HAR_graphic_fr
Languages
English
Español

AFRIQUE DE L'OUEST ET AFRIQUE CENTRALE RD du Congo

© UNICEF/NYHQ2008-1328/Holt

A Goma, une femme enceinte violée par des soldats fréquente un centre pour victimes de la violence sexuelle. Dans la partie Est du pays, les filles, face aux groupes armés, sont particulièrement vulnérables aux mauvais traitements et à la violence.

Enjeux pour les enfants et les femmes

En République démocratique du Congo, la communauté humanitaire a été confrontée simultanément au déplacement et à des besoins humanitaires aigus dans cinq principaux secteurs : l’Ituri, le Nord Kivu, le Sud Kivu, les districts de l’Uélé, et une zone qui longe la frontière angolaise où se trouvent des citoyens congolais expulsés d’Angola. Il y aurait au total plus de deux millions de personnes déplacées dans l’Est du Congo, dont plus de la moitié sont des enfants. Actuellement, la malnutrition est la cause directe ou indirecte de 35 pour cent des décès d’enfants de moins de cinq ans. Plus de 400 000 enfants d’âge scolaire, qui sont déplacés, ne vont pas à l’école. Des difficultés rencontrées dans le processus de paix, allant de pair avec une reprise des activités armées dans les anciennes zones de conflit, ont entraîné un accroissement de la violence sexuelle et sexiste contre les enfants et les femmes ; plus de la moitié des viols signalés dans l’Est du Congo entre janvier et avril 2009 ont été commis par les forces armées et des groupes rebelles contre des filles de moins de 18 ans.

Action humanitaire prévue pour 2010

En collaboration avec le gouvernement de la République démocratique du Congo, des ONG partenaires, d’autres organisations des Nations Unies et les communautés elles-mêmes, l’UNICEF va travailler à la réduction des vulnérabilités d’environ 1,8 million de déplacés, de rapatriés, de retour chez eux, et d’autres personnes affectées par une catastrophe, y compris 990 000 enfants. Deux programmes phares de l’UNICEF dans le pays – le Mécanisme de réponse rapide et le Programme d’assistance élargie aux retours – vont être mis en œuvre dans trois des groupes dirigés par l’UNICEF : le groupe pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène, le groupe pour l’éducation et celui pour les articles non alimentaires/l’hébergement d’urgence. L’UNICEF est chef du groupe pour la nutrition, qui va fournir une capacité de réponse en attente au niveau national pour des enquêtes nutritionnelles et une réponse immédiate similaires. Ces interventions vont être complétées par une réaction en urgence à grande échelle, dans le cadre des principaux domaines relevant de la responsabilité de l’UNICEF, notamment la protection de l’enfance, l’éducation au risque des mines et la violence sexiste. Dans un pays aussi vaste que la République démocratique du Congo, le premier défi à relever va être l’accès humanitaire, en particulier dans la partie orientale où il y a encore un conflit en cours. On attend les résultats suivants des interventions d’urgence de l’UNICEF:

Programmes d’assistance rapide : le Mécanisme de réponse rapide (MRR) va continuer à fournir à la communauté humanitaire une évaluation multisectorielle rapide et à plus d’un million de personnes en situation d’urgence une réponse à l’urgence sous la forme d’articles non alimentaires/hébergement d’urgence, d’eau, assainissement et hygiène et d’éducation. Le Programme d’assistance élargie aux retours (PAER), qui fournit un ensemble d’articles ménagers de première nécessité pour trois mois et un soutien sous d’autres formes, va être étendu à d’autres zones, telles que le Nord Kivu où il est prévu que l’afflux des retours va prendre de l’ampleur. Ailleurs, le programme va être abandonné progressivement, par exemple dans le district de l’Ituri, où le processus du retour touche à sa fin. Le PAER va en outre garder un lien avec le programme de redressement PAER Plus afin de cibler les zones déjà évaluées par le PAER et bénéficiant de son aide, et de réaliser un ensemble d’interventions pour un redressement d’urgence focalisé sur la réhabilitation des services sociaux de base. 

Santé et nutrition : en tant que chef du groupe pour la nutrition, l‘UNICEF va jouer un rôle crucial dans l’amélioration de la fourniture de soins de santé aux enfants et aux femmes en situation d’urgence, afin de diminuer les taux de morbidité et de mortalité. En vue de réagir contre les taux extrêmement élevés de malnutrition, l’UNICEF ne va pas seulement fournir de l’alimentation thérapeutique et un soutien à la gestion de la malnutrition, réalisée au niveau local, mais aussi coordonner la surveillance des zones à haut niveau de malnutrition aiguë et aider les partenaires à apporter une réponse immédiate.

Eau, assainissement et hygiène (WASH) : dans les provinces orientales, de l’eau potable en quantité suffisante et des installations pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène, conformes aux normes Sphere, vont être fournies aux déplacés. Des dispositions vont être prises et mises en oeuvre pour protéger les communautés de déplacés et de rapatriés rendus vulnérables aux flambées de choléra et autres maladies d’origine hydrique en raison des mauvaises conditions d’assainissement.

Éducation : au total, 300 000 enfants et jeunes affectés par le conflit vont avoir un meilleur accès à une éducation de qualité, dans un environnement sûr et protecteur, grâce à l’installation d’espaces d’enseignement provisoires et à la fourniture de matériel éducatif et de soutien psychosocial. L’UNICEF va aussi se focaliser sur la réduction de l’inégalité entre les sexes dans toutes les activités éducatives.

Protection de l’enfance : l’UNICEF va poursuivre son soutien aux efforts du gouvernement visant à empêcher le recrutement d’enfants dans les forces armées nationales et dans les groupes armés. En outre, l’UNICEF va plaider en faveur d’une libération des enfants liés au conflit armé et aider à leur réintégration, une fois de retour dans leur famille et leur communauté. Des services de soutien psychosocial et de réintégration vont également être offerts aux enfants séparés ou non accompagnés. Les réseaux de protection des enfants, comprenant des ONG, des travailleurs sociaux, des écoles et des dirigeants communautaires, vont être renforcés.

Besoins financiers de l’UNICEF permettant de respecter
les Principaux engagements pour les enfants en 2010
Secteur $US
Mécanisme de réponse rapide (MRR) 28 500 000
Programme d’assistance élargie aux retours (PAER) 21 500 000
Santé 12 000 000
Nutrition 24 700 000
Eau, assainissement et hygiène (WASH) 18 000 000
Éducation 13 000 000
Protection de l'enfance 15 800 000
Total 133 500 000