Rapport sur l'action humanitaire 2007 – Page d’acceuil

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

ENJEUX POUR LES ENFANTS

Le conflit de la dernière décennie en République démocratique du Congo a occasionné quelque 4 millions de morts, tandis qu’à l’heure actuelle, selon les estimations, 1200 personnes meurent chaque jour en raison des épidémies et des situations d’urgences liées à ce conflit. On dénombre plus de
1,6 million de rapatriés récemment revenus en République démocratique du Congo, tandis qu’environ 1,6 million de personnes sont toujours déplacées. Chaque mois, quelque 40 000 personnes fuient leur domicile. Les maisons, les villages, les marchés, les champs, les infrastructures sanitaires et les écoles ont été pillés ou détruits, supprimant ainsi l’accès aux services de base et aux abris, et 80% de la population vit avec nettement moins d’un dollar par jour. On estime que 8000 enfants sont toujours enrôlés dans les groupes et les forces armés, tandis que 19 000 enfants relâchés par ces groupes armés ont besoin d’une réinsertion sociale. Les mines terrestres et les engins non explosés concernent plus de 3 millions de personnes dans les anciennes zones de conflit. La malnutrition et les carences en micronutriments sont responsables de presque la moitié des décès chez les enfants de moins de cinq ans. Les taux d’insuffisance pondérale et de malnutrition sévère chez les enfants sont estimés à 31 et 16% respectivement et le taux de mortalité maternelle demeure très élevé avec 1289 décès pour 100 000 naissances vivantes. Seuls 22% des habitants du pays ont accès à l’eau potable et 9% à des systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement améliorés. La prévalence du VIH est évaluée à 5%, avec des estimations bien plus élevées dans les zones affectées par le conflit et les violences sexistes générées par le conflit. En 2006, les cas de violences sexuelles sont devenus de plus en plus fréquents. Le taux de scolarisation net a baissé de 59 à 52% entre 1995 et 2001 et les abandons scolaires restent supérieurs à 10%. Plus de 4,4 millions d’enfants en âge d’aller à l’école ne sont pas scolarisés. La qualité de l’enseignement souffre de la faiblesse des salaires, des infrastructures vétustes ainsi que du manque de matériel éducatif.

ACTION HUMANITAIRE PRÉVUE POUR 2007

Santé et nutrition : L’UNICEF achètera et distribuera des médicaments essentiels et des équipements d’urgence pour 300 centres de santé ; il fournira des vaccins, du matériel et un appui pour vacciner 3,9 millions d’enfants contre la rougeole, 6 millions d’enfants contre la poliomyélite et 2 millions d’enfants contre tous les autres antigènes ; il fournira des médicaments et un soutien opérationnel en réponse aux épidémies de choléra ; il distribuera des moustiquaires imprégnées d’insecticide à 1,5 million d’enfants et de femmes enceintes et favorisera leur utilisation grâce à la formation des agents de santé communautaires. Pour venir en aide à 45 000 enfants souffrant de malnutrition et à leurs familles, il distribuera des produits thérapeutiques et des médicaments, il assurera la remise en état et la formation du personnel des centres d’alimentation créés et gérés précédemment par des partenaires, en collaboration avec la FAO, le PAM et le Ministère de la santé. Ce poste comprend également la formation des mères d’enfants malnutris aux bonnes pratiques nutritionnelles, l’accent étant mis sur l’alimentation des nourrissons pendant les situations d’urgence.

Eau et assainissement : Au profit de quelque 500 000 personnes déplacées et victimes de la guerre, l’UNICEF construira des points d’eau protégés destiné à fournir de l’eau potable ; il construira des latrines améliorées à fosse auto-ventilée dans des centres de santé, des écoles et des espaces publics ; il favorisera la construction de latrines familiales grâce au marketing social et à l’éducation à l’hygiène ; il distribuera des réservoirs d’eau et des trousses d’hygiène selon les besoins ; il assurera la promotion de l’éducation et de la sensibilisation à l’hygiène en complément des services existants d’approvisionnement en eau et d’assainissement ; il formera les éducateurs communautaires en matière d’hygiène, et enfin il établira et assurera la formation des comités de l’eau.

Éducation : L’UNICEF fournira du matériel scolaire de base pour 600 écoles primaires et écoles du premier cycle de l’enseignement secondaire ; il achètera et distribuera des mallettes de jeux ainsi que des fournitures scolaires pour 300 000 enfants et adolescents déplacés et victimes du conflit ; il formera 6000 enseignants et 500 directeurs d’écoles en matière de prévention du VIH/SIDA, de problèmes liés aux différences entre les sexes et à l’équité et d’éducation à la paix ; il remettra en état 100 écoles et construira des latrines dans les zones les plus affectées ; il organisera des activités de mobilisation sociale et de communication pour les communautés hôtes.

Protection de l’enfance : L’UNICEF soutiendra la libération d’enfants par les groupes armés qui n’ont pas participé au programme officiel de désarmement, de démobilisation et de réinsertion ; il soutiendra la réinsertion sociale et économique des 11 000 enfants libérés par les groupes et les forces armés ; il fera en sorte d’éviter la séparation familiale en renforçant ou en développant les mécanismes de protection des communautés locales et la sensibilisation ; il identifiera et fournira une réponse médicale et psychosociale appropriée destinée à réinsérer les 15 000 femmes et enfants ayant subi des violences sexuelles ; il renforcera les mécanismes communautaires d’intervention rapide par le biais de la formation en matière de prévention/réponse aux violences sexuelles ; il soutiendra la scolarisation gratuite de 12 000 orphelins et autres enfants vulnérables dans les communautés affectées par le SIDA ; il fournira un accès gratuit aux soins de santé pour quelque 3000 orphelins et autres enfants vulnérables ainsi que pour les personnes qui s’en occupent dans les communautés touchées par le SIDA et il renforcera les mécanismes de surveillance opérationnelle au niveau communautaire.

