Santé

L’UNICEF signale des progrès en ce qui concerne les moustiquaires et le financement

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ05-0758/Bagla
Un enfant dort sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide dans la région des Iles Nicobar en Inde. Le dernier rapport de l’UNICEF sur le paludisme montre une augmentation rapide de l’approvisionnement en moustiquaires au niveau mondial de moustiquaires entre 2004 et 2006.

Par Elizabeth Kiem

NEW YORK, USA, 16 octobre 2007 – La lutte contre le paludisme a fait une percée mondiale significative, surtout dans les zones bénéficiant d’un financement international et de distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide. 

Un nouveau rapport, « Paludisme et enfants », montre une accélération rapide de l’approvisionnement en moustiquaires entre 2004 et 2006, avec une production annuelle plus que doublée, soit de 30 à 63 millions d’unités. L’UNICEF à lui seul a acheté 20 fois plus de moustiquaires en 2006 par rapport à 2000.  (En faisant dormir les enfants sous une moustiquaire, on les protège des moustiques porteurs du paludisme, ce qui peut réduire le taux de mortalité infantile de 20 pour cent).

Tout aussi significatif, le rapport note que les programmes nationaux de santé menés dans les pays où le paludisme est endémique ont bénéficié d’une augmentation multipliée par dix des dons internationaux au cours des dix dernières années. 

Le rapport a été préparé par l’UNICEF pour le compte de Faire reculer le paludisme, un partenariat lancé en 1998 afin de coordonner les efforts mondiaux dans la lutte contre cette maladie meurtrière.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ06-2771/Brioni
Une mère en Côte d’Ivoire avec son nouveau-né atteint du paludisme. En Afrique sub-saharienne, 34 pour cent des enfants reçoivent des médicaments contre le paludisme, mais peu de pays ont augmenté leur couverture depuis l’année 2000.

L’Afrique subsaharienne affronte le défi

La progression la plus dramatique s’est faite en Afrique subsaharienne, la région la plus touchée par la maladie. Environ 800 000 enfants de moins de cinq ans – un cinquième de l’ensemble des enfants de moins de cinq ans – meurent tous les ans du paludisme dans cette région.

Mais ces pays réagissent et élargissent le recours aux moustiquaires imprégnées d’insecticide. Seize des 20 pays de l’Afrique subsaharienne rapportent que le nombre d’enfants utilisant ces moustiquaires a triplé depuis 2000.

« Juguler le paludisme revêt une importance cruciale, pour améliorer la santé des enfants et pour le développement économique des pays touchés », a dit Mme Ann M. Veneman, Directrice générale de l’UNICEF. « Des études montrent que le paludisme affecte de façon tout à fait disproportionnée les personnes les plus pauvres, contribuant ainsi à les appauvrir encore davantage ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ95-1050/Pirozzi
Mère et enfant dans un dispensaire au Nord de la Somalie. Grâce à des initiatives de financement majeures, des pays comme la Somalie peuvent acheter des médicaments plus efficaces contre le paludisme.

Elargir l’utilisation de meilleurs traitements

Au cours des dernières années on note une nouvelle avancée, l’adoption par la plupart des gouvernements subsahariens de thérapies améliorées contre la maladie. Depuis 2003, les thérapies basées sur une combinaison d’artémisinine (TCA) sont devenues la norme dans l’utilisation de programmes de santé nationale, selon le rapport de l’UNICEF.

« Malgré tout, seule une minorité d’enfants a accès aux traitements avancés contre le paludisme », a rappelé le Dr Peter Salama, Chef des programmes de santé pour l’UNICEF. « Mais grâce à l’appui vigoureux des donateurs internationaux et la baisse du prix des TCA je pense que les gouvernements sont convaincus que cette stratégie est la bonne dans le traitement contre le paludisme. »

M. Salama ajoute que l’approvisionnement en moustiquaires et médicaments antipaludiques a encore augmenté depuis la collecte des informations pour le rapport, ce qui permet d’être encore plus optimiste.

« Ces activités se développent à une si vaste échelle que nous n’arrivons même pas à les mesurer », a-t-il dit.


 

 

Vidéo (en anglais)

15 octobre 2007:
Peter Salama, Chef des programmes de santé à l’UNICEF, discute des progrès de l’initiative Faire reculer le paludisme.

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Rapport (en anglais)

Recherche