Santé

La Journée mondiale du paludisme note les progrès réalisés dans l’éradication de la maladie

Image de l'UNICEF
© CDC/Gathany
> Le moustique Anopheles gambiae qui se nourrit de sang – l’un des vecteurs majeurs du paludisme dans le monde.

Par Chris Niles

NEW YORK, 24 avril 2009 – À la veille de la Journée mondiale contre le paludisme, le 25 avril, un nouveau rapport, coparrainé par l’UNICEF, indique que le paludisme est sur le point de passer au second plan, parmi les grandes questions sanitaires dans le monde.

VIDÉO : regarder maintenant

La très large distribution de moustiquaires traitées à l’insecticide est en grande partie responsable de ces progrès. Depuis quelques années, le nombre des moustiquaires distribuées a plus que triplé, passant de 30 millions en 2004 à 100 millions en 2008.

« Une cause exceptionnelle de décès ou d’invalidité »

Le rapport – « Le paludisme et les enfants : couverture du progrès dans les interventions » – a été publié par l’UNICEF, le partenariat Faire reculer le paludisme et le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme. La Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, et d’autres dirigeants internationaux dans le domaine de la santé publique ont annoncé les conclusions du rapport lors d’une conférence de presse tenue à Washington, DC.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2008-1515/Holtz
Des enfants sont assis sous leur première moustiquaire traitée à l’insecticide, chez eux, à Bossangoa, en République centrafricaine, où l’UNICEF a distribué des moustiquaires dans le cadre d’une campagne nationale de vaccination et de santé publique.

« Pour la première fois de l’histoire, nous sommes sur le point de faire du paludisme une cause exceptionnelle de décès et d’invalidité, » a dit Ann M. Veneman. « Le rapport indique que les pays africains où le paludisme existe à l’état endémique ont reçu suffisamment de moustiquaires entre 2004 et 2008 pour protéger plus de 40 pour cent des populations à risque. »

Mais en dépit de ces progrès, le paludisme serait encore responsable de la mort, chaque année, d’environ un million de personnes – surtout des enfants en Afrique – et il nuit à la santé de plus de 50 millions de femmes enceintes annuellement.

Une priorité mondiale pour la survie de l’enfant

Ce nouveau rapport insiste sur la priorité mondiale que constitue la lutte contre le paludisme – une priorité essentielle pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à la survie de l’enfant en Afrique.

Dans ce cadre, l’événement de Washington a aussi marqué le début de « Un monde contre le paludisme », la toute première campagne visant à fournir à chaque Africain une moustiquaire traitée à l’insecticide d’ici à 2010 et à mettre fin aux décès causés par le paludisme d’ici à 2015.

« Le rapport indique qu’on dispose à présent de financements suffisants pour l’acquisition de moustiquaires permettant de mettre l’Afrique en bonne position en vue de parvenir à une couverture universelle d’ici à 2010, » a déclaré Ann M. Veneman.


 

 

Vidéo (en anglais)

21 avril 2009 : la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, parle des progrès réalisés par l’UNICEF et ses partenaires dans l’éradication du paludisme.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche