HAR_graphic_fr
Languages
English
Español

AFRIQUE DE L'EST ET AFRIQUE AUSTRALE Burundi

© UNICEF/NYHQ1997-1321/Pirozzi

Des enfants visitent un dispensaire de l'UNICEF dans la province de Ngozi. Le conflit, la pauvreté généralisée et le changement climatique contribuent à l'augmentation de l'insécurité alimentaire dans la plus grande partie du pays.

Enjeux pour les enfants et les femmes

Au Burundi, après 16 années de crise, d’importantes avancées ont été réalisées en direction de la paix et du développement, avec notamment la démobilisation de groupes rebelles encore en place. Les principaux défis auxquels le pays est confronté sont la pauvreté et le chômage, largement répandus, et aggravés non seulement par le développement rapide de la population – dû au récent retour de plus de 500 000 burundais venant du Rwanda et de la République-Unie de Tanzanie – mais aussi par les inondations et la sécheresse. La sécurité alimentaire reste problématique et le pays a l’un des taux de malnutrition chronique les plus élevés de la région. L’accès à l’eau potable et l’amélioration de l’assainissement sont limités, et les communautés les plus vulnérables sont confrontées à la menace constante du choléra, de la dysenterie et du paludisme. Le ralentissement de la conjoncture économique a, par ailleurs, causé l’augmentation des mauvais traitements et de l’exploitation dont les enfants sont victimes et doublé les taux d’abandon scolaire qui atteignent 9 pour cent dans certaines des provinces les plus durement touchées. En outre, 283 000 enfants en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisés, ce qui les expose à toute une série de problèmes de développement et à la violence sexiste.   

Action humanitaire prévue pour 2010

En 2010, avec le Gouvernement burundais, des partenaires essentiels tels que la Croix-Rouge burundaise, CONCERN, le Gruppo Volontari Civile, l’International Medical Corps, l’International Rescue Committee, le Norwegian Refugee Council et d’autres groupes d’aide humanitaire, l’UNICEF va contribuer à garantir à 550 000 enfants l’accès à des soins de santé et de nutrition, à l’eau potable, à des installations sanitaires et d’hygiène de base, et va offrir des opportunités dans le domaine de l’éducation, ainsi qu’un soutien en matière de protection et de réintégration.  Tout en poursuivant sa préparation en vue d’apporter des réponses immédiates et nécessaires pour la survie, l’UNICEF va aussi soutenir la réduction des risques et la prévention. L’organisation sera le chef de groupe pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène ainsi que pour l’éducation et elle aura en outre le rôle de coordonnateur du groupe de travail pour la nutrition. On attend les résultats suivants des interventions d’urgence de l’UNICEF :

Santé et nutrition : l’UNICEF va contribuer à l’élaboration d’un système efficace de contrôle de la nutrition afin de suivre l’état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, et va poursuivre son soutien à une gestion de proximité de la malnutrition aiguë. En partenariat avec le Gouvernement, l’UNICEF va mettre en œuvre un programme en vue d’améliorer l’accès aux services sanitaires d’urgence, qui sont de première nécessité, notamment les soins obstétriques et néonatals de base,  et la prévention du paludisme.

Eau, assainissement et hygiène (WASH) : l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement correspondant aux normes Sphere sera fourni à  20 000 personnes dans des zones affectées par le choléra, notamment dans des écoles et les centres de santé, grâce à la construction et à la réhabilitation de systèmes d’adduction d’eau et d’installation sanitaires. Des comportements d’hygiène appropriés seront encouragés à l’école et dans les communautés d’accueil, en procédant régulièrement à des actions de promotion et en fournissant des trousses d’hygiène.

Éducation : l’UNICEF va coordonner la réponse aux situations d’urgence et apporter son appui actif à la préparation de tous les partenaires du groupe pour l’éducation. La première tâche sera de fournir un environnement sûr à plus de 400 000 enfants se trouvant parmi les plus vulnérables.

Protection de l’enfance : dans le contexte du maintien de la paix et des élections qui auront lieu en 2010, l’UNICEF va travailler au renforcement des capacités des ministères, des ONG et d’autres soignants non professionnels afin de prévenir, de se préparer et de répondre à toute sorte de violence, de mauvais traitement et d’exploitation susceptible d’affecter des enfants dans des situations de crise. Une attention particulière doit être accordée à la composante psychosociale de l’aide et au rôle central des réseaux de protection des enfants au niveau communautaire et local.

Besoins financiers de l’UNICEF permettant de respecter
les Principaux engagements pour les enfants en 2010
Secteur $US
Santé et Nutrition 3 050 000
Eau, assainissement et hygiène (WASH) 500 000
Éducation 3 697 000
Protection de l’enfance 473 000
Total 7 720 000