har09header_fr
Languages
English
Español
عربي

WCARO GUINÉE-BISSAU : RÉSUMÉ DE LA SITUATION D'URGENCE

© UNICEF Guinée-Bissau/2008/Pirozzi

Asana Bayo, 5 ans, reçoit un traitement contre le paludisme au centre de santé Quebo dans la région de Tombali. L’UNICEF fournit des moustiquaires traitées à l’insecticide, des médicaments essentiels et des trousses de santé aux services de santé desservant quelque 500 000 personnes.

ENJEUX POUR LES ENFANTS ET LES FEMMES

La Guinée-Bissau est un pays en situation d’après conflit qui n’a pas encore émergé complètement d’une décennie d’instabilité politique. La destruction des infrastructures sociales provoquée par la guerre civile de 1998−1999 a été aggravée par l’absence ultérieure d’investissements dans les secteurs public et privé, ce qui a causé une poursuite de la détérioration des quelques infrastructures encore en place. Les problèmes budgétaires du gouvernement mènent de manière récurrente au non-paiement des fonctionnaires, ce qui a un effet négatif sur la disponibilité du petit nombre de services sociaux, qui sont par ailleurs de médiocre qualité. Cet état de fait a des conséquences particulièrement graves pour les groupes les plus vulnérables : enfants, adolescents et femmes. Le gouvernement ne dispose pas des ressources humaines et financières requises pour investir dans le développement du pays et des efforts énormes seront nécessaires pour améliorer la situation socio-économique.

Les résultats de la dernière enquête en grappes à indicateurs multiples (MICS), menée dans le pays en 2006, indiquent une hausse de la mortalité infantile et un accès très réduit à l’enseignement primaire. La contamination de l’environnement par des mines antipersonnel et des restes explosifs de guerre est devenue une « urgence oubliée ». L’augmentation récente du trafic de drogue et les taux de chômage élevés rendent les adolescents et les autres jeunes particulièrement vulnérables. Le choléra est endémique dans le pays. Depuis mai 2008, la Guinée-Bissau est ravagée par une épidémie massive avec, au 2 novembre de cette année, 13 327 cas enregistrés et 218 victimes (un taux de mortalité de 1,6 %).

ACTION HUMANITAIRE PRÉVUE POUR 2009

L’UNICEF est chef de groupe pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène, l’éducation et la protection; il préside également le groupe des partenaires dans le domaine de l’éducation. En 2009, on prévoit que les programmes soutenus par l’UNICEF bénéficieront à au moins 918 000 enfants et adolescents (dont 272 000 enfants de moins de cinq ans) et à 60 000 femmes enceintes.

Santé et nutrition : l’UNICEF achètera et distribuera 60 000 moustiquaires traitées à l’insecticide, des médicaments d’urgence essentiels, des micronutriments et des trousses sanitaires pour 30 dispensaires desservant 500 000 personnes ; formera un personnel de santé de 60 personnes, 60 sages-femmes et 120 travailleurs de santé communautaire ; soutiendra 24 centres d’alimentation thérapeutiques au bénéfice d’un minimum de 350 enfants atteints de malnutrition et formera 48 personnes au traitement de la malnutrition sévère aiguë.

Eau, assainissement et hygiène : l’UNICEF protégera les puits traditionnels des quartiers périurbains de la capitale Bissau et d’autres zones à risque ; désinfectera périodiquement ces puits et améliorera les moyens de recueillir de l’eau de manière hygiénique. L’UNICEF fera la promotion du traitement de l’eau destinée à la consommation domestique et de la pratique d’un lavage des mains régulier par des campagnes de communication et de démonstration qui constituent des interventions sanitaires à bas coût et à fort impact. Un minimum de 300 000 personnes seront ainsi ciblées.

Éducation : l’UNICEF continuera à soutenir la mise au point du Plan sectoriel d’éducation et s’assurera que les stratégies définies tiennent effectivement compte des enfants et des adolescents non scolarisés. Il formera environ 500 enseignants dans les domaines suivants : aptitudes à la vie quotidienne, droits humains, égalité des sexes et éducation pour la paix ; il appuiera les initiatives communautaires pour la construction d’au moins 30 établissements scolaires en renforçant les capacités locales et en fournissant des matériaux.

Action contre les mines : l’UNICEF mettra au point un manuel sur l’éducation aux risques posés par les mines à destination des écoles primaires ; donnera des cours de recyclage à environ 70 enseignants déjà formés en 2004 et en formera 70 autres ; communiquera par la radio et par les moyens de communication traditionnels aux communautés des messages de sensibilisation aux risques posés par les mines à des groupes d’adultes et d’enfants vivant dans les zones où sont présentes des mines antipersonnel et des restes explosifs de guerre. Au moins 50 000 personnes seront ciblées, dont 20 000 enfants.

Besoins financiers de l’UNICEF pour les secours d’urgence en 2009 *
Secteur $ US
Santé et nutrition 535 000
Eau, assainissement et hygiène 856 000
Éducation 535 000
Action contre les mines 156 000
Total ** 2 082 000

* Les fonds reçus suite au présent appel seront utilisés pour répondre à la fois aux besoins immédiats et à moyen terme des enfants et des femmes selon les indications données ci-dessus. Si l’UNICEF reçoit des fonds excédant les besoins à moyen terme  pour cette situation d’urgence, l’UNICEF les affectera à d’autres  urgences accusant un sous-financement.
** Ce total inclut un taux de recouvrement maximal de 7 %. Le taux de recouvrement réel pour les contributions sera calculé conformément à la décision  2006/7 du Conseil d’administration du  9 juin 2006.