har_header_fr_2008

MENA JORDANIE: RÉSUMÉ DE LA SITUATION D'URGENCE

© Reuters/2007/Hamed

Des réfugiés iraquiens se joignent à des enfants du quartier dans une classe à Amman, capitale de la Jordanie. Plus de 2 millions d’Iraquiens se sont réfugiés dans les pays voisins, dont 750 000 en Jordanie.

ENJEUX POUR LES ENFANTS

La détérioration de la situation en termes de sécurité a entraîné un véritable exode de la population iraquienne au cours des dernières années. Aujourd’hui, les pays voisins accueillent à eux seuls quelque 2 millions d’Iraquiens. La Jordanie est l’un des pays les plus concernés par ce phénomène : le Gouvernement jordanien, qui n’a pas signé la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, offre son hospitalité à 750 000 Iraquiens.

ACTION HUMANITAIRE PRÉVUE POUR 2008

L’UNICEF est responsable du secteur de l’éducation, mais il s’occupe en grande partie des actions nécessaires menées dans les domaines de la santé et de la nutrition. Il s’efforce de répondre aux besoins de protection de la communauté iraquienne déplacée en Jordanie. En 2008, l’UNICEF prévoit de venir en aide à au moins 250 000 Iraquiens déplacés en Jordanie.

Santé et nutrition : l’UNICEF fera parvenir aux centres de santé s’occupant d’un grand nombre de malades ambulatoires iraquiens des médicaments et des installations d’urgence pour les femmes et les enfants. L’UNICEF viendra en aide au gouvernement lors de campagnes de vaccination, en fournissant du matériel pour la chaîne du froid, des vaccins et des seringues. Il administrera les micronutriments appropriés pour les enfants vulnérables, les femmes enceintes et les mères allaitantes. Il formera des agents sanitaires dans les écoles pour leur donner des compétences psychosociales de base qui leur permettront de repérer et de s’occuper des enfants et des parents en détresse et, si nécessaire, de les orienter vers des centres spécialisés.

Éducation : l’UNICEF continuera d’acheter des fournitures de base pour les élèves iraquiens (dont 40 000 manuels scolaires gratuits) par le biais du Ministère de l’éducation. Il formera au moins 1 800 nouveaux professeurs, qui auront pour mission de repérer les enfants souffrant de détresse (au niveau environnemental, social et émotionnel) et de leur fournir les soins essentiels ainsi qu’une orientation adaptée. L’UNICEF continuera d’apporter son soutien aux ONG partenaires afin de repérer et d’aider les enfants iraquiens et jordaniens les plus nécessiteux à retourner à l’école. Enfin, l’UNICEF s’efforcera d’intégrer les enfants iraquiens dans les programmes éducatifs informels proposés par le gouvernement. Dans tous les cas, l’UNICEF apportera son soutien aux ONG travaillant dans ce domaine pour s’assurer que, là où cela est possible, les enfants iraquiens s’intègrent dans le système éducatif public, et là où cela n’est pas possible, ils reçoivent une formation professionnelle, ou tout du moins un minimum de compétences pour la vie quotidienne.

Protection de l’enfance : l’UNICEF créera des clubs qui se réuniront l’après-midi et des associations parents-professeurs dont le personnel et les professeurs seront formés pour acquérir des compétences psychosociales. Les enfants participeront à des activités leur permettant de s’intégrer dans leur nouvelle école, ce qui pourra réduire leur détresse au niveau environnemental, social et émotionnel. Dans les cinq zones où l’on compte le plus d’enfants iraquiens, l’UNICEF mettra en place au moins une organisation locale pourvue d’une formation et d’une aide supplémentaire pour repérer les problèmes liés à la protection de l’enfance.

Récapitulatif des besoins financiers de l’UNICEF pour 2008
Secteur US$
Santé et nutrition 3,812,000
Éducation 11,770,000
Protection de l’enfance 450,000
Total* 16,032,000

* Ce total inclut un taux de recouvrement maximal de 7 %. Le taux de recouvrement réel pour les contributions sera calculé conformément à la décision 2006/7 du Conseil d’administration du 9 juin 2006

LATEST NEWS FROM RELIEF WEB

Sorry, the news reader is experiencing technical difficulties. Please try again later.