VIH/SIDA : Au profit de 950 000 enfants et familles vulnérables, l’UNICEF s’efforcera de réduire de 85% la transmission verticale du VIH/SIDA grâce à des centres de prévention de la transmission de mère à l’enfant ; il formera 700 pairs éducateurs, enseignants et agents communautaires aux connaissances essentielles sur le VIH/SIDA ; il favorisera la connaissance du VIH/SIDA et des mesures de prévention chez les jeunes et autres groupes vulnérables ; il renforcera et étendra les réseaux de prévention du SIDA aux niveaux provincial et communautaire en ciblant les jeunes les plus vulnérables ; il construira 120 incinérateurs d’aiguilles et de seringues et formera 480 agents de santé à leur gestion.

Sensibilisation aux dangers des mines : Au profit de quelque 500 000 personnes à risque, l’UNICEF formera 150 formateurs à la sensibilisation aux dangers des mines ; il renforcera les capacités des ONG internationales et nationales dans ce domaine ; il organisera des cours de sensibilisation aux dangers des mines pour les communautés touchées par le biais des écoles, des églises et d’autres structures communautaires ; il fournira une assistance technique au Gouvernement et aux partenaires gouvernementaux.

Mécanisme de réaction rapide (MRR) pour les situations d’urgence : Mis en œuvre avec l’OCHA, le MRR demeure le principal mécanisme de réponse rapide aux crises aiguës qui menacent la vie des populations. Les fonds sont acheminés par l’intermédiaire de l’OCHA et de l’UNICEF (pour les dépenses opérationnelles, les fournitures, la logistique et le matériel de sécurité) afin de constituer des stocks préalables d’articles de secours et de doter les partenaires opérationnels (points de liaison) d’une capacité de déploiement rapide. Un fonds de réserve permet à d’autres partenaires d’intervenir au-delà de la capacité du point de liaison. En 2006, les principales activités, qui bénéficient à quelque 130 000 familles déplacées, sont les suivantes : évaluation des besoins humanitaires résultant de crises aiguës et à déclenchement rapide dans les 48 heures de l’identification ; réponse aux besoins des bénéficiaires admissibles en matière d’hébergement et d’articles non alimentaires, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, d’éducation d’urgence et de soins de santé primaires ; coordination de l’évaluation et de la réponse ; suivi de l’utilisation des fournitures et/ou services ; et évaluation de l’impact des interventions. Quand les crises ne peuvent être traitées avec le MRR, l’UNICEF garde des ressources en réserve afin d’être capable de fournir une assistance d’urgence à 25 000 familles supplémentaires, en donnant la priorité aux enfants et aux ménages ayant une femme à leur tête.

Programme d’assistance élargie aux retours : Appliqué en collaboration avec tous les principaux organismes des Nations Unies et toutes les ONG partenaires, ce programme devrait bénéficier à quelque 100 000 familles rapatriées après avoir été déplacées dans l’est et le sud du pays en leur dispensant un soutien à la réinsertion et à la reprise dans les secteurs où l’UNICEF est chef de file, ainsi que dans les secteurs où l’UNICEF joue un rôle important (santé, participation et mobilisation communautaires, VIH/SIDA, etc.). Les activités comprennent notamment : fournir aux rapatriés potentiels des informations correctes et ponctuelles sur les conditions dans leurs villages d’origine ; entreprendre des évaluations multisectorielles détaillées dans des zones de retour clés identifiées ; répondre dans les secteurs où l’UNICEF est chef de file et plaider pour les besoins constatés dans les autres secteurs ; stocker, distribuer et surveiller l’utilisation finale des produits fournis aux familles d'e rapatriés admissibles ; contribuer à la coordination sectorielle par l’approche de direction groupée. En tant que chef de file des groupes produits non alimentaires/hébergement d’urgence, l’UNICEF gardera des ressources en réserve afin de fournir des trousses familiales et des vêtements à 15 000 familles rapatriées supplémentaires en dehors du cadre du programme d’assistance élargie aux retours.

Direction et coordination des groupes : L’UNICEF continuera de renforcer l’efficacité, l’opportunité et la coordination de la riposte interinstitutions aux crises humanitaires en assumant la responsabilité de 5 des 10 groupes d’activités établis pour la République démocratique du Congo : 1) eau et assainissement, 2) nutrition, 3) éducation, 4) articles non alimentaires/hébergement d’urgence, 5) télécommunications d’urgence. Il y parviendra grâce à l’élaboration d’une planification et d’une stratégie coordonnées, l’identification des principaux partenaires, la définition de normes, le suivi et la notification de données, la formation et le renforcement des capacités.

Besoins financiers de l’UNICEF pour 2007

Secteurs

$US

Santé et nutrition

28 500 000

Eau et assainissement

10 000 000

Éducation

7 000 000

Protection de l’enfance

5 000 000

VIH/SIDA

3 000 000

Sensibilisation aux dangers des mines

1 000 000

Initiatives intersectorielles

 

Mécanisme de réaction rapide pour les situations d’urgence

20 000 000

Programme d’assistance élargie aux retours

20 000 000

Direction et coordination des groupes

1 750 000

Total*

96 250 000

 

* Ce total inclut un taux de recouvrement maximal de 7%. Le taux de recouvrement réel pour les contributions sera calculé conformément à la décision 2006/7 du Conseil d’administration du 9 juin 2006.