Angola

En Angola, une nouvelle stratégie de porte -à -porte pour éliminer la polio

Image de l'UNICEF
© UNICEF Angola/2011/Caetano
Le groupe musical Fanfuarra Amor encourage les familles à vacciner leurs enfants contre la polio dans la municipalité de Cazenga, en Angola.

Par Olivio Gambo

LUANDA, Angola, 16 mars 2011 – A Luanda, la capitale, dans l'accablante chaleur du jour, s'effectue une nouvelle façon d'accroître la sensibilisation à la vaccination contre la polio.

Tandis qu'il se déplace à pied dans Sonefe, un quartier de la trépidante municipalité de Cazenga, Nkuansamu Matadi joue bruyamment de la trompette. C'est sa façon, originale, de lancer un cri de ralliement aux familles pour qu'elles fassent vacciner leurs enfants contre la polio.

Des besoins cruciaux

Sa passion, c'est de prévenir la transmission de cette maladie virale qui peu affecter tous les enfants de l'Angola. « C'est pourquoi nous sommes toujours préparés à mobiliser la population avec de la musique pour qu'elle sorte dans la rue où se trouvent les vaccinateurs », explique Nkuansamu Matadi.

Et il connaît un certain succès. « Quand notre orchestre joue, les gens sortent », raconte-t-il. « Notre musique remue la conscience des gens et nous sommes absolument sûrs que nous pouvons contribuer à l'éradication de la polio en Angola ».

Après être devenu presque immune de polio avec aucun cas durant trois années consécutives, l'Angola lutte contre la polio depuis 2005.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Angola/2011/Caetano
Les équipes de vaccination sont confrontées à un très mauvais état des routes pour parvenir auprès des enfants et les vacciner contre la polio dans la municipalité de Cazenga, en Angola.

Luanda est l'une des régions les plus sérieusement touchées et vacciner les enfants à Cazenga est crucial dans la lutte contre la polio. Malheureusement, le mauvais état des routes rend difficile l'accès aux habitations de la population du secteur.

Une nouvelle stratégie

Une nouvelle stratégie permet de viser les zones difficiles à atteindre. Généralement, les vaccinateurs étaient mobilisés au niveau de la municipalité. A présent, les habitants eux-mêmes participent et vaccinent les enfants dans leur propre quartier.

Dans le cadre de cette opération, Nkuansamu Matadi – qui est avec la formation musicale Fanfuarra Amor depuis 20 ans – et les 30 membres de son orchestre ont décidé d'aider les autorités locales à mobiliser les familles grâce à la musique.

Pour assurer la vaccination de chaque enfant, le gouvernement angolais et ses partenaires concentrent leurs efforts sur une vaccination par pâtés de maisons. Utiliser la musique comme signal de ralliement  s'avère utile.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Angola/2011/Caetano
Le gouvernement angolais et ses partenaires font du porte à porte dans le cadre d'une nouvelle stratégie de vaccination. Ici, des responsables en train d'écouter lors du lancement de la campagne contre la polio dans la province de Luanda, en Angola.

« Nous sommes très heureux de ce que fait ici l'orchestre et je suis sûr que cela va contribuer à nous assurer d'atteindre l'objectif de vaccination de 360 000 enfants dans notre municipalité », déclare Tany Narciso, administrateur municipal à Cazenga.

Toucher chaque enfant

Selon le ministre angolais de la Santé, José Vieira Dias Van-Dúnem, la nouvelle stratégie pour la lutte contre la polio impliquera l'ensemble du pays, plaçant la responsabilité des vaccinations à tous les niveaux, des familles elles-mêmes jusqu'au gouvernement central.  

« Nous sommes confrontés à des défis dans la lutte contre la polio comme l'approvisionnement en eau et les services d'assainissement mais c'est pourquoi nous devons tous nous mettre d'accord pour vacciner chaque enfant dans ce pays », déclare le ministre. « Pour le gouvernement angolais, c'est un honneur de savoir que nous pouvons compter sur le soutien des tous les Angolais ainsi que sur celui de la communauté internationale pour lutter contre la polio ».

Lors de sa participation au lancement de la dernière campagne contre la polio à Cazenga, la représentante adjointe de l'UNICEF en Angola, Amélia Russo de Sá, a exprimé sa satisfaction face au puissant élan qui s'est maintenu en faveur de l'importance des vaccinations.

« La lutte contre la polio est une priorité urgente pour l'aide apportée par l'UNICEF en Angola », explique-t-elle, « et nous sommes encouragés de voir que nos partenaires continuent de nous promettre leur appui pour mettre fin à cette terrible maladie ».


 

 

Recherche