiellement les jeunes enfants, et près de 3 000 d’entre eux y succombent chaque jour – soit 20 pour cent environ de tous les décès d’enfants dans la région.

Ce dimanche marque la quatrième commémoration de la Journée africaine du paludisme depuis le Sommet d’Abuja en avril 2000. Cette année, l’UNICEF et ses partenaires de l’initiative Faire reculer le paludisme commémoreront la journée avec un concert animé par Youssou N’Dour à Matam (Sénégal) – une région où le paludisme fait des ravages.

Le partenariat de Faire reculer le paludisme, créé en 1998, associe l’Organisation mondiale de la Santé, l’UNICEF, la Banque mondiale, le Programme des Nations Unies pour le développement et les Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis, tous unis dans la lutte contre ce fléau.

L’UNICEF demande l’aide des laboratoires pharmaceutiques dans cette lutte

A l’occasion de la Journée africaine du paludisme, le 25 avril 2004, l’UNICEF demande aux firmes pharmaceutiques et aux pays donateurs de fournir une nouvelle arme cruciale contre le paludisme aux centaines de millions de personnes affectées par la maladie chaque année.

« De nouveaux médicaments puissants peuvent sauver les 300 millions de personnes touchées par le paludisme chaque année, a dit la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy aujourd’hui. Si les secteurs privé et public travaillent bien ensemble, nous pouvons faire de grands progrès et faire reculer le paludisme ».

L’an dernier, l’organisation a acheté près de 5 millions de moustiquaires, ainsi que des insecticides pour traiter les moustiquaires. En empêchant l’insecte de piquer et en tuant le moustique porteur du paludisme, ces moustiquaires imprégnées d’insecticide peuvent faire diminuer considérablement le nombre de décès dus à la maladie.

Les réfugiés particulièrement exposés

Dans les situations d’urgence, lorsque les réfugiés vivent dans des camps sans abri, eau ou hygiène appropriés, les moustiquaires et les insecticides revêtent une importance capitale pour lutter contre le paludisme. L’UNICEF épaule les programmes antipaludiques dans plus de 30 pays africains.

Le million ou presque de réfugiés de la région de Darfour, au Soudan et à l’Est du Tchad, déplacés par la crise, ont un besoin critique de fournitures pour lutter contre la paludisme, la rougeole et autres maladies.

Dans quelques semaines, la saison des pluies va commencer et elle amènera les moustiques, dont bon nombre sont des vecteurs du paludisme. Des dizaines de milliers de réfugiés pourraient être affectées dans la région de Darfour. « Quand des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays sont exposées et sans abri, elles courent des risques 24h sur 24 », a dit le Dr Kopano Mukelabai, spécialiste du paludisme et conseiller principal de l’UNICEF en matière de santé.

Pour aider à lutter contre la maladie et protéger les réfugiés, l’UNICEF a donné des moustiquaires imprégnées d’insecticide. 

Voir le reportage vidéo

Impact du paludisme sur les enfants de l'Afrique

 VIDÉO : haut | bas

Audio (en anglais)

22 avril 2004 : Dr Kopano Mukelabai, Conseiller de santé, spécialiste du paludisme, parle avec le correspondant de l’UNICEF Francis Mead. Audio clip [mp3]

Liens

En savoir plus sur les efforts de l’UNICEF contre le paludisme

Lors de la Journée africaine du paludisme, l’UNICEF demande que les nouveaux médicaments soient plus faciles d’accès et moins chers

Région en crise – Darfour (Soudan/Tchad)


 

 

Vidéo (en anglais)

Impact du paludisme sur les enfants de l'Afrique
VIDÉO  haut | bas

Audio (en anglais)

22 avril 2004 : Dr Kopano Mukelabai, Conseiller de santé, spécialiste du paludisme, parle avec le correspondant de l’UNICEF Francis Mead.

Clip audio (mp3)
clic droit pour télécharger

Recherche