har_header_fr_2008

WCARO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO: RÉSUMÉ DE LA SITUATION D'URGENCE

© UNICEF/HQ03-0345/LeMoyne

Une victime de viol dans un hôpital de Goma (République démocratique du Congo) soutenu par l’UNICEF. La violence sexuelle a été érigée en tactique de guerre dans ces régions orientales en proie à de graves troubles depuis plus de 10 ans.

ENJEUX POUR LES ENFANTS

En dépit de la tenue réussie d’élections fin 2006 et de la reddition de plusieurs groupes armés, ce qui a amené une stabilité relative dans quelques parties du pays, le conflit s’est poursuivi en 2007, voire intensifié dans certaines zones des provinces du Nord et du Sud-Kivu. Depuis le commencement de la crise au Nord-Kivu, plus de 350 000 personnes ont été récemment déplacées et demeurent dans des conditions déplorables. Plusieurs régions du pays ont souffert en 2007 de catastrophes naturelles et d’épidémies, notamment le long du fleuve Congo et à l’Est et au Sud de la région des Grands Lacs. Le conflit de la dernière décennie en République démocratique du Congo a fortement détérioré le bien-être et les moyens d’existence des femmes et des enfants dans tout le pays. La malnutrition et les carences en micronutriments sont à la source de près de la moitié des décès des enfants de moins de cinq ans. Le taux de mortalité maternelle demeure très élevé avec 1300 décès pour 100 000 naissances vivantes. Seuls 22 % des habitants ont accès à l’eau potable et 9 % à des systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement améliorés. On estime que 1700 à 2100 enfants sont toujours enrôlés dans les rangs des groupes et forces armés dans le district d’Ituri ainsi qu’au Nord et Sud-Kivu avec d’autres restés dans la province de l’Équateur. Environ 5000 enfants démobilisés par les groupes armés requièrent une aide constante en vue de leur réinsertion sociale. Plus de 4,4 millions d’enfants d’âge scolaire, dont
2,5 millions de filles et 400 000 enfants déplacés, ne sont pas scolarisés.

ACTION HUMANITAIRE PRÉVUE POUR 2008

Santé et nutrition : Près de 8 millions de personnes déplacées à l'intérieur du territoire, les communautés d'accueil et les populations vulnérables, en premier lieu les enfants,  bénéficieront notamment des activités énumérées ci-après : fourniture de médicaments essentiels et d'équipements de première nécessité pour 300 centres de santé; vaccination de 2,7 millions d'enfants contre la rougeole, de 6,5 millions d'enfants contre la polio et d'un million d'enfants contre d'autres maladies. L’UNICEF fournira des médicaments et un soutien opérationnel pour lutter contre les épidémies de choléra et les flambées de méningite. Il distribuera des moustiquaires imprégnées d'insecticide pour 1,5 million d'enfants et de femmes enceintes. Il appuiera des centres de récupération nutritionnelle pour 48 000 enfants malnutris et leurs familles, ainsi que la formation nutritionnelle. Il étendra la couverture du système de surveillance  nutritionnelle en s’appuyant sur des stratégies de gestion communautaire. En outre, il fournira une assistance technique aux partenaires de l’aide alimentaire d’urgence, notamment  pour l’établissement de cartes des zones à risque de malnutrition.

Eau, assainissement et hygiène : Environ 500 000 personnes déplacées, rapatriées, victimes du conflit ou atteintes du choléra bénéficieront d'un train de mesures principalement destiné aux femmes et aux enfants dans les domaines de l'approvisionnement en eau potable, de l'hygiène et de l'assainissement. Ces interventions comprendront notamment : l'accès à l'eau potable grâce à des points d'eau protégés ; la distribution de citernes d'eau et la chloration des points d'eau ; la construction de latrines dans les camps et la promotion de l'hygiène ; la captation des sources ; la remise en état ou la construction d’adductions d'eau ; la promotion des latrines familiales accompagnée de campagnes de sensibilisation et d'éducation à l'hygiène au sein des collectivités ; la construction de latrines améliorées à fosse autoventilée ; des installations pour se laver les mains dans les écoles et dans les centres de santé ; la chloration des eaux de surface utilisées comme eau de boisson ; la sensibilisation au choléra et, dans les zones urbaines, le marketing social des produits désinfectants au niveau des ménages.

Éducation : une série d’interventions seront mises en œuvre en faveur de  300 000 enfants déplacés ou victimes de la guerre et  de 6000 enseignants. L'UNICEF fournira du matériel scolaire de base et des mallettes de jeu. Il formera 6000 enseignants et 500 directeurs d'école de l'enseignement primaire à la prévention du VIH/SIDA ainsi que sur les questions d'égalité et d'équité entre les sexes, outre l'éducation pour la paix. En outre, dans les zones les plus touchées, 600 salles de classe et les latrines attenantes seront remises en état. Des activités de mobilisation sociale et de communication dans les communautés d'accueil seront organisées en vue de faciliter l'accès à l'enseignement et limiter l'abandon scolaire.

Protection de l'enfance : l'UNICEF répondra aux besoins de protection d’environ 200 000 enfants exposés à de graves violations des droits de l'enfant dans les zones de conflit, de déplacement de populations ou d'insécurité. Il consolidera le Mécanisme de surveillance et de communication de l'information sur les enfants et les conflits armés, établi par la résolution 1612 du Conseil de Sécurité. L’UNICEF plaidera en faveur de la libération des enfants, estimés au nombre de 2000, restés au sein des groupes armés et qui n’ont pas pris part au programme officiel de désarmement, démobilisation et réinsertion. Il fournira une assistance à la réinsertion économique et sociale de 5919 enfants libérés des groupes ou forces armés ainsi qu’à celle de 15 000 femmes et enfants victimes de violences sexuelles. Quelque 184 000 enfants, traumatisés par des déplacements contraints, bénéficieront de soins psychosociaux, notamment sous la forme de zones accueillantes pour les enfants. En outre, grâce à des systèmes d’appui, les enfants séparés de leurs familles seront identifiés et réunis à nouveau avec les leurs. L’UNICEF fournira une protection en situation d’urgence et des services de réinsertion sociale à 10 000 enfants placés dans des situations à risque particulières, notamment l’exploitation en milieu dangereux et l’abandon familial.

VIH/SIDA : les actions porteront sur 500 000 enfants vulnérables et leurs familles. L’UNICEF augmentera de 10 % le nombre de femmes bénéficiant d’un examen de dépistage du VIH/SIDA et ayant accès à une prévention de qualité de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Il offrira une formation en matière de compétences psychosociales et de VIH/SIDA à 300 jeunes pour qu’ils éduquent à leur tour leurs pairs, ainsi qu’à des éducateurs, enseignants et agents communautaires. En outre, l’UNICEF renforcera et élargira les réseaux de prévention du SIDA aux niveaux communautaire et provincial de façon à atteindre les adolescents les plus vulnérables. Il mettra en place 120 incinérateurs pour aiguilles et seringues et formera 40 personnes directement intéressées à leur entretien.

Sensibilisation aux dangers des mines : Quelque 100 000 personnes bénéficieront des activités qui seront menées. L’UNICEF formera  50 formateurs en matière d’éducation aux dangers des mines et renforcera les capacités des ONG dans ce domaine. Il offrira une assistance technique au Gouvernement et aux  partenaires gouvernementaux.

Mécanisme de réaction rapide pour les situations d'urgence (MRR) : l’OCHA et l’UNICEF ainsi que les partenaires du MRR assisteront 130 000 personnes déplacées à l'intérieur du territoire et leurs familles (650 000 personnes). Les principales activités seront notamment : estimer les besoins humanitaires provoqués par des crises fortes et soudaines, répondre aux besoins des bénéficiaires à partir d’un centre provincial de coordination des ONG internationales: matériel d’hébergement d’urgence et autres articles non alimentaires, fourniture d’eau potable et d’assainissement, continuité de l’éducation dans les situations d’urgence, contrôle de l’utilisation du matériel et des services fournis, évaluation d’impact des interventions ; et plaidoyer en faveur d’interventions clés qui n’entrent pas dans le cadre du Mécanisme de réaction rapide.

Programme d'assistance élargie aux retours : en 2008, il est prévu que l’UNICEF et les quatre ONG internationales qui sont partenaires de ce programme au niveau provincial, en feront bénéficier plus de 100 000 familles (500 000 personnes) déplacées à l'intérieur du pays puis rapatriées. Les activités prévues sont notamment : enquêtes multisectorielles dans les communautés de rapatriés vulnérables, compilation et diffusion des résultats d’enquête au sein de la communauté humanitaire plus étendue. L’UNICEF appuiera des communautés rapatriées vulnérables sélectionnées en fournissant des articles non alimentaires et du matériel d’hébergement de secours ; en appuyant la poursuite de l’enseignement primaire au moyen de matériel scolaire de base et en remettant en état les écoles et leurs latrines.

Direction et coordination des groupes : l'UNICEF continuera de renforcer l’efficacité, l’opportunité et la coordination des interventions interinstitutions lors des crises humanitaires en assumant le rôle de chef de file de cinq des dix groupes  thématiques en République démocratique du Congo, à savoir : 1) eau, assainissement et hygiène ; 2) nutrition ; 3) éducation ; 4) articles non alimentaires et hébergement :
5) télécommunications dans les situations d'urgence. Ceci sera accompli grâce à l’élaboration plus approfondie d’une planification et d’une stratégie coordonnées, l'identification des partenaires clés, l'établissement de normes, le suivi et la notification, le plaidoyer, la formation et le renforcement des capacités.

Récapitulatif des besoins financiers de l’UNICEF pour 2008
Secteur US$
Santé et nutrition 34,600,000
Eau, assainissement et hygiène 10,000,000
Éducation 8,000,000
Protection de l’enfance 9,000,000
VIH/SIDA 2,000,000
Sensibilisation aux dangers des mines 800,000
Initiatives intersectorielles
Mécanisme de réaction rapide 20,000,000
Programme d’assistance élargie aux retours 20,000,000
Direction et coordination des groupes 1,800,000
Total* 106,200,000

* Le total comprend un taux de recouvrement maximal de 7%. Le taux réel de recouvrement pour les contributions sera calculé conformément à la décision 2006/7 du Conseil d’administration du 9 juin 2006.

LATEST NEWS FROM RELIEF WEB

Sorry, the news reader is experiencing technical difficulties. Please try again later.