har_header_fr_2008

ESARO MOZAMBIQUE: RÉSUMÉ DE LA SITUATION D'URGENCE

© UNICEF/HQ06-2234/Pirozzi

Un nourrisson tient sa carte de santé dans une clinique mobile soutenue par l’UNICEF, dans le nord du Mozambique. Une pauvreté chronique et des catastrophes naturelles à répétition ont ralenti le redressement du pays après le long conflit.

ENJEUX POUR LES ENFANTS

En dépit de quelques avancées encourageantes visant à réduire un niveau de pauvreté paralysant et de progrès graduels pour se rapprocher des normes arrêtées par le Programme d’action pour la réduction de la pauvreté absolue (PARPA) et des Objectifs du Millénaire pour le développement, le Mozambique demeure l’un des pays les moins développés au monde, et se situe au 168e rang sur 177 pays selon l'indicateur du développement humain 2006.

Ceci relève principalement de l’état chronique de vulnérabilité et de crises dû à trois facteurs clés : i) la faiblesse des infrastructures des services de base qui ont été détruites par plus de dix années de guerre ; ii) l’impact du VIH/SIDA sur les capacités et le développement national et iii) la tendance du pays à être exposé aux catastrophes naturelles, notamment les inondations saisonnières, les cyclones et les périodes de sécheresse prolongées. Ces phénomènes naturels sapent les moyens d’existence et les services, épuisent les moyens limités de faire face à l’adversité et exacerbent les vulnérabilités existantes – en particulier pour les femmes et pour les enfants. Par exemple, les résultats préliminaires de l’étude du mois de juin 2007 de la Commission d’évaluation de la vulnérabilité indiquent que de nombreuses familles victimes des inondations du Zambèze ou du cyclone Flavio dans la province de Inhambane manquent de moyens pour surmonter les conséquences de ces désastres naturels – ils auront besoin de ce fait d’une assistance humanitaire continue.

ACTION HUMANITAIRE PRÉVUE POUR 2008

Santé et nutrition : l’UNICEF collaborera avec les autorités sanitaires nationales et locales pour atténuer les effets du choléra et dispenser un traitement approprié. Il appuiera la santé préventive et curative en cas de catastrophes ainsi que les activités de récupération nutritionnelle dans les zones sinistrées, outre une assistance à la stratégie de prévention et de traitement de la grippe aviaire.

Eau, assainissement et hygiène : l’UNICEF continuera d’apporter son appui aux autorités du Mozambique chargées du secteur de l’eau en vue de remettre en état et de construire des points d’eau dans les zones sinistrées, de desservir en eau potable les populations affectées au moyen de camions-citernes et de construire des latrines.

Éducation : Afin d’assurer la poursuite de l’enseignement après la phase d’urgence, l’UNICEF aidera les autorités chargées de l’éducation à stocker des fournitures scolaires, notamment des tentes, des trousses scolaires, des trousses pour débutants et du matériel didactique à l’intention des enseignants. Il appuiera également le Ministère de l’éducation nationale et de la culture dans la mise en œuvre du Plan de préparation aux situations d’urgence dans le secteur de l’éducation.

Protection de l’enfance : l’UNICEF renforcera les capacités de suivi de la société civile et appuiera les mesures contre les violences faites aux femmes, l’exploitation et les sévices. Il assurera l’accès aux soins psychosociaux dans les situations d’urgence et veillera à la prise en compte des besoins des groupes les plus vulnérables (par exemple, en fournissant aux familles des trousses de secours).

Communication pour l’appui aux programmes : l’UNICEF appuiera la mobilisation sociale communautaire et les activités de vulgarisation en élaborant des matériels destinés à la radio communautaire, aux unités de communication mobile et au théâtre communautaire. Il fournira également du matériel de mobilisation sociale pour une meilleure hygiène, pour la prévention du choléra et sur le VIH/SIDA dans les situations d’urgence.

Coordination des opérations de secours : l’UNICEF fournira une assistance technique à l’Institut national de gestion des catastrophes en vue d’élaborer, de suivre et d’évaluer les réponses données aux catastrophes ainsi qu’une assistance opérationnelle pour les évaluations et, le cas échéant, pour le transport et la distribution de fournitures humanitaires lors de catastrophes naturelles.

Récapitulatif des besoins financiers de l’UNICEF pour 2008*
Secteur US$
Santé et nutrition 2,200,000
Eau, assainissement et hygiène 1,500,000
Éducation 800,000
Protection de l’enfance 400,000
Communication pour l’appui aux programmes 100,000
Coordination des opérations de secours 650,000
Total** $5,650,000

Pour une information récente, veuillez consulter nos mises à jour d'interventions humanitaires et appels reliés

* La coordination est une composante  à part entière de la préparation aux situations d’urgence incorporée dans chacune des priorités du Rapport sur l’action humanitaire.
** Le total comprend un taux de recouvrement maximal de 7 %. Le taux réel de recouvrement pour les contributions sera calculé conformément à la décision 2006/7 du Conseil d’administration du 9 juin 2006.