Cameroun

L'UNICEF et ses partenaires combattent au Cameroun une flambée épidémique de choléra, une maladie mortelle mais évitable

Image de l'UNICEF
© UNICEF Cameroon/2010/Sprigge
Une femme et ses deux petits enfants, qui présentent des symptômes du choléra, dans la province camerounaise de l’Extrême-Nord.

NEW YORK, États-Unis, 8 septembre 2010 – Le Cameroun vit actuellement l’une de ses plus sévères flambées d’épidémie de choléra depuis des décennies. L’épidémie s’est déclarée en mai 2010, à la suite de la saison des pluies, et elle sévit particulièrement dans la province de l’Extrême-Nord. À ce jour, 5560 cas ont été signalés et il y a eu 385 décès, selon le gouvernement camerounais.

 AUDIO : écouter

Le choléra est causé par une consommation d’eau et de nourriture contaminées et il se répand souvent en raison d’un assainissement et d’une hygiène insuffisants. Selon l’UNICEF Cameroun, seulement 5 pour cent de la population de l’Extrême-Nord dispose de latrines et moins de 30 pour cent accède à l’eau potable. 

L’ensemble de ces facteurs, auxquels s’ajoutent les inondations et une forte densité de population, ont entraîné la flambée épidémique actuelle.

« Il peut parfaitement être soigné »

Dès le début de l’épidémie de choléra, l’UNICEF a collaboré avec d’autres organismes d’aide et des ministères afin de distribuer des médicaments, des comprimés pour la purification de l’eau et d’autres produits désinfectants, ainsi que des kits de stockage de l’eau qui permettent aux familles de stocker et de traiter leur eau chez elles.

« Le choléra peut parfaitement être soigné » a déclaré la Représentante de l’UNICEF au Cameroun, Mme Musu Clemens-Hope. « Si vous attrapez le choléra, vous traitez avec des antibiotiques, vous vous réhydratez et vous allez guérir. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Cameroon/2010/Sprigge
L’école camerounaise de Silak, dans la province de l’Extrême-Nord, proche du foyer de la récente flambée épidémique de choléra dans le pays.

Selon Mme Clemens-Hope, le taux de mortalité du choléra au Cameroun dépasse les 7 pour cent, un taux supérieur à ce qu’il devrait être, étant donné les moyens de traitement disponibles. Elle a observé que la majeure partie des décès intervenaient dans les secteurs reculés du pays, là où les malades ne bénéficient pas à temps des soins nécessaires.

Une nouvelle campagne

Par conséquent, le défi pour l’UNICEF est d’apprendre aux gens à reconnaître les symptômes du choléra et de leur indiquer où ils peuvent bénéficier rapidement d’un traitement.

Avec la rentrée des classes cette semaine, on peut craindre une extension de l’épidémie. En outre, dans le but d’atteindre les plus vulnérables – les enfants et leur communauté dans les provinces du nord – l’UNICEF a lancé une nouvelle campagne d’information auprès du public intitulée « Pas de choléra dans mon école. »

En partenariat avec le gouvernement camerounais, l’UNICEF va dans les écoles enseigner aux enfants les pratiques essentielles qu’il faut connaître pour éviter d’attraper le choléra : se laver les mains avec du savon ; boire de l’eau potable ; utiliser des latrines, ainsi que laver et cuire les aliments de façon adéquate.

L’UNICEF prévoit d’atteindre plus de 1,5 million d’élèves, répartis dans plus de 3600 écoles du nord du Cameroun, grâce à des messages à la télévision et à la radio, à des affiches et au recours aux cahiers d’écolier.

Le partenariat public-privé

Mme Clemens-Hope a indiqué qu’elle était satisfaite de cette collaboration entre des organisations du public et du privé, observant que le partenariat « montre le potentiel du secteur privé pour amorcer et soutenir le développement et pour apporter une aide dans les situations d’urgence. »

« Je pense que cette ressource n’est pas exploitée ici, au Cameroun, » a-t-elle ajouté, en parlant de cette collaboration.

Outre cette campagne d’information, l’UNICEF Cameroun va recourir aux services d’un spécialiste de Water, Sanitation and Hygiene – WASH (Eau, assainissement et hygiène), qui sera basé à Maroua, dans la province de l’Extrême-Nord, afin d’aider les fonctionnaires de la région à mettre en place un plan de prévention du choléra.


 

 

Audio (en anglais)

8 Septembre 2010 :  la Représentante de l’UNICEF au Cameroun, Mme Musu Clemens-Hope parle à Radio UNICEF Radio de l'épidémie de cholera dans le nord du Cameroun.
 AUDIO écouter

Recherche