har09header_fr
Languages
English
Español
عربي

WCARO NIGER : REPORTAGE

© UNICEF Myanmar/2007/Barger

Gomma Saïdou, un agent de santé communautaire rencontre Amina Mamane et sa fille de 11 mois dans leur village de la région de Maradi. Gomma recommande des produits bons pour la santé en vue d’améliorer le statut nutritionnel du bébé.

PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION : LES CONSEILS AVISÉS D’UNE VOISINE PRÉVENANTE

Gomma Saïdou, un agent de santé communautaire de 50 ans, est toujours accueillie à bras ouverts par ses voisins. À Safo Nassaraoua, dans la région de Maradi, au centre-sud du Niger, les sourires s’illuminent sur les visages des femmes et des enfants lorsque cette sympathique grand-mère encourage les familles, avec beaucoup de douceur, à adopter de meilleures pratiques en matière de soins infantiles.

« Il y a quatre ans, dit Gomma, je faisais partie des dix femmes sélectionnées par le village pour recevoir une formation d’agent de santé communautaire. J’étais déjà accoucheuse traditionnelle; c’est pour cette raison que le village m’a choisie. »

Pour élargir la couverture des soins sanitaires aux villages mal desservis, l’UNICEF et ses partenaires fournissent aux volontaires du matériel pour apprendre aux familles les soins sanitaires à domicile pour leurs enfants. Ils enseignent aux villageois l’importance d’une meilleure nutrition et de meilleures pratiques en matière d’hygiène pour prévenir les maladies. Ils leur enseignent aussi comment repérer les symptômes de la maladie et de la malnutrition, et leur donnent des informations concernant l’accès aux soins de santé.

Ces leçons revêtent une importance toute particulière car le Niger lutte contre une situation d’urgence nutritionnelle. Une enquête réalisée en juillet 2008 a révélé que 10,7 % des enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition aiguë et que près de 40 % souffraient d’un retard de croissance.

Les signes d’une situation d’urgence nutritionnelle sont visibles dans son village. Gomma, en tant que membre d’une équipe communautaire sur la promotion du développement, aide à surveiller la croissance des enfants de moins de trois ans en les pesant une fois par mois. « Pendant que les mères attendent de peser leur bébé, nous leur donnons des conseils sur l’allaitement maternel exclusif, sur les pratiques alimentaires appropriées selon l’âge de l’enfant ainsi que sur les bonnes pratiques en matière d’hygiène à leur domicile », explique Gomma. Les mères dont les enfants souffrent d’insuffisance pondérale reçoivent des conseils individuels pour les aider à préparer des repas équilibrés. Les enfants souffrant de malnutrition sont envoyés dans l’un des 800 centres alimentaires soutenus par l’UNICEF pour recevoir un traitement.

« Une semaine après avoir pesé les enfants, dit Gomma, je vais chez les mères dont les enfants présentaient une insuffisance pondérale pour voir si elles ont suivi nos conseils. ». Aujourd’hui, elle se rend chez Amina Mamane, 43 ans, mère de Sharifa, une petite fille de 11 mois. Il y a une semaine, le poids du bébé se situait à peine à la limite du poids normal pour son âge.

Les temps sont durs pour Amina et son mari qui travaillent tous deux dans les champs pour nourrir leur famille de six enfants. Le mari d’Amina est également laboureur dans d’autres champs parce qu’il n’y aura pas de récolte avant deux mois. « Nous avons eu deux mauvaises années de suite, explique Amina, mais la récolte s’annonce meilleure cette année. »

Gomma comprend très bien les difficultés d’Amina parce qu’elle a élevé sa famille dans des circonstances semblables. Lorsqu’elle pose des questions concernant la santé du bébé, Amina lui répond : « Je suis restée à la maison au lieu d’aller travailler parce que Sharifa est malade. Je dois aussi moudre le millet pour les enfants. » Amina va préparer une boisson à base de millet et d’eau que la famille boira en attendant de pouvoir acheter tout ce qui manque pour leur prochain repas.

Gomma entame une conversation moins sérieuse avec Amina, en y mettant de l’humour pour lui remonter le moral. Puis elle rappelle à Amina les étapes pour lutter contre la malnutrition et améliorer la santé de son bébé.

Un apport alimentaire insuffisant n’est que l’une des causes de la malnutrition. Des facteurs tels que l’eau salubre, l’hygiène, l’accès aux soins de santé et aux connaissances essentielles sur la survie jouent également un rôle. Gomma n’oublie pas d’en souligner l’importance à Amina : « Souviens-toi d’utiliser de l’eau propre pour la boisson à base de millet. Si les symptômes de Sharifa s’aggravent, amène-la tout de suite au centre de santé où elle bénéficiera de soins gratuits. Et n’oublie pas de baigner les enfants et de balayer la cour tous les jours. »

Amina écoute attentivement et acquiesce. Elle remercie Gomma de se soucier de la santé du bébé. Lorsque Gomma repart, Amina l’accompagne jusqu'au portail. Gomma descend la rue vers une autre maison pour partager, sous la forme  d’une visite amicale d’une voisine prévenante, des informations essentielles concernant la prévention de la malnutrition.