har09header_fr
Languages
English
Español
عربي

WCARO CÔTE D'IVOIRE : RÉSUMÉ DE LA SITUATION D'URGENCE

© UNICEF/NYHQ2006-0770/Brioni

Yaoange, 9 jours, dort avec sa mère sous une moustiquaire traitée à l’insecticide pour prévenir le paludisme, dans leur habitation de Bouaké. Le paludisme reste l’une des principales causes de mortalité pour les enfants de moins de 5 ans.

ENJEUX POUR LES ENFANTS ET LES FEMMES

La crise que traverse la Côte d'Ivoire depuis cinq ans a eu des conséquences très négatives sur la situation des enfants et des femmes, particulièrement dans les régions Nord et Ouest du pays, les plus touchées par la guerre. Au cours de la période de transition vers la reconstruction et la relance du développement économique, une période capitale, il convient de s’intéresser tout particulièrement aux besoins spécifiques des populations les plus vulnérables.

ACTION HUMANITAIRE PRÉVUE POUR 2009

L’UNICEF dirige les groupes thématiques pour la nutrition, l’eau, l’assainissement et l’hygiène, pour l’éducation et la nutrition et il participe activement aux groupes santé, suivi et évaluation, préparation aux urgences et opérations de secours. Quelque 375 000 enfants de 0 à 17 ans et 50 000 femmes enceintes ou allaitantes bénéficieront des interventions de l’UNICEF en 2009.

Santé et nutrition : l’UNICEF réhabilitera 61 établissements de soins primaires et un hôpital régional desservant 532 864 habitants ; fournira des médicaments essentiels, de la vitamine A et des comprimés vermifuges, des vaccins, des moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée, des aliments thérapeutiques, du matériel anthropométrique et de l’équipement pour les accouchements. L’UNICEF formera également 8000 agents de santé à plusieurs spécialités ainsi que 150 auxiliaires de santé et 3800 agents de santé communautaires.

VIH/SIDA : l’UNICEF améliorera les services sociaux disponibles en fournissant des trousses d’équipement médical approprié, en formant des travailleurs sociaux et agents de santé ainsi que des « éducateurs par les pairs », en renforçant les partenariats.

Eau, assainissement et hygiène : l’UNICEF mettra sur pied 100 équipes de surveillance de la qualité de l’eau et des épidémies de choléra et formera les communautés à risque au contrôle de la qualité de l’eau ainsi qu’à la prévention et à la lutte contre les épidémies de choléra au bénéfice de 100 000 personnes. Il appliquera un programme d’information, d’éducation et de communication sur l’hygiène ; et réhabilitera ou construira 50 puits et 50 installations sanitaires adaptées dans les zones péri-urbaines à risque.

Éducation : l’UNICEF distribuera des fournitures scolaires essentielles et des trousses de jeux à 6000 enfants déplacés et touchés par la guerre (30 % du total de la population déplacée) ; formera 120 enseignants du primaire ; construira 20 structures provisoires à fonction d’écoles et de salles de classes permettant d’accueillir 6000 enfants du primaire.

Protection de l’enfance : l’UNICEF s’efforcera de protéger toutes les victimes déclarées de violence sexiste contre de nouvelles agressions et leur fournira des soins et un soutien adaptés dans les domaines psychosocial, médical et juridique et il améliorera la capacité de ses partenaires à prévenir et réduire le risque de violence sexiste.

Besoins financiers de l’UNICEF pour les secours d’urgence en 2009 *
Secteur $ US
Santé et nutrition 4 653 000
VIH/SIDA 402 000
Eau, assainissement et hygiène 800 000
Éducation 720 637
Protection de l’enfance 1 177 000
Total ** 7 752 637

* Les fonds reçus suite au présent appel seront utilisés pour répondre à la fois aux besoins immédiats et à moyen terme des enfants et des femmes selon les indications données ci-dessus. Si l’UNICEF reçoit des fonds excédant les besoins à moyen terme  pour cette situation d’urgence, l’UNICEF les affectera à d’autres  urgences accusant un sous-financement.
** Ce total inclut un taux de recouvrement maximal de 7 %. Le taux de recouvrement réel pour les contributions sera calculé conformément à la décision  2006/7 du Conseil d’administration du  9 juin 2006.