HAR_graphic_fr
Languages
English
Español

AFRIQUE DE L'OUEST ET AFRIQUE CENTRALE Niger

© UNICEF/NYHQ2007-2868/Pirozzi

Un enfant sous-alimenté est allongé dans un centre d'alimentation thérapeutique dans la localité de Maradi. Les taux de malnutrition aiguë dans la plupart du pays se situent au-dessus de 10 pour cent et les retards de croissance touchent la moitié des enfants de moins de cinq ans.

Enjeux pour les enfants et les femmes

Le Niger continue à subir une suite de situations d’urgence, notamment de graves inondations et des flambées saisonnières de choléra et de méningite. En outre, il existe encore des tensions dans le nord du pays, bien que les pourparlers de paix de mai 2009 aient calmé une activité armée qui durait depuis deux ans, amenant certains déplacés à se réinstaller. La réhabilitation des infrastructures va constituer un autre défi. En effet, la région a été touchée par de graves inondations en septembre 2009, qui ont entraîné le déplacement de plus de 100 000 personnes. Dans une grande partie du pays, les taux de malnutrition aiguë dépassent 10 pour cent – ce qui est supérieur aux niveaux critiques reconnus internationalement – avec des effets entraînant un retard de croissance sur presque un enfant de moins de cinq ans sur deux.

Action humanitaire prévue pour 2010

L’UNICEF va collaborer avec le ministère de la Santé et d’autres partenaires afin de diminuer les taux de malnutrition aiguë et de favoriser chez 300 000 enfants des habitudes appropriées en matière de santé, de nutrition et d’hygiène. L’organisation va dans l’immédiat améliorer sa préparation aux situations d’urgence, notamment en prépositionnant des vaccins destinés aux enfants de moins de cinq ans et d’autres approvisionnements d’ordre médical, ainsi qu’en formant à ce type de préparation, au niveau national et régional, en vue de réagir aux flambées de maladies infectieuses, aux inondations et au déplacement forcé.

Santé : les besoins dans le domaine médical de 10 000 femmes et enfants déplacés à cause des inondations ou du conflit seront couverts par un stock d’urgence. La préparation sanitaire nationale aux situations d’urgence va être également renforcée en prépositionnant des vaccins pour 1,3 million d’enfants, des approvisionnements médicaux et des médicaments pour soigner les cas de méningite et de choléra. Si une épidémie de grippe A (H1N1) se déclare, des outils de communication vont être développés et distribués, conformément au plan national de réponse à la grippe.

Nutrition : l’UNICEF va continuer à être le chef du groupe thématique pour la nutrition et à travailler avec le gouvernement, des ONG partenaires, des communautés et d’autres organisations des Nations Unies en vue de ramener le taux de malnutrition aiguë au-dessous de 10 pour cent et de réduire la prévalence du retard de croissance. Cela va se faire grâce à de meilleures mesures diagnostiques et thérapeutiques de la malnutrition aiguë sévère pour 50 000 enfants –- soit 60 pour cent de la totalité des cas – et à des actions de prévention telles qu’une opération d’alimentation visant 250 000 enfants et la promotion des pratiques préconisées pour l’alimentation du nourrisson.

Eau, assainissement et hygiène (WASH) : des approvisionnements en eau potable, des installations sanitaires et des trousses d’hygiène vont couvrir les besoins de 50 000 personnes, victimes des inondations ou des flambées de choléra. Le groupe eau, assainissement et hygiène, dirigé par l’UNICEF, va en outre assurer la construction d’installations sanitaires garantissant l’intimité et la sécurité des femmes et des filles et mener des opérations de pulvérisation contre les vecteurs qui diffusent des maladies telles que le paludisme et la méningite.

Éducation : la reconstruction de six écoles, que les inondations de septembre 2009 avaient détruites, va permettre à des enfants des zones touchées du nord du Niger de profiter d’un environnement éducatif sûr.  L’UNICEF a également prépositionné des coffrets scolaires et du matériel pour édifier des salles de classe provisoires au cas où des inondations ou d’autres catastrophes entraîneraient de nouveaux déplacements.

Protection de l’enfance : environ 8000 enfants et jeunes, rendus vulnérables par le déplacement, vont être protégés par la mise en place d’espaces de sécurité, la fourniture d’un soutien psychosocial, l’éducation aux risques posés par les mines et l’aide aux victimes, et l’approvisionnement en articles non alimentaires  destinés à 10 000 femmes et enfants.

Besoins financiers de l’UNICEF permettant de respecter
les Principaux engagements pour les enfants en 2010
Secteur $US
Santé 2 475 000
Nutrition 14 723 200
Eau, assainissement et hygiène (WASH) 800 000
Éducation 700 000
Protection de l'enfance 550 000
Total 19 248 200