HAR_graphic_fr
Languages
English
Español

AFRIQUE DE L'EST ET AFRIQUE AUSTRALE Érythrée

© UNICEF/NYHQ2008-1649/Pirozzi

Un enfant se fait mesurer le bras lors d'un contrôle de la croissance dans la région d'Anseba. Une économie fragile, des sécheresses fréquentes et l’instabilité politique continue aggravent l'insécurité alimentaire chronique chez les enfants et les femmes du pays.

Enjeux pour les enfants et les femmes

En Érythrée, un pays situé dans l’une des régions les plus arides d’Afrique, où les pluies saisonnières sont déterminantes pour les moyens d’existence, la première moitié de l’année 2009 a été caractérisée par des pluies faibles et irrégulières. Les difficultés de la situation ont été encore accrues par les prix élevés des produits alimentaires qui ont fortement pesé sur les mécanismes d’adaptation de nombreux ménages, poussant de plus en plus de gens au déplacement et obligeant des femmes et des enfants à vivre ou à travailler dans la rue. Il en est résulté une aggravation de la malnutrition, avec un nombre d’admissions dans des centres d’alimentation thérapeutique six fois supérieur en 2009 à celui de l’an dernier. La présence de champs de mines en Érythrée demeure un danger majeur, et les enfants constituent environ la moitié des blessés et des morts victimes du déclenchement d’un engin explosif. 

Action humanitaire prévue pour 2010 

Outre les efforts en vue de réduire les niveaux de malnutrition modérée et sévère et de satisfaire les besoins de plus d’un million de personnes déplacées et réinstallées, des communautés hôtes et d’autres populations vulnérables, l’UNICEF prévoit de renforcer sa préparation aux situations d’urgence afin de réagir immédiatement, en partenariat avec le gouvernement érythréen, les administrations locales et les organisations des Nations Unies. L’UNICEF exerce le rôle de chef de groupe dans les secteurs de la nutrition, de l’eau, assainissement et hygiène et de l’éducation. L’organisation dirige également le sous-groupe protection de l’enfance et elle participe aux groupes des secteurs de la santé et de la protection. Des programmes conjoints des Nations Unies vont continuer à s’efforcer de répondre globalement aux besoins dans les zones de réinstallation. On attend les résultats suivants des interventions d’urgence de l’UNICEF :

Santé et nutrition : en tant que chef de groupe du secteur de la nutrition, l’UNICEF va répondre aux besoins de plus d’un million de personnes, notamment des enfants, des femmes enceintes ou allaitantes, en fournissant de l’alimentation thérapeutique et des suppléments alimentaires, afin d’empêcher que la situation nutritionnelle, déjà difficile, ne se détériore davantage. L’approvisionnement de façon permanente, en suppléments alimentaires, qui a commencé fin 2009, va se poursuivre en 2010 dans les trois régions d’Anseba, de Gash-Barka et de Mer rouge méridionale, qui sont les plus touchées par la sécheresse.

Eau, assainissement et hygiène (WASH) : le groupe, dirigé par l’UNICEF, du secteur de l’eau, assainissement et hygiène va s’attaquer au problème de l’accès à l’eau et à l’assainissement pour les 80 000 personnes vivant dans des zones affectées par la sécheresse et les communautés déplacées réinstallées en construisant et en réhabilitant des systèmes d’adduction d’eau et en procédant à des approvisionnements d’urgence. Le groupe de ce secteur va également améliorer la coordination de la préparation aux situations d’urgence, au niveau de la planification et du prépositionnement des fournitures. 

Éducation : au total, 4100 enfants en âge d’aller à l’école primaire, se trouvant dans les zones de réinstallation de déplacés les plus affectées, vont avoir accès à un environnement éducatif sûr, protégé et soucieux des enfants grâce à la construction de salles de classes disposant de l’assainissement et équipées d’installations de stockage de l’eau et à la fourniture de matériel pédagogique afin d’assurer que la reprise et la poursuite de l’éducation de ces enfants se fasse dans de bonnes conditions. 

Protection de l’enfance : l’UNICEF va se focaliser sur les besoins d’au moins 2000 enfants que les pénuries alimentaires ont rendus vulnérables à l’exploitation et à la maltraitance. Le soutien apporté va comprendre la création de centres d’accueil « portes ouvertes » et de plusieurs établissements, adaptés aux besoins des enfants, offrant des soins psychosociaux, une formation professionnelle, une aide à la recherche de la famille et à la réunification familiale pour les enfants séparés ou non accompagnés.

Sensibilisation aux dangers des mines : l’UNICEF se préoccupe avant tout de la sécurité de ceux qui vivent actuellement dans environ 480 zones où se trouvent des mines et des munitions.  Au moins 180 000 élèves vont pouvoir suivre des cours sur les dangers posés par les mines, dispensés soit dans le cadre scolaire soit par des équipes mobiles de proximité. Ceux qui ont survécu à l’explosion de mines ou de munitions, y compris les enfants et les handicapés, vont profiter d’un soutien psychosocial et d’une formation professionnelle d’un niveau renforcé.

Besoins financiers de l’UNICEF permettant de respecter
les Principaux engagements pour les enfants en 2010
Secteur $US
Santé 4 000 000
Nutrition 13 000 000
Eau, assainissement et hygiène (WASH) 5 000 000
Éducation 1 200 000
Protection de l’enfance 800 000
Sensibilisation aux dangers des mines 800 000
Total 24 800 000