Éthiopie

Des équipes de santé mobiles apportent des soins médicaux aux éleveurs des régions isolées d’Éthiopie

Par Indrias Getachew

MAYOMULUKO, Éthiopie, le 26 mars 2012 – Le jour se lève à Mayomuluko, dans la zone Fik de la région somalie, en Éthiopie. Des professionnels de la santé chargent leur véhicule d’approvisionnement pour les éleveurs nomades vivant dans cette région isolée, où les infrastructures et l’accès aux services de base sont rares.

VIDÉO (en anglais) : le 9 février 2012 – La correspondante de l’UNICEF Chris Niles rend compte d’un programme de soins de santé pour la survie destiné aux éleveurs nomades d’Éthiopie.  Regarder dans RealPlayer

 

Leur approvisionnement se compose de médicaments, vaccins, balances et rubans à mesurer, ainsi que d’une boîte d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, fournie par l’UNICEF avec l’appui du service d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO). Les balances, rubans à mesurer et la nourriture seront utilisés pour traiter les enfants souffrant de malnutrition sévère dans le cadre de leur programme d’alimentation thérapeutique en ambulatoire.

Traiter les cas de malnutrition mortelle

Après un trajet chaotique sur un terrain semi-désertique, l’équipe arrive à Dhera-rekay, l’un des six sites de l’équipe mobile de santé et de nutrition. Une foule se rassemble sous l’ombre des acacias pendant que l’équipe met en place des points destinés à traiter adultes et enfants ainsi qu’à administrer les vaccins.

Shamis Ali Hared fait partie de la foule de patients. Elle est venue avec son fils de 8 mois, Hassan Hussein. « Ici nous avons beaucoup de problèmes à cause de la sécheresse », explique-t-elle. « Mon fils et moi avions très soif et étions malades, c’est pourquoi nous sommes venus ici aujourd’hui… Quand votre enfant est malade, vous commencez à vous inquiéter. C’était une question de vie ou de mort ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2012/Getachew
L’équipe mobile de santé et de nutrition de Mayomuluko charge son véhicule d’approvisionnements avant de prendre la route pour un site mobile dans la région somalie d’Éthiopie, une région isolée.

Hassan Mohammed, infirmier clinicien, est responsable des services d’alimentation thérapeutique de l’équipe mobile. Il utilise un ruban à mesurer pour vérifier la circonférence du bras du bébé, un indicateur de l’état nutritionnel de l’enfant, afin de déterminer son évolution depuis la semaine précédente. Les enfants de moins de cinq ans dont la circonférence du bras est inférieure à 11,5 cm sont considérés comme souffrant de malnutrition aiguë sévère, qui peut être mortelle en l’absence de traitement.

« Hassan était très faible. La circonférence de son bras était de 9,5 cm », explique Monsieur Mohammed. Mais Hassan est en voie de guérison. « Après trois semaines d’alimentation thérapeutique en ambulatoire, la circonférence de son bras est de 10,5 cm ».

« Mon fils a retrouvé la santé et déborde de joie désormais », a affirmé Madame Ali Hared. Elle a elle-même été traitée pour de l’anémie et des maux de tête. « On m’a donné des comprimés de fer, et j’ai cessé de me sentir mal. On m’a aussi donné des antidouleurs et désormais je me sens bien, et forte, et je peux travailler correctement. Ils se sont très bien occupés de moi ».

« On peut dire sans hésitation que sans la présence de l’équipe mobile de santé et de nutrition, de nombreux enfants auraient eu de nombreux problèmes de santé et en seraient morts », affirme Hassan Mohammed. « Les personnes qui vivent par ici sont des éleveurs, ils se déplacent, et reçoivent peu de soutien, il n’y a pas d’ONG et personne d’autre pour les aider, il n’y a d’ailleurs rien par ici pour leur apporter le soutien dont ils ont besoin ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2012/Getachew
Shamis Ali Hared porte son bébé de 8 mois, Hassan, traité contre la malnutrition, dans la région somalie d’Éthiopie.

De l’aide pour les plus difficiles à atteindre

Les pasteurs de la région vivent de l’élevage du bétail, des chameaux et des chèvres. Dans cette région aride et encline à la sécheresse, ils sont obligés de se déplacer d’un endroit à l’autre pour chercher des pâturages et des points d’eau pour leurs animaux.

« La population de la région somalie est estimée à plus de 5 millions d’habitants, dont plus de 80 pour cent d’éleveurs », explique Abdulahi Ali Haj, agent sanitaire de l’UNICEF. « Comme la communauté est mobile, à moins de disposer de stratégies de santé mobiles, il est difficile de répondre à leurs besoins ».

Le travail des équipes mobiles s’inscrit dans le cadre de l’approche fondée sur l’équité de l’UNICEF, une stratégie destinée à toucher les groupes les plus vulnérables et difficiles à atteindre. « Grâce à ces 24 équipes mobiles de nutrition et de santé dans la région somalie et aux quatre équipes d’Afar, des centaines de milliers de femmes et d’enfants peuvent accéder aux services de base en matière de santé et de nutrition », explique Ted Chaiban, représentant de l’UNICEF en Éthiopie. « Alors que l’Éthiopie se rapproche des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans le secteur de la santé, il est de plus en plus important d’aider les populations les plus difficiles à atteindre, les plus difficiles d’accès… Nous apprécions véritablement l’appui d’ECHO dans la réalisation de cette stratégie ».

Shamis Ali Hared confirme l’importance de l’équipe mobile. « Je peux vous assurer que sans la présence de l’équipe mobile, nous ne serions pas ici », affirme-t-elle. « Si ces équipes de santé mobiles n’étaient pas là avec leurs voitures et leurs médicaments, nous n’aurions pas survécu ».


 

 

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche