har09header_fr
Languages
English
Español
عربي

ESARO MALAWI : REPORTAGE

© UNICEF Malawi/2008

Ennifer Dzimuzani, 15 ans, va à l’école primaire Mfera dans le district de Chikwawa, un des plus pauvres du pays. Sa nouvelle école, soutenue par l’UNICEF, se trouve dans la vallée du Shire, une région sujette aux inondations et aux sécheresses qui est aussi une des plus pauvres du pays.

UNE JEUNE MALAWIENNE RÊVE DE DÉCROCHER LA LUNE

Ennifer Dzimuzani a 15 ans et de grandes ambitions : elle veut devenir médecin. Elle pourrait ainsi réaliser un rêve qu’elle nourrit au fin fond des plaines poussiéreuses de la vallée du Shire, dans le sud du Malawi.

Si elle y parvient, elle aura surmonté d’incroyables obstacles. Aucun membre de sa famille n’est allé plus loin que le secondaire ; ses parents sont des paysans qui gagnent à peine assez pour subvenir aux besoins de leurs trois enfants. Heureusement pour Ennifer, l’école n’est pas chère car le gouvernement a supprimé les frais de scolarité à l’école primaire en 1994. Elle aura toutefois besoin de trouver de l’argent pour payer son éducation secondaire.

Ennifer vient de Chikwawa, un district qui passe chaque année d’une crise humanitaire à une autre. Il est situé dans la partie sud de la vallée du Shire, une zone fréquemment touchée par les inondations ou la sécheresse, et l’une des régions les plus pauvres du pays. Ce district compte également l’un des taux les plus élevés de cachexie, une forme de malnutrition aigüe qui se caractérise par une maigreur extrême ; les taux de scolarisation, de fréquentation et de  réussite aux examens de fin d’études du primaire sont également parmi les plus bas de la région.

Ennifer va à l’école primaire de Mfera, à la périphérie du district. En janvier 2007, de fortes pluies ont provoqué d’importantes inondations dans plusieurs régions du district et les trois rivières – la Mwanza, la Madziabango et la Mikalango – ont débordé. Plus de 20 000 foyers ont été touchés ; les récoltes, le bétail et les propriétés ont été dévastés. L’école d’Ennifer, construite en 1925 bien avant la naissance de la nation malawienne, n’a pas été épargnée : les salles de classe étaient remplies d’eau et ont résisté de justesse aux inondations ; en revanche, les toilettes, construites avec des branches et du chaume, ont tout simplement été emportées. Les élèves devaient faire leurs besoins dans les buissons les plus proches, ce qui exposait les filles à de grands risques pour leur sécurité.

Mfera est un mélange entre l’ancien et le moderne : à côté des salles de classe délabrées se trouvent deux blocs flambants neufs que le Département britannique pour le développement international (DfID-Royaume Uni) et l’UNICEF ont récemment construits dans le cadre de l’Initiative « Des écoles pour l’Afrique ».

« Dans les anciennes salles de classe, la pluie nous tombait dessus, » raconte Ennifer. « Nous étions assis sur le sol mouillé, tremblants de froid. C’était dur d’apprendre dans ces conditions et certains élèves ont arrêté de venir à l’école. » Les nouvelles salles de classe sont grandes, bien aérées et pourvues de tables. Le sol est en ciment, les murs en brique solide et le toit en tôle, ce qui les rend plus aptes à résister aux éventuelles inondations. Ces nouveaux édifices ne ressemblent en rien aux constructions aux murs en pisé et aux toits de chaume qui accueillent encore certains élèves. « L’absentéisme a baissé, remarque Moses Mangwaya, le directeur de l’école. Même ceux qui avaient arrêté les cours, et surtout les filles, sont de retour. »

Après les inondations de 2006–2007 est arrivée une phase de faible pluviométrie pendant la période de plantation 2007–2008. Il semble que la situation nutritionnelle dans le district soit susceptible de s’aggraver pendant la période de pénurie alimentaire, entre octobre 2008 et mars 2009. Le Comité d’évaluation de la vulnérabilité du Malawi prévoit que 26 000 personnes auront besoin d’une assistance alimentaire à Chikwawa, une situation qui risque d’être exacerbée par l’éruption saisonnière du choléra, qui a tendance à atteindre des taux très élevés dans ce district et dans le district voisin de Nsanje.

L’UNICEF a fourni de l’eau à Mfera et à d’autres écoles dans le district, et construit actuellement des latrines. À la suite des inondations, 20 trous de sonde ont été creusés à Chikwawa, 30 autres ont été réaménagés, et les réseaux d’eau courante ont été améliorés dans les écoles et les villages. L’UNICEF a distribué des sachets de chlore aux écoles et intensifié les campagnes d’éducation en multipliant les messages sur l’hygiène afin de prévenir les flambées de choléra. Ces interventions ont permis à des élèves comme Ennifer de continuer leur éducation sans interruption. Elle se réjouit d’avance à l’idée de ses examens de fin d’année. Si elle obtient de bons résultats, elle sera sélectionnée pour entrer en première année d’études au lycée de Chikwawa, à 10 kilomètres de son village.

« Je veux devenir médecin parce que j’admire Sœur Thoko, une femme-médecin à l’hôpital de Mfera. Je veux réussir comme elle a réussi. »