Congo

Sur les rails pour arrêter le paludisme : les chemins de fer congolais aident l’UNICEF à livrer 300 000 moustiquaires

Image de l'UNICEF
© UNICEF Congo/2007
Emilienne Raoul, Ministre de la santé, de la politique sociale et de la famille du Congo, donne le départ du train qui achemine 300 000 moustiquaires traitées à l’insecticide données par le Japon.

Par Sarah Crowe

POINTE NOIRE, République du Congo, 13 août 2007 – Tout a commencé par une présence excessive de moustiques  porteurs de paludisme et l’existence d’un don de moustiquaires traitées à l’insecticide, pour la prévention de cette maladie mortelle, un don généreux mais volumineux. Cela se passe en outre dans un pays où les routes goudronnées sont rares et où se trouvent des populations dans le besoin, vivant dans des zones inaccessibles, détenues par des rebelles.

Une brillante idée a alors germé : utilisons le train, le seul moyen pour parvenir à la capitale du Congo, Brazzaville, à 600 kilomètres par voie terrestre du port de Pointe Noire, sur la côte atlantique.

Finalement, après des semaines de préparation, on a chargé 300 000 moustiquaires sur huit wagons d’un train recouvert de drapeaux et d’étendards, alors que des personnalités officielles se rassemblaient devant l’imposante gare de style Art déco de Pointe Noire. Emilienne Raoul, Ministre de la santé, de la politique sociale et de la famille du Congo, s’est coiffée d’une casquette blanche de responsable des chemins de fer, a sifflé le départ et le voyage historique a commencé.

Le plus gros responsable de la mortalité infantile

Cette expédition de deux jours par train spécial à travers le Congo a constitué une première. Le transport avait commencé sur le port par le transfert de conteneurs de moustiquaires sur des wagons et, au fur et à mesure que le voyage s’est poursuivi, les moustiquaires ont été chargées sur des camions dans les gares situées sur le parcours.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Congo/2007
À Pointe Noire, avant le départ, des agents chargent sur le train des moustiquaires qui seront distribuées aux familles d’un bout à l’autre du Congo.
Les dons du Gouvernement japonais et du Fonds américain pour l’UNICEF, ainsi que le soutien du Gouvernement congolais et de la Société nationale des chemins de fer ont contribué à la mise en œuvre par l’UNICEF de cette campagne contre le plus gros responsable de la mortalité infantile au Congo.

Ceci a constitué la première étape dans le prépositionnement au Congo des moustiquaires dans les districts sanitaires, en vue des prochaines journées pour la santé de l’enfant, une grande campagne intégrée comprenant la fourniture d’un supplément de vitamine A, une vaccination de routine et l’administration de vermifuge ainsi que la distribution de moustiquaires. Le train contre le paludisme a aussi contribué à sensibiliser à la campagne programmée en octobre, durant laquelle un demi-million de moustiquaires vont être distribuées – dans le but d’atteindre presque tous les enfants de moins de cinq ans.

« La lutte est prise au sérieux »

« Ceci est vraiment novateur » a déclaré Mme Raoul. « En lançant ce train, nous montrons notre sérieux dans la lutte contre le paludisme.

« Bien sûr, les moustiquaires ne représentent qu’un aspect du problème », a poursuivi la Ministre de la santé, soulignant le besoin de favoriser un usage adéquat des moustiquaires et une pulvérisation d’insecticide autour des maisons, un meilleur assainissement et un traitement rapide des enfants touchés par le paludisme.

« Pour nous, il s’agit vraiment d’une lutte contre le paludisme, et la meilleure chose à faire, c’est d’essayer de tuer les larves avant qu’elles n’infectent les gens », a dit Mme Raoul.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Congo/2007
Ce bébé dort sous une moustiquaire, mais chaque année des milliers d’enfants congolais de moins de cinq ans, qui ne sont pas protégés, meurent du paludisme.
Partenariat stratégique

Des policiers armés étaient à bord du train pour assurer une protection dans la région du Pool tenue par les rebelles. On a pu voir en passant des signes témoignant de déraillements survenus précédemment – des éclats de métal autour des virages très prononcés. Mais il restait peu de traces des nombreuses victimes de la construction de la ligne aux beaux jours de la colonisation française.

« Il est paradoxal que cette ligne, responsable de 20 000 morts lors de sa construction dans les années 20, soit à présent utilisée pour sauver des vies », a dit le Dr Koen Vanormelingen, le Représentant de l’UNICEF au Congo.

« C’était un défi extraordinaire que de distribuer ces moustiquaires, et cela aurait dû nous prendre normalement un an pour les acheminer », a ajouté le Dr Vanormelingen. « Aussi en sommes-nous venus au partenariat stratégique avec la Société des chemins de fer et le Gouvernement ».

Protéger chaque enfant

La raison de ces projets considérables se comprend aisément lorsqu’on voit n’importe quel hôpital ou clinique. On y trouve de très nombreux cas d’enfants souffrant de paludisme. Selon le bureau de l’UNICEF, au Congo, seulement 5 pour cent environ des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans dorment sous une moustiquaire traitée à l’insecticide. Le paludisme est la cause majeure de maladie et de mortalité infantiles, ainsi que d’anémie grave chez les femmes enceintes, ce qui entraîne un poids insuffisant à la naissance.

Aux gares de Dolisie et de Nkayi, des moustiquaires ont été remises directement aux femmes enceintes et aux mères ayant des enfants en bas âge. Elles étaient absolument ravies car ces moustiquaires n’ont pas à être retraitées à l’insecticide pendant cinq ans.

« Les moustiquaires que nous trouvons sur le marché ne sont pas traitées de cette façon, si bien que nos enfants contractent encore le paludisme. Avec ces moustiquaires-là, nous sommes tranquilles et protégées », a dit Arlette Boungou, 28 ans, qui tenait dans ses bras sa fille de 18 mois, Marie-Laure.

Passant par des rivières à fort courant et des rapides, des forêts tropicales luxuriantes et de grandes étendues de savane, et parvenant à Brazzaville en pleine activité, le train contre le paludisme a mis le Congo sur les rails pour protéger chaque enfant contre les maladies évitables et pour se rapprocher de ses Objectifs du Millénaire pour le Développement.


 

 

Vidéo (en anglais)

13 août 2007 :
La correspondante de l’UNICEF, Sarah Crowe, décrit un partenariat stratégique avec les Chemins de fer nationaux du Congo pour la distribution de moustiquaires.

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche