har_header_fr_2008

ESARO MADAGASCAR: REPORTAGE

Après la saison des cyclones, l’UNICEF aide les enfants malgaches à retrouver une vie normale

© UNICEF Madagascar/2007

Une école temporaire dans le nord de Madagascar. La saison des cyclones de 2007 a détruit environ 659 salles de classe dans tout le pays. L’UNICEF a fourni des tentes et des « écoles en boîte » pour permettre à tous les enfants de retourner à l’école.

Dans la partie nord de Madagascar, la dernières saison cyclonique a tout détruit sur son passage : les routes, les ponts et des communautés entières. Plus de 1 500 maisons, plus de 100 classes ainsi que de nombreux centres de santé ont été dévastés.

« J’étais en train de jouer avec mes amis quand il a commencé à pleuvoir très fort. Notre village se trouve très près du fleuve et nous avons pris peur quand le niveau des eaux a commencé à augmenter », explique Razanajandry, 14 ans. La plupart des maisons dans les communautés d’Ambondrona et d’Ambodimadiro ont disparu sous les inondations, faisant des centaines de sans-abri. 

« Quand j’ai couru à la maison, mes parents étaient en train d’empaqueter nos effets personnels pour fuir aussi vite que possible. Quelques minutes plus tard, les flots ont emporté notre maison et tout a disparu sous l’eau », se souvient Razanajandry avec tristesse.

Pour la population sinistrée, les besoins les plus urgents à couvrir étaient les denrées alimentaires, l’eau potable, les médicaments de base, les abris, les sanitaires, les ustensiles de cuisine et les matériaux pédagogiques. Quelques jours après les inondations, l’UNICEF a fait parvenir des fournitures d’urgence à ceux qui étaient le plus éprouvés. Cependant, la destruction du réseau routier national et l’isolement de la plupart des communautés victimes des inondations ont posé d’énormes problèmes logistiques aux opérations de secours. Pour atteindre la population sinistrée, tous les moyens de transports possibles – camions, bateaux et hélicoptères – ont jusqu’à présent été utilisés.
Les crues subites ont également détruit le puits de forage de la communauté où habite Razanajandry. Pour prévenir les risques de maladies hydriques et les apparitions d’épidémies, l’UNICEF a distribué des accessoires pour l’hygiène personnelle, des trousses familiales de traitement de l’eau, des bidons et du savon. Afin de rétablir l’approvisionnement en eau et d’améliorer la qualité et l’accès à l’eau salubre, l’UNICEF a également remis en état le puits si bien que les femmes et les enfants n’ont plus à parcourir à pied de longues distances pour aller chercher de l’eau dans les sources et les ruisseaux. 
A la mi-mars, les cours scolaires avaient dû être provisoirement interrompus, l’école ayant été sérieusement endommagée. Razanajandry, qui est en classe de CM2 à l’école primaire, était très inquiet. Il désirait vraiment réussir ses examens et obtenir le Certificat d’Études Primaires, en juin. Cependant, à cause de l’interruption des cours, cela allait lui être très difficile d’obtenir son diplôme et de poursuivre ses études dans le cycle secondaire.
 
Partout dans Madagascar on estime que 659 salles de classe ont été détruites pendant la saison cyclonique. L’UNICEF a axé son intervention sur le retour à l’école de tous les enfants en fournissant des tentes et des « écoles en boîte », cela pour tenter de leur faciliter une réadaptation rapide à la vie normale. Après les vacances de Pâques, tous les enfants étaient de nouveau en cours. Razanajandry a réussi ses examens et reçu son Certificat d’Études Primaires à la fin du mois de juin.

Cependant, une fois les enfants de retour à l’école, les conditions doivent être améliorées. « Plus de 112 enfants ont été inscrits », explique la directrice de l’école Ambondrona, Lalauairina Perle. « Comme il n’y a plus de place sous la tente pour accueillir tous les élèves en même temps, nous avons organisé deux équipes, une pour le matin, l’autre pour l’après-midi. Il est vraiment urgent de construire une nouvelle école semblable à celle que nous avions avant les inondations pour satisfaire les besoins de tous les élèves inscrits », ajoute Mme Perle.

L’UNICEF est en train de reconstruire 95 salles de classe dans cinq régions touchées par le cyclone, dont l’une d’elle à Ambondrona. La construction de 90 structures résistantes aux cyclones pour des salles de classes est en cours avec la participation de la communauté. Ces structures devraient être en place en septembre, au début de l’année scolaire 2007-2008.

* Le total comprend un taux de recouvrement maximal de 7%. Le taux réel de recouvrement pour les contributions sera calculé conformément à la décision 2006/7 du Conseil d’administration du 9 juin 2006.