Survie et développement de l’enfant

Le sommet « Appel à l'action pour la survie de l'enfant » s'achève sur l’engagement à éliminer les décès d'enfants évitables

Par Chris Niles

Dans le monde, la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans est passée de 12 millions de décès en 1990 à 7, millions en 2010 ; pourtant, des milliers d'enfants continuent chaque jour à mourir de maladies évitables. Les 14 et 15 juin, les Gouvernements d'Éthiopie, d'Inde et des États-Unis ont organisé la conférence « Appel à l'action pour la survie de l'enfant », mobilisant la planète vers un objectif simple mais ambitieux : mettre fin aux décès d'enfants qui pourraient être évités. Lors de cette conférence, il a été demandé aux gouvernements et aux partenaires de signer « Une promesse » un engagement à améliorer la survie de l'enfant.

WASHINGTON, États-Unis, 16 Juin 2012 – Le Ministre de la santé éthiopien a inauguré à Washington, aux États-Unis, la seconde journée de la conférence « Appel à l'action pour la survie de l'enfant » en encourageant les nations à relancer l’élan international visant à réduire la mortalité infantile.

Vidéo : Geeta Rao Gupta, Directrice générale adjointe de l'UNICEF, s'exprime lors du forum « Appel à l'action pour la survie de l'enfant », à Washington, aux États-Unis, le 15 juin 2012.

 

« L'action au niveau local peut renverser le courant », a-t-il dit. « Si les communautés ne s’approprient pas ces efforts, il n'y pas d'engagement ».

« L'appel à l'action pour la survie de l'enfant » a réuni 700 dirigeants et spécialistes du secteur public et privé ainsi que des responsables religieux afin de déterminer les façons de réduire considérablement  le nombre d'enfants qui décèdent avant leur cinquième anniversaire. La conférence était co-organisée par l'Éthiopie, l'Inde et les États-Unis en collaboration étroite avec l'UNICEF.

Une feuille de route pour la survie de l'enfant
Au cours des quarante dernières années, grâce aux nouveaux vaccins et à l'amélioration des soins de santé, les décès d'enfants ont été réduits de plus de moitié.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0429/Markisz
Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF, prend la parole lors de la première journée du forum international « Appel à l'action pour la survie de l'enfant » à Washington, États-Unis.

Pourtant, des millions d'enfants continuent à mourir de causes évitables, principalement en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. « L'appel à l'action pour la survie de l'enfant » lance un défi de taille à la communauté internationale : élaborer des projets précis pour ramener la mortalité de l’enfant à moins de 20 décès pour 1000 naissances vivantes d'ici 2035.
 
« L'appel à l'action pour la survie de l'enfant » a établi un projet en cinq points pour réaliser cet objectif. Il commence avec l'intensification des programmes dans les 24 pays qui représentent 80 pour cent des décès chez les enfants de moins de cinq ans. Il porte aussi sur les populations défavorisées, s'attaquant aux cinq causes de près de 60 pour cent des décès d'enfants mais également sur l'éducation des femmes et les moyens d'assurer la responsabilisation.
 
« Cette feuille de route intègre l'expérience accumulée au sein de notre groupe », a dit Amie Batson, Administratrice assistante adjointe pour la santé mondiale à l'USAID.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0427/Markisz
Kathleen Sebelius, la Secrétaire américaine à la santé et aux services sociaux, intervient lors de la première journée du forum « Appel à l'action pour la survie de l'enfant », à Washington, aux États-Unis.

Articles de première nécessité 
 
Anthony Lake, le Directeur général de l'UNICEF, a animé un débat sur la Commission de l'ONU sur les  articles de première nécessité pour les femmes et les enfants qui a été mise en place cette année par le Secrétaire général Ban Ki-moon. La commission, que co-préside Anthony Lake et qui présentera ses conclusions en septembre, est à la recherche de moyens pour procurer à davantage de femmes et  d'enfants vulnérables des médicament de base de première nécessité comme le zinc et les sels de réhydratation orale.

« Cette commission a été créée sous l'effet de la colère. La colère parmi nous tous de voir que des millions d'enfants et de femmes meurent parce qu'ils ne disposent pas des articles de nécessité les plus essentiels. C’est moralement obscène… Mais c'est aussi une occasion énorme, une façon formidable de toucher efficacement les communautés les plus défavorisées du monde entier », a dit Anthony Lake.

Le Ministre nigérian de la santé Muhammad Ali a expliqué comment son pays était en train de s'efforcer de devenir plus équitable en faisant en sorte que chaque mère et chaque enfant disposent des articles de base.

« Nous avons développé un plan d'élargissement pour les articles essentiels en nous concentrant sur la pneumonie, la diarrhée et le paludisme et il s'agit du renforcement d'une opération actuelle que nous avons lancée pour améliorer la gestion au niveau local », a-t-il dit. « Dans tout notre pays, nous accroissons le nombre d'agents de santé locaux dans les dispensaires ruraux et nous diffusons ces articles dans les commerces de détail où ils sont une nécessité pour les segments les plus vulnérables et les plus pauvres de notre population ».  

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0431/Markisz
Lors du forum « Appel à l'action pour la survie de l'enfant » Joseph Potasnik, Vice-président du Conseil des rabbins de New York; le Dr Ishtiaq Mannan Save the Children; Mgr Sunday Onuoha, Directeur général de l'association nigériane Action interconfessionnelle; Carolyn Woo, Présidente et PDG des Catholic Relief Services (CRS); Cleopatra John Byarugaba, Directrice de U-report; Kay Warren, co-fondatrice de Saddleback Church; et l’animatrice, Femi Oke, discutent du rôle des groupes confessionnels.

Faire date dans l'histoire
Geeta Rao Gupta, Directrice générale adjointe de l'UNICEF, a conclu le sommet en affirmant que la réunion avait été l'occasion de faire date dans l'histoire, de faire des décès d'enfants évitables une relique du passé. « Je sais que c'est un objectif ambitieux mais il est réalisable si nous croyons qu'il est réalisable ; si nous en avons la volonté. Ainsi, la première étape est d'imaginer un monde dans lequel aucun enfant ne meure d'une maladie ou d'une affection qui peut être évitée ou guérie », a-t-elle dit.

« La conférence avait permis à la communauté du développement de reprendre confiance en sa capacité à réaliser des changements », a dit Geeta Rao Gupta.

« Ceci est notre appel à l'action, travailler de concert, tous et chacun, pour établir une réduction sans précédent des décès d'enfants évitables, pour renouveler la promesse de donner à chaque enfant les meilleures chances possibles de survivre », a-t-elle dit.


 

 

Une promesse renouvelée


Pour plus d'information 
A Promise Renewed  
(Site web en anglais)

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de L'Enfant

Au Nigéria, un message pour la santé de la mère et de l’enfant

Au Tchad, lutter contre la crise nutritionnelle est loin d’être facile
 avec vidéo

L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de la nutrition dans les villages éthiopiens pose les fondations d’un avenir meilleur
 vidéo en anglais

Des enfants « super agents de santé » aident le Brésil à réduire le nombre de décès évitables d'enfants
 vidéo en anglais

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants
 vidéo en anglais

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh
 vidéo en anglais

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil
 vidéo en anglais

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays
 vidéo en anglais

En République centrafricaine, le porte à porte permet de s’attaquer à la malnutrition

En Haïti, les cliniques d'urgence aident à réduire les décès maternels et néonatals
 vidéo en anglais

Au Mali, une meilleure information sur l’allaitement au sein sauve des vies d’enfants

En Angola, une recette du bonheur pour mettre fin aux décès d’enfants évitables


Recherche