HAR_graphic_fr
Languages
English
Español

AFRIQUE DE L'OUEST ET AFRIQUE CENTRALE Reportage en Mauritanie

© UNICEF Mauritanie/2009/Hamidi

Fatma, une bénévole, montre comme se laver correctement les mains dans un camp à plus de 4 000 personnes déplacées par les inondations d'août, près de Rosso, dans la région de Trarza. L'UNICEF et ses partenaires y organisent des cours d'hygiène.

LA PROMOTION DE L’HYGIÈNE DANS LE CAMP DE PERSONNES DEPLACÉES DE ROSSO, TOUCHÉE PAR LES INONDATIONS

ROSSO, Mauritanie, septembre 2009 – En août 2009, lorsque les inondations ont frappé Rosso, une ville située sur les rives du fleuve Sénégal, plus de 4000 résidents ont dû être déplacés, obligés de fuir leurs foyers pour se réfugier à près de 7 km de la ville.

Les personnes affectées par les inondations ont reçu une aide rapide de la part des villages voisins et de l’UNICEF et ses partenaires. Par exemple, avec Médecins sans frontières (MSF) et les autorités locales, l’UNICEF a pu installer des latrines dans le camp de déplacement provisoire et garantir l’approvisionnement en savon, eau de javel et désinfectants, ainsi qu’en trousses d’hygiène familiales contenant des tablettes de chlore, des jerricans et autres ustensiles.

Afin de limiter encore le risque de flambées de maladies d’origine hydrique dans le camp de personnes déplacées abritant les habitants de Rosso, l’UNICEF et ses partenaires ont organisé des sessions pour la promotion de l’hygiène communautaire. Parmi les bénévoles, on compte Fatma, veuve et mère de quatre enfants. Elle est elle-même originaire de la partie inondée de Rosso et est également venue trouver refuge dans le camp.

Les travailleurs communautaires ont formé Fatma, ainsi que d’autres personnes habitant les quatre quartiers de la ville de Rosso, à la transmission de messages relatifs à l’hygiène comme le lavage des mains avec du savon dans les moments clés, l’utilisation adéquate des latrines et la préservation de l’eau. Depuis, Fatma travaille sans relâche pour convaincre les membres de sa communauté d’adopter des pratiques d’hygiène personnelle adéquates afin de se protéger et de protéger leurs enfants des maladies transmises par l’eau. Elle consacre également du temps à promouvoir l’utilisation des latrines nouvellement installées, en leur déconseillant de déféquer à l’air libre.

Fatma a également reçu une formation pour promouvoir l’allaitement. L’allaitement est particulièrement important lors des périodes de déplacement, quand l’accès aux aliments ou à l’eau salubre est potentiellement inexistant ou de mauvaise qualité. C’est pourquoi Fatma encourage également les jeunes mères du camp à allaiter malgré la complexité de la situation et les tensions qui en découlent. L’allaitement est plus sûr pour les enfants, particulièrement lorsque le manque d’eau salubre accroit les risques de contamination ou de propagation de maladies transmises par l’eau. Après avoir mené ses sessions sur l’hygiène dans un forum communautaire, Fatma rejoint les autres formateurs pour visiter les tentes une à une et transmettre les différents messages destinés à sauver des vies.