har_header_fr_2008

TACRO COLOMBIE: RÉSUMÉ DE LA SITUATION D'URGENCE

© UNICEF/HQ04-0817/DeCesare

Un ancien enfant soldat dans un centre de réhabilitation en Colombie. Elle a rejoint un groupe de la guérilla à 12 ans et s’en est échappée un an plus tard. « Je ne voulais pas y rester mais ils vous tuent si vous désertez », dit-elle.

ENJEUX POUR LES ENFANTS

Plus de quatre décennies de violence armée ont créé en Colombie une situation humanitaire complexe qui a entraîné des conséquences désastreuses pour les enfants et les femmes. Selon les chiffres officiels, 1 976 970 personnes ont été déplacées au cours des 10 dernières années, dont 2 % constitués par des populations autochtones et 5,5 % par des populations d’ascendance africaine (Registre unique de la population déplacée, février 2007). La présence de mines terrestres et de munitions non explosées en Colombie constitue un problème qui va s’aggravant. Les statistiques du Gouvernement font état d’un total cumulé de 6426 victimes entre 1990 et le 1er octobre 2007, dont 635 sont des enfants et 199 des femmes. Les conditions géographiques et climatiques de la Colombie la rendent particulièrement vulnérable aux catastrophes naturelles. Au cours des huit premiers mois de 2007, 692 000 personnes ont été victimes d’inondations, de glissements de terrain ou de tempêtes accompagnées de vents violents.

ACTION HUMANITAIRE PRÉVUE POUR 2008

Assistance et protection pour les enfants déplacés ou victimes de situations d’urgence complexes : l’UNICEF accordera une assistance à 25 000 personnes, en majorité des femmes et des enfants, qui ont été contraints de se déplacer ou se trouvent confinés sous l’effet de la violence exercée par des groupes armés illégaux. Il fournira notamment un approvisionnement temporaire en eau potable et en installations sanitaires de base, des documents d’enregistrement civil des naissances, des trousses scolaires, des soins psychosociaux pour les enfants ainsi que des informations sur la façon de faire valoir leurs droits pour obtenir de l’aide.

Secours d’urgence : en coordination avec les autres organismes des Nations Unies en Colombie, l’UNICEF aidera 60 000 personnes victimes de catastrophes naturelles, principalement des femmes et des enfants, en distribuant des trousses scolaires, en offrant des soins psychosociaux et en remettant en état les écoles ainsi que les points d’eau et les installations sanitaires.

Action humanitaire en matière de sensibilisation aux dangers des mines : l’UNICEF fournira une aide à 75 000 personnes vivant dans des zones à haut risque d’accidents provoqués par des mines terrestres et des munitions non explosées; des informations seront données à 12 000 familles sur les dangers des mines et munitions non explosées ainsi que sur l’adoption de comportements appropriés de prudence; l’UNICEF appuiera les plans intégrés de sensibilisation aux dangers des mines de 8 départements et 30 municipalités  et fournira des renseignements à 45 % de toutes les nouvelles victimes d’explosion de mines ou de munitions, sur l’accès aux soins de santé ainsi que sur la manière de faire valoir leurs droits.

Lutte contre l’enrôlement d’enfants et protection des enfants démobilisés : l’UNICEF mettra en œuvre ou appuiera les mesures visant à empêcher l’enrôlement de 70 000 enfants au sein des groupes armés illégaux. Il accordera une assistance technique aux institutions nationales en vue d’étendre la couverture des programmes nationaux de réinsertion des adolescents démobilisés dans la famille et la collectivité.

Récapitulatif des besoins financiers de l’UNICEF en 2008
Secteur US$
Assistance et protection pour les enfants déplacés ou victimes de situations d’urgence complexes : 1,000,000
Secours d’urgence 2,500,000
Action humanitaire de sensibilisation aux dangers des mines 750,000
Lutte contre l’enrôlement d’enfants et protection des enfants démobilisés 1,000,000
Total* 5,250,000

* Le total comprend un taux de recouvrement maximal de 7%. Le taux de recouvrement réel pour les contributions sera calculé conformément à la décision 2006/7 du Conseil d’administration du 9 juin 2006.