HAR_graphic_fr
Languages
English
Español

ASIE-PACIFIQUE reportage en Afghanistan

© UNICEF Afghanistan/2009/Sadiq

Maliha, dont la maison a été détruite par une inondation, assise à l'extérieur de sa nouvelle habitation près de Mazar-e-Sharif. L'intervention rapide de l'UNICEF et de ses partenaires a été essentielle pour aider sa famille à la reconstruire.

COMMENT UN PARTENARIAT A AIDÉ LES VICTIMES DES INONDATIONS À SE SORTIR DE L’EAU EN AFGHANISTAN

MAZAR-E-SHARIF, Afghanistan, juin 2009 - « Toutes nos affaires ont été emportées par les eaux lors des inondations », raconte Karima, une veuve de 35 ans avec quatre enfants à sa charge.

« Depuis 20 ans, ma famille et moi nous vivions dans la même maison, à Yoolmarab, » poursuit-elle. Yoolmarab est un village situé à 10 kilomètres au sud de Mazar-e-Sharif, dans le nord du pays. « C’est tout ce que nous avions, se rappelle Karima avec nostalgie. Lorsque l’eau a envahi notre maison, j’ai fait sortir précipitamment les enfants en criant au secours. Mais personne ne pouvait faire quoi que ce soit. »

Karima se demandait anxieusement comme elle et ses enfants pourraient survivre à cette catastrophe. Après la mort de son mari en 1998, victime du conflit armé dans la région, Karima avait dû, pour nourrir sa famille, aller de maison en maison, à la recherche de travaux tels que des lessives.

Heureusement, l’UNICEF et ses partenaires sont intervenus dans les 24 heures suivant ces inondations soudaines, qui ont détruit un grand nombre de maisons et d’infrastructures sociales. En collaboration avec l’Autorité afghane de gestion des catastrophes nationales, d’autres organismes des Nations Unies et des ONG partenaires, l’UNICEF a fait en sorte que les enfants et les femmes, ainsi que leur famille, reçoivent des premiers secours tels que des trousses d’urgence pour les besoins d’une famille, de l’eau potable et des biscuits riches en protéines. Alors que le Programme alimentaire mondial distribuait des produits alimentaires de base, l’UNICEF a fourni également des bâches en plastique afin d’équiper spécialement les personnes vulnérables et les ménages dirigés par une seule personne, tels que celui de Karima.

L’UNICEF, en tant que co-chef du groupe pour l’éducation avec Save the Children et le Département afghan de l’éducation, a veillé à ce que, dans la semaine qui a suivi la catastrophe, les enfants de Karima et leurs pairs puissent continuer à aller en classe en livrant des tentes servant de salle de classe provisoire et du matériel pédagogique. L’organisation a en outre permis aux enfants de poursuivre leur année scolaire sans interruption et de retrouver un certain sentiment de normalité au milieu du chaos.

Travaillant en coopération, l’UNICEF et ses partenaires, sous la direction du gouvernement afghan, ont contribué à empêcher qu’il y ait davantage de décès et de situations de détresse physique ou psychosociale dans le village de Yoolmarab. Cette intervention rapide et conjointe a également permis aux habitants de la zone affectée de rester sur leurs terres, de rebâtir leurs maisons et de recréer leurs moyens d’existence dans un environnement familier.

Toutes les régions d’Afghanistan exposées aux catastrophes n’ont pas autant de chance. Il existe des zones frappées périodiquement par des séismes et des inondations, touchées par le conflit armé et où les ressources sont insuffisantes pour une préparation et une intervention en cas de situation d’urgence. Il en résulte des crises interminables. Ainsi, les populations de ces secteurs sont-elles forcées de s’enfuir, ce qui augmente l’instabilité politique et accroît la vulnérabilité des femmes et des enfants.

Six mois après les inondations destructrices survenues dans son village, Karima, ses trois fils et sa fille ont à nouveau le sourire. Ils ont reconstruit leur logement et le fils aîné a terminé avec succès ses études secondaires. Ils ont eu la force de se sortir de l’eau – en s’aidant des mains tendues par l’UNICEF et ses partenaires