har09header_fr
Languages
English
Español
عربي

FINANCEMENT HUMANITAIRE DE l’UNICEF EN 2008

En 2008, l’UNICEF a répondu à 13 procédures d’appel global (CAP), 11 appels éclairs et 44 autres appels. Dans l’ensemble, l’UNICEF a demandé 1,14 milliard de dollars des États-Unis en 2008 (au 31 octobre 2008) pour ses interventions humanitaires destinées à assurer la protection des enfants et des femmes vulnérables.

Les donateurs ont répondu avec générosité à ces besoins grandissants de financement humanitaire. Le financement apporté par les donateurs aux programmes humanitaires soutenus par l’UNICEF a atteint 600 millions de dollars au 31 octobre 2008, ce qui représente une augmentation considérable (39 %) par rapport au niveau de 2007 de 431 millions de dollars (au 31 octobre 2007).

Les procédures d’appel global de 2008 ont été financées de manière comparable à celles de 2007, obtenant 53 % des demandes de financement à la fin octobre, respectivement. Les appels éclairs ont été relativement mieux financés que les procédures d’appel global, à 61 % en 2008. Les autres appels ont moins retenu l’attention des donateurs, satisfaisant seulement 36 % de leurs besoins financiers au 31 octobre 2008.

Outre les voies traditionnelles bilatérales de financement, l’UNICEF a reçu pour les urgences des contributions considérables par le biais de divers dispositifs de mise en commun des fonds multi donateurs, notamment le Fonds central d’intervention pour les urgences (CERF) du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Le CERF, comme en 2007, a été la première source de financement humanitaire pour l’UNICEF en 2008. D’autres fonds communs multi donateurs au bénéfice de l’Éthiopie, de la République démocratique du Congo, de la Somalie et du Soudan, le Cadre de développement à moyen terme (MDTF) de la Banque mondiale et le Fonds d’affectation spéciale de l’ONU pour la sécurité humaine, entre autres, ont fourni une contribution substantielle à l’UNICEF. Les donateurs qui ont contribué à ces dispositifs de mise en commun des fonds ont également apporté des fonds d’urgence directement à l’UNICEF. Ainsi que l’illustre le graphique ci-après, les dix principaux donateurs pour les urgences au 31 octobre 2008 étaient le Fonds central d’intervention pour les urgences (CERF), les États-Unis d’Amérique, le Japon, les fonds communs (sans le CERF), l’Office humanitaire de la Commission européenne (ECHO), la Suède, les Pays-Bas, le Danemark, le Canada et le Comité national de Hong-Kong pour l’UNICEF..

L’UNICEF accueille toujours avec satisfaction les fonds humanitaires thématiques (non réservés) car ils soulignent l’engagement des donateurs envers les Principes et bonnes pratiques d’action humanitaire et lui permettent de mieux cibler ses interventions, sur la base des priorités nationales et internationales.

Sur un total de 600 millions de dollars versés à l’UNICEF pour les urgences au 31 octobre 2008,
115 millions de dollars (19 %) provenaient de fonds thématiques. Cela est légèrement plus élevé que le pourcentage des contributions thématiques reçues en 2007, lorsque les contributions humanitaires thématiques représentaient 16 % du total des fonds humanitaires reçus. En nombre absolu, toutefois, il convient de noter que, comparé au financement thématique total de 84 millions de dollars reçus en 2007, le niveau du financement thématique a considérablement augmenté en 2008.

Le premier donateur thématique en 2008 a été la Suède, avec une contribution totale à l’UNICEF de
33 millions de dollars pour les fonds d’urgence. Le graphique ci-après présente les dix premiers donateurs qui ont généreusement offert un financement humanitaire thématique souple. Depuis leur création en 2003, les fonds thématiques humanitaires ont augmenté de manière exponentielle et sont passés d’à peine 4 millions de dollars en 2003 à un total cumulé de 890 millions de dollars au 31 octobre 2008.

L’UNICEF remercie les donateurs de leur soutien et de l’augmentation des fonds humanitaires thématiques sans affectation spécifique. Compte tenu de la crise financière mondiale actuelle, on peut craindre un éventuel fléchissement du financement humanitaire au cours des années à venir. S’il est impossible de prévoir l’évolution de la crise financière, il est clair que tous les agents humanitaires doivent continuer à travailler ensemble pour protéger les femmes et les enfants de ses éventuelles conséquences négatives. Conformément aux Principes et bonnes pratiques d’action humanitaire, l’UNICEF exhorte ses donateurs à maintenir leur engagement humanitaire dans les années à venir. Pour répondre aux besoins essentiels des femmes et des enfants et faire respecter leurs droits fondamentaux, il est impératif que les donateurs continuent à soutenir vigoureusement les efforts humanitaires